Imprimer cette page

Conférences et activités 2016-2017

lundi 26 septembre 2016. publié par, IMI
 
21 octobre 2016 Renaud Evrard Nouvelle approche des NDE Workshop
25 novembre 2016 Laurent Kasprowicz Coups de fil de l’audel Confrence
16 dcembre 2016 Walter Von Lucadou 50 annes d’tude Confrence
10 fvrier 2017 Erlendur Haraldsson Les grands mediums Confrence
24 mars 2017 Jean-Pierre Gerbaulet Science et spiritualit Confrence
27 avril 2017 Jean-Pierre Rospars Neurosciences et psi Confrence
26 juin 2017 Jacques Valle Le point sur les ovnis Confrence
13 octobre 2017 Ed May Espionnage para-psychique Confrence

Les grands mdiums « effets physiques » et les diffrences dans l’expression de leurs phnomnes

Prsentation par l’auteur :

J’aborderai dans cette confrence le cas de 6 clbres mdiums : l’cossais Daniel Dunglas Home, l’italienne Eusapia Palladino, le polonais Franek Kluski (lequel a t tudi par l’IMI), le danois Einer Nielsen, l’autrichien Rudi Schneider, et l’islandais Indridi Indridason.

Des rapports dtaills des sances d’Indridi ont t conservs, comparables ceux de Sir William Crookes concernant son investigation auprs de D.D. Home, ou ceux de Gustave Geley sur Franek Kluski. On a pu constater des raps et des coups, des mouvements et des lvitations d’objets ou du mdium lui-mme, d’inexplicables musiques joues par des instruments, des souffles semblant provenir d’une bouche invisible, des voix, des matrialisations, d’tranges odeurs, des apports... Tous ces phnomnes ne se sont pas produits avec tous les mdiums. Il y a eu d’importantes et intressantes diffrences de l’un l’autre. Pour prendre un exemple, avec Indridi des voix manant directement de « communicateurs » ont t entendues dans 77% des sances qui ont fait l’objet d’un rapport. Elles ont t entendues dans diffrents emplacements de la salle dans laquelle se droulait la sance, et loigns du mdium. Des chants ont galement t entendus, quelquefois semblant maner en mme temps de deux chanteurs confirms, un soprano et un baryton, alors que des voix directes ont rarement t entendues dans le cas de D .D. Home, et jamais avec Einer Nielsen et Rudi Schneider.

Je prsenterai donc la manire dont l’apparition ou non, la frquence et l’intensit des diffrents phnomnes varient d’un mdium l’autre.

Cette confrence sera accompagne de nombreuses photos.

Le confrencier
(JPEG) Erlendur Haraldsson est professeur mrite de psychologie l’universit d’Islande. Il a publi de nombreux articles dans des journaux scientifiques. Il est de plus l’auteur de plusieurs livres, certains publis en plusieurs langues, dont un en franais : Ce qu’ils ont vu... Au seuil de la mort. Paris : Club Loisirs, 1983. En 2012, il a publi The Departed among the living. An Investigative Study of Afterlife Encounters chez Haftad, en 2013 Modern Miracles : The Story of Sathya Sai Baba : A Modern Day Prophet, en 2015 Indridi Indridason : The Icelandic Physical Medium.

Le confrencier s’exprimera en anglais et il y aura une traduction en franais.

Phnomnes paranormaux : 50 annes d’tudes

Le service de Consultation en Parapsychologie de Freiburg

par Walter von Lucadou

L’approche que j’ai dveloppe durant les 50 dernires annes de recherche et d’investigation dans le champ de la parapsychologie m’a conduit une conception plus claire et naturelle des phnomnes paranormaux. Aprs avoir cout des milliers de personnes qui rapportent des expriences paranormales dans le cadre de notre service de consultation, j’en suis arriv la conclusion que le paranormal - qui reste toujours un tabou dans notre socit - est tout fait « normal », dans le sens o nous n’avons nul besoin de supposer des interactions avec des esprits ou des entits dsincarnes, pas plus que nous n’avons besoin d’imaginer des dimensions transcendantales. En revanche, comme la vision du monde rductionniste nous semble insuffisante pour comprendre ces phnomnes, nous proposons de la complter avec un modle holistique, le Modle d’Information Pragmatique (MPI). Ce modle emprunte le formalisme de la mcanique quantique. Dans le cadre des cas spontans, le MPI s’est rvl extrmement fructueux, en permettant aux individus confronts des expriences paranormales d’arriver une meilleure comprhension de leur vcu et de se prendre en charge eux-mmes.

Le confrencier

Dr. Walter von LUCADOU a obtenu un doctorat de physique en 1978 l’Universit de Freiburg, et un doctorat en psychologie en 1986 l’Universit de Berlin. De 1979 1985, il a t assistant professeur la chaire de "Psychologie et zones frontires de la psychologie" l’Universit de Fribourg, et assistant de recherche visiteur de 1986 1987 l’Universit d’Utrecht, aux Pays-Bas. Depuis 1988, il dirige le "Service de Consultation Parapsychologique" Freiburg. Il est l’auteur de nombreux livres et de nombreuses publications scientifiques dans des revues comit de lecture.

"Des coups de fil de l’au-del ?"

Charles Peck est pris dans un terrible accident de train. Toute la journe, sa famille reoit des appels mis depuis son tlphone portable mais il ne parle pas. Il y a une bonne raison cela et ils l’apprennent dans la soire : il a t tu sur le coup. Les mdecins sont formels. Qui a donc pass ces coups de fil depuis son tlphone portable ?

En 2004, l’auteur de cette confrence perd sa chienne emporte par la maladie. La semaine qui suit, il reoit de nombreux coups de tlphone, jour et nuit avec personne au bout du fil. Il se met les enregistrer pour, pense-t-il alors, avoir des preuves d’un canular... Jusqu’ ce que... .

Le phnomne des coups de tlphone post-mortem est peu connu en France.. l’auteur le met en lumire, montre ses caractristiques et pose la question : qu’est-ce que tout cela signifie ?

Le confrencier

Laurent Kasprowicz (JPEG)

Laurent Kasprowicz, Docteur en Sociologie, enseignant, a vcu des phnomnes paranormaux et s’interroge sur la nature de ces derniers depuis. Il est l’auteur du livre « Un coup de fil de l’au-del » sorti en 2015 et « Quand les morts nous contactent » sorti en octobre 2016.







L’nergie du dsespoir : les expriences de mort imminente nous disent-elles vraiment quelque chose de la mort ?

Prsentation par Renaud Evrard d’une nouvelle approche des NDE :

L’expression "l’nergie du dsespoir" est bien curieuse. Elle semble insinuer qu’une force insouponne se cache dans le dsespoir, lorsqu’il n’y a plus rien perdre. Face des situations de danger mortel (accidents, noyades, etc.), certaines personnes disent tre entres dans un tat de conscience trange, mlant une pense plus rapide et plus claire avec une vision panoramique de leur vie, un dtachement par rapport leur corps physique, et plusieurs autres bizarreries. Etudis par les psychologues depuis la fin du XIXe sicle, ces vcus sont aujourd’hui connus sous le nom "d’expriences de mort imminentes". La nature de ces vcus continue poser question : simples illusions ou phnomnes nous indiquant une autre ralit, mais alors laquelle ? Depuis quelques annes, je travaille sur un modle psychologique de ces expriences partir d’une critique de travaux contemporains. Il indique que ces expriences nous renseignent davantage sur la vie que sur la mort. Ce modle, toujours en cours d’laboration, pourra faire l’objet d’un expos suivi de discussions dans le cadre de ce Workshop.

Le confrencier
Renaud Evrard Greenwich (JPEG) Renaud Evrard est matre de confrences en psychologie clinique l’Universit de Lorraine. Il est l’auteur de Folie et paranormal : vers une clinique des expriences exceptionnelles (2014) et La lgende de l’esprit : enqute sur 150 ans de parapsychologie (2016). Il a co-fond en 2009 le Centre d’information, de recherche et de consultation sur les expriences exceptionnelles.

Science et spiritualit

Science et spiritualit peuvent-elles se rejoindre ?

et aider dfinir cette branche nglige de la science qu’est le Psi


Jean-Pierre Gerbaulet se propose, dans cette confrence, de nous apporter une mthodologie d’exploration des divers niveaux possibles de perception du monde manifest et non-manifest. Ses conclusions, qui n’engagent que lui, s’inspirent largement de l’ensemble des spiritualits occidentales et orientales.

Prsentation par le confrencier :

Aujourd’hui, les avances des sciences nous amnent nous poser de nouvelles questions sur la nature de la Conscience, et il semblerait qu’un dialogue s’amorce entre Science et Spiritualit. Est-il possible d’imaginer une architecture unique de la Ralit, et un modus vivendi entre des modes de pense diffrents, o personne n’aurait ni raison ni tort, chacun ayant sa vision particulire de la Ralit, en fonction du point de vue de ses observations ?

Notre but n’est pas de prconiser un modle global particulier mais de proposer une mthodologie permettant chacun de btir le sien propre. Il faudra de prime abord rpondre  :


-  La conscience est-elle un phnomne mergent du cerveau ou le contraire ?
-  Existe-t-il une vrit unique qui dcrirait une ralit unique ?

Le but de cet essai est de vous mettre sur la voie de votre vrit relative partir de la prise de conscience du niveau de votre regard.

Le confrencier
JP Gerbaulet (JPEG) Jean-Pierre Gerbaulet, ingnieur ESE (physique nuclaire), chercheur en physique (anneau de collision Orsay), dtenteur de plusieurs brevets, entrepreneur, conseil en entreprise, expert en art martiaux, pratiquant de plusieurs traditions spirituelles. Actuellement : prsident et responsable des programmes de recherche du Fonds de dotation N-Light (www.n-light.org) .

.

.


Neurosciences et psi

Rves lucides, expriences de sortie du corps et de mort imminente : ce qu’en disent les neurosciences.

Prsentation par l’auteur :

Depuis une vingtaine d’annes un nombre croissant d’quipes de scientifiques aux Etats-Unis et en Europe s’intressent aux expriences de rve lucide, de sortie du corps (OBE) et de mort imminente. Ces expriences, qui prsentent des points communs, passionnent le grand public et les mdias s’en font rgulirement l’cho. De fait, elles posent de multiples questions d’actualit tant sur la nature de la conscience et ses relations avec le cerveau que sur la possibilit controverse de perceptions extrasensorielles. Je prsenterai, en les mettant dans leur contexte, une slection de travaux publis ce sujet dans les revues scientifiques, les mthodes qu’ils mettent en uvre, les rsultats remarquables qu’ils obtiennent et les discussions, voire les controverses, auxquelles ils donnent lieu dans les milieux scientifiques concerns. Je soulignerai d’une part l’intrt de ces expriences pour les neurosciences et d’autre part la spcificit et les limites de l’approche scientifique par rapport d’autres approches notamment philosophiques et religieuses.

Le confrencier
Jp Rospars grand (JPEG) Aprs des tudes scientifiques (ingnieur agronome puis DEA de biophysique), il a obtenu un doctorat d’tat s sciences en neurobiologie l’universit d’Orsay et est entr l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) en tant que charg de recherches puis directeur de recherches. Ses travaux en collaboration avec divers laboratoires franais et trangers ont port principalement sur l’tude de la structure et du fonctionnement du systme nerveux l’interface entre biologie exprimentale, statistiques et modlisation, ont donn lieu une centaine d’articles publis dans des journaux comit de lecture et des ouvrages spcialiss. Ces travaux en neurobiologie s’inscrivant dans une recherche plus large sur l’volution de la vie et de la pense, il s’est intress en parallle aux disciplines connexes - physique, biologie de l’volution, neuropsychologie et parapsychologie - ainsi qu’ l’ufologie en tant qu’enquteur et statisticien ; il a crit plusieurs tudes et articles sur ces divers sujets. Il a particip comme expert aux travaux du GE(I)PAN et est entr au comit directeur de l’IMI en 2010. En 2008, il a publi un recueil de textes d’Aim Michel, la Clart au cur du labyrinthe, prfac par O. Costa de Beauregard, qui recouvre largement ses intrts scientifiques et philosophiques.



Jacques Valle






Espionnage para-psychique

Analyse scientifique, rvlations et perspective, par l’ancien directeur du programme StarGate

De 1972 1995, le gouvernement des tats-Unis a financ un programme de recherche et d’applications sur les phnomnes psi, connu sous le nom de Stargate. Bien que la tlkinsie (ou psychokinse) en ait fait partie - l’arme amricaine tant intresse par la possibilit de se dfendre des missiles sovitiques par la pense ! - le focus principal de ce programme tait l’espionnage psi, base sur la prcognition, la clairvoyance et la tlpathie. Jusqu’en 1985, ce programme fut centr exclusivement sur la question des applications : tant que les “espions para-psychiques” produisaient des informations utilisables contre les ennemis des Etats-Unis, l’arme ne cherchait pas savoir comment fonctionnait le psi. Par la suite, surtout sous la direction d’Edwin May, des questions plus fondamentales furent abordes. Dans cette prsentation, Edwin May fournira des preuves claires et concrtes - qui n’ont pas besoin d’analyses statistiques pour tre apprhendes et comprises - que les phnomnes psi sont rels et dmontrables. Il nous dcrira galement plusieurs cas d’ « espionnage psi » inconnus jusqu’ici du grand public, ainsi que des recherches portant sur la nature mme du psi. Enfin, il abordera un programme quivalent dvelopp en URSS et qui impliquait 120 “espions para-psychiques”.



Le confrencier
Ed May 2 2 (JPEG) Ancien directeur du programme de recherche de l’tat amricain STARGATE, le physicien Edwin C. May est une figure majeure de la parapsychologie contemporaine. Ancien prsident de la Parapsychological Association et prsident actuellement des Laboratoires pour la Recherche Fondamentale (LFR) en Californie, il est l’auteur de plus de 500 articles pour l’Etat amricain et des journaux scientifiques. Avec son co-auteur Sonali B. Marwaha, cette anne, il a publi en quatre volumes le rapport dfinitif sur le programme Stargate : The Star Gate Archives : Reports of the United States Government Sponsored Psi Program, 1972-1995. https://www.amazon.com/Star-Gate-Archives-Government-1972-1995/dp/1476667527



Informations pratiques : Cette confrence aura lieu Vendredi 13 octobre 2017 de 19h30 21h30, au FORUM 104, 104 rue de Vaugirard, 75006 Paris. Attention au lieu !

Mtros : Falguire ou Saint Placide.
Tarifs : tarif normal : 15  ; membres d’A-IMI : 12 (sur prsentation de la carte).
Rservations : COMPLET
Si vous venez sans avoir rserv, vous risquez de ne pas avoir de place.