-  Parapsychologie -  Perspectives et théories

Prévision de désastres

Prévision de désastres

Par Mario Varvoglis

Prévoir des désastres est un travail de prophètes, vrais ou faux. Mais l’accumulation des expériences spontanées de précognition de catastrophes, dont certaines sont relatées ci-dessous, pousse les parapsychologues às’interroger sur la possibilité d’employer àdes fins préventives ces incroyables signaux d’alarme.

Prémonitions du naufrage du Titanic

Ian Stevenson eût l’idée de faire une enquête à posteriori pour évaluer si des gens avaient pu avoir une prémonition du naufrage du Titanic, ce navire réputé insubmersible, qui coula lors de son premier voyage, le 14 avril 1912.

Stevenson recueillit 19 témoignages précis, corroborés par des témoins. Ainsi, un homme d’affaire de Londres, qui avait une cabine réservée, rêva deux fois du naufrage, et raconta son rêve autour de lui. Il n’annula pourtant son voyage que sur la base d’un message reçu peu après des USA.

Depuis, Bertrand Méheust a déterré un immense dossier de prémonitions autour du Titanic qu’il évalue dans son livre Histoires paranormales du Titanic, J’ai Lu, 2006.

L’effrondrement d’une mine à Aberfan

En Angleterre, le village minier d’Aberfan fut détruit par l’effondrement d’un poussier de mine ; Le 26 octobre 1966, à 9H14 du matin, cette montagne de 500.000 tonnes de scories, de 200 m de haut, dévala la colline et écrasa l’école en contrebas et une partie du village, tuant 144 personnes, pour la plupart des écoliers.

Barker lança une demande de témoignage et recueillit 76 lettres décrivant des prémonitions, dont 35 étaient très détaillées. La plupart des prémonitions avaient été reçues en rêve. La petite Eryl Mai Jones, âgée de 10 ans prédit deux semaines avant le désastre qu’elle allait mourir avec deux de ses amis d’école. Puis, dans la nuit du 19, elle rêva : "J’allais à l’école et il n’y avait plus d’école. Il y avait quelque chose de noir qui était tombé dessus et autour."

A l’heure exacte de l’accident, une employée d’une usine située à quelques kilomètres vit soudain, dans un flash "une montagne noire tombant sur des enfants."

Dernier exemple : deux mois avant l’assassinat de Robert Kennedy, Alan Vaughan, alors à l’Institut des Zones Frontières de la Psychologie à Fribourg, ayant de fortes prémonitions sur ce sinistre événement, les avait décrites dans une lettre envoyée au Laboratoire des rêves de Maïmonides, à New York, centre de recherche focalisé sur les rêves télépathiques et précognitifs.

A partir d’exemples de ce type, les parapsychologues ont fomenté l’idée d’utiliser ces expériences spontanées. L’espoir de pouvoir minimiser, voire éviter, des catastrophes d’ampleur mondiale a conduit à la création de plusieurs bureaux chargés de recevoir les prémonitions envoyées par le public. L’idée étant que si un certain nombre de rapports semblaient se rapporter à un même événement collectif, et se corroborer dans leurs détails, des mesures pourraient alors être prises.

Cet article est extrait du Cd-rom Psi-explorer réalisé par Mario Varvoglis en 1995, et ayant pour but de présenter au grand public de façon vulgarisée les recherches parapsychologiques et leurs implications.

Mots clés associés à cet article :