-  Ressources -  Articles de réflexion générale

Généralités sur la notion de "Paranormal"

Généralités sur la notion de "Paranormal"

Par Paul-Louis Rabeyron

Le champ des phénomènes susceptibles de relever de la paranormalité est plus ou moins étendu suivant l’idée même que l’on se fait de ce qui est censé être normal ou pas. Une fois éliminé ce qui relève de l’« anormal » et qui renverrait plutôt au dérèglement, voire au pathologique, il reste un domaine assez vaste de phénomènes ou d’expériences étranges, difficilement explicables, qualifiés bien souvent de paranormaux. Les limites de ce corpus de phénomènes sont destinées à être floues puisqu’elles dépendent étroitement de l’idée qu’à une époque et dans une culture données on se fait du « normal », de l’« explicable » et du « possible ».

Prenons un premier exemple, bien connu des historiens des sciences. On a longtemps considéré que les météorites n’existaient pas, puisque des « pierres ne pouvaient pas tomber du ciel ». Pourtant de nombreux témoignages rendaient compte de leur existence, avant que la science classique ne les reconnaisse. Ces « pierres » semblent paranormales pour qui ne dispose pas des concepts adéquats permettant de les accepter en tant qu’objets « dignes de science ». Un deuxième exemple aidera à comprendre le relativisme indispensable dès que l’on tente d’appréhender culturellement la paranormalité. Dans les sociétés traditionnelles africaines, il est très classique de considérer qu’à l’aide de pratiques sorcières un sort ait pu être jeté, faisant ainsi une ou plusieurs victimes. L’idée de l’influence occulte à distance ne pose alors pas problème et fait partie des faits possibles, repérés comme causes envisageables du mal et du malheur. L’action sorcière est donc exclue d’une logique paranormale stricto sensu puisque complètement intégrée dans les croyances populaires. Il est d’ailleurs intéressant de noter que, pour bon nombre de nos contemporains vivant en Europe occidentale, cette conviction est encore très présente.

Une fois posé ce nécessaire relativisme, il semble que l’on puisse dégager à notre époque quatre manières dominantes d’aborder le concept de paranormal : « sceptique », « fourre-tout », « parapsychologique » et « holistique ».

Pour les sceptiques, le paranormal n’existe pas en tant que tel. Il renvoie à d’autres catégories. Le paranormal n’est qu’apparent. Il peut s’agir en fait d’illusions, de trucages consciemment organisés ou de perceptions inconscientes dont d’éventuels témoins ont été victimes en toute bonne foi. Dans cette optique, des faits inexpliqués peuvent bien être reconnus, surtout s’ils sont reproductibles, mais ils doivent trouver leur place au sein d’interrogations portées logiquement par la science. Les tenants de cette manière d’envisager les choses sont souvent qualifiés de « scientistes », tant ils semblent attachés à une vision du réel correspondant exclusivement aux données les plus classiques et reconnues de la science. Leurs références privilégiées se trouvent du côté d’une épistémologie se définissant comme « cartésienne » ou « rationaliste ». Ce qui n’est pas sans poser question. En effet, en choisissant de délimiter d’une façon plus ou moins arbitraire des objets d’étude considérés comme rationnels et d’autres qui, ne l’étant pas, ne méritent pas que l’on s’ y attarde, il n’est pas dit que l’on choisisse le camp de la raison. Le risque encouru est de se débarrasser d’un certain nombre de phénomènes gênants au prix d’une amputation d’un réel que l’on peut supposer toujours plus complexe que l’idée que l’on peut s’en faire. En France, Henri Broch est sans doute le représentant le plus connu de ce courant de pensée s’appuyant sur la « zététique », se voulant « science du doute ».

À l’apparent opposé de l’approche précédente, le paranormal est parfois envisagé comme un gigantesque fourre-tout, où tout « mystère » est traité sur un pied d’égalité et dans une logique du « tout existe et tout est bon », sans réflexion épistémologique sur les niveaux de réalité susceptibles d’être mis en jeu suivant les « faits » invoqués. Se côtoient, pêle-mêle, les phénomènes dits paranormaux étudiés par les parapsychologues, la cryptozoologie (étude des animaux rares et mystérieux), l’ufologie et, d’une façon plus large, tout phénomène réputé extraordinaire, inexplicable ou mystérieux : triangle des Bermudes, archéologie sacrée, civilisations disparues, ésotérisme, occultisme, sociétés secrètes, etc. Dans ce cadre, où dominent l’amalgame et l’hétérogénéité, les phénomènes étudiés sont accueillis au milieu d’un ensemble baroque qui pèche indiscutablement par son manque d’unité, du moins vu sous un angle épistémologique. En revanche, en terme sociologique on pourrrait reconnaître une certaine pertinence à ce regroupement. En effet, le même statut parascientifique réservé à l’ensemble des phénomènes concernés (puisque dans l’optique scientiste évoquée précédemment : « rien n’existe et rien n’est bon »). De plus, des travaux sociologiques ont bien montré la proximité des représentations et croyances que l’adhésion à plusieurs de ces phénomènes implique.

Très souvent, le terme « paranormal » est employé de façon plus restrictive pour désigner les phénomènes dits paranormaux étudiés par les parapsychologues, regroupant essentiellement les phénomènes de perception extrasensorielle ( ESP : télépathie, clairvoyance, précognition) et les phénomènes de type physique (psychokinèse). L’approche parapsychologique tente d’établir des liens entre les expériences réalisées en laboratoire ayant permis d’asseoir les catégories précédentes et un certain nombre de phénomènes du « paranormal spontané ». La question pertinente pour les chercheurs en parapsychologie consiste à se demander si, devant des faits ou des témoignages non ordinaires, on ne se trouve pas en présence de phénomènes paranormaux observés in vivo. La lévitation n’est-elle pas pas à rattacher à une forme particulière de macropsychokinèse ? Dans la pratique des voyants peut-on repérer des compétences paranormales correspondant à des phénomènes de type ESP ? Les parapsychologues restent ouverts mais prudents devant des faits s’éloignant de leurs objets d’études et des interprétations se détachant trop d’une pensée authentiquement rationnelle ce qui les différencie des approches différentes. En France, c’est dans cette optique de travail que se situent des chercheurs dans ce domaine, que ce soit l’équipe de l’Institut Métapsychique International autour de Mario Varvoglis, ou le groupe de recherche constitué par Lignon.

La dernière manière d’envisager le paranormal peut être considérée comme une variante de la précédente mais s’en différenciant suffisamment pour en être démarquée. Reconnaissant les mêmes phénomènes que les parapsychologues « classiques » mais préocuppés par une théorisation globale et donc à prétention holistique, à défaut d’être définitive, certains chercheurs s’éloignent de l’expérimentation de laboratoire et de la question de la preuve. Ils considèrent cette dernière comme définitivement acquise ou pensent qu’elle n’est pas pertinente épistémologiquement. Ils se tournent alors préférentiellement vers les données tirées de l’expérience subjective pour tenter diverses synthèses à coloration psychologique, philosophique, voire religieuse, suivant les auteurs. Ainsi Philippe Wallon tente de théoriser, à travers le concept des « niveaux du mental », un élargissement de l’inconscient associée à des éléments : la philosophie orientale. François Favre privilégie lui le concept d’« intentionnalité » comme moteur de l’émergence du paranormal. D’autres auteurs, à la sensibilité proche du mouvement New Age, n’hésitent pas à associer d’une façon syncrétique plus ou moins rigoureuse des considérations scientifiques (la physique quantique est très souvent convoquée pour la circonstance), philosophiques et spirituelles intégrant des éléments paranormaux.

Pour terminer, il paraît utile de tenter de rapprocher le paranormal, concept complexe et polysémique, de certaines catégories théologiques. Le paranormal est trop souvent associé au surnaturel, comme il peut l’être au contraire au diabolique. C’est sans doute à la méconnaissance des travaux parapsychologiques, tout autant dans les milieux ethnologiques, psychanalytiques que théologiques, que l’on doit ce type de confusions et d’amalgames, parfois lourds de fâcheuses conséquences (notamment dans le cadre de certaines prises en charge thérapeutiques, d’accompagnements spirituels ou de pratiques d’exorcismes). Ne serait-il pas plus judicieux de considérer les phénomènes dits paranormaux comme relevant d’un « naturel non ordinaire », voire de la catégorie du « préternaturel » ? Il n’est pas question de clore ici un débat qui mérite mieux que la place académique limitée qui lui est aujourd’hui accordée. C’est dans le souci d’avancer dans cette entreprise de discernement que nous avons récemment créé avec Dominique Cerbelaud, o.p. (pour l’année universitaire 2000-2001), à l’université catholique de Lyon, un cours semestriel intitulé « Paranormal et surnaturel ».

Références

-  Boy (D.) et Michelat (G.), « Premiers résultats de l’enquête sur les parasciences », La Pensée scientifique et les parasciences, Paris, 1993.

-  Broch (H.), Le Paranormal, Paris, 1989.

-  Pigani (E.), Psi, enquête sur les phénomènes paranormaux, Paris, 1999.

-  Radin (D.), La Conscience invisible. Le paranormal à l’épreuve de la science, Paris, 2000.

-  Varvoglis (M.), La Rationalité de l’irrationnel, Paris, 1992.

-  Wallon (P.), Le Paranormal, Paris, 2002.

Cet article est extrait du Dictionnaire des miracles et de l’extraordinaire chrétiens, ouvrage collectif dirigé par P. Sbalchiero, Paris, Fayard, 2002.

Mots clés associés à cet article : Paranormal |