-  Parapsychologie -  Enseignements et références

La parapsychologie àl’université d’Edimbourg

La parapsychologie à l'université d'Edimbourg
Rencontre avec le Pr. Robert Morris

Par Pascale Catala

En 2002, lors de la convention annuelle de la Parapsychological Association àParis, le Pr. Robert Morris, avait présenté un exposé sur la Koestler Parapsychology Unit, département de l’université d’Edimbourg qu’il dirigea jusqu’àson décès en juillet 2004.

La chaire universitaire de parapsychologie d’Edimbourg est actuellement la plus importante mondialement (environ vingt universités au monde possèdent une section "parapsychologie"). En Grande-Bretagne, il existe sept centres de recherche, ainsi que des individus isolés poursuivant des recherches sur le sujet mais dans le cadre d’autres disciplines. En général, la parapsychologie est intégrée dans un département de psychologie. Cinquante thèses de doctorat ont été soutenues en Grande-Bretagne (ou vont l’être), dont 16 à Edimbourg.

Le financement à Edimbourg est assuré par l’université, et certains projets font l’objet de contrats spécifiques avec d’autres organismes. Le centre d’Edimbourg, nommé KPU ( Koestler Parapsychology Unit), a été créé suite au legs par Arthur Koestler et sa femme d’un fonds devant permettre l’étude de "la capacité attribuée à certains individus d’interagir avec leur environnement par des moyens autres que les canaux sensori-moteurs connus". C’est le professeur Robert Morris qui a été admis à cette nouvelle chaire de parapsychologie à l’université d’Edimbourg, en 1985. Il s’est efforcé de développer un programme de recherche systématique et responsable, qui puisse intégrer cette discipline controversée au sein des activités d’enseignement et de recherche de la communauté universitaire.

Le premier problème qui s’est posé au Centre Koestler a été de définir rigoureusement ce qu’impliquait une recherche sérieuse en parapsychologie. Il a donc été établi six caractéristiques de ce qui a été dénommé "parapsychologie intégrative" :
-  la parapsychologie est l’étude du "psi", c’est-à-dire des nouveaux moyens apparents de communication ou d’interaction entre les organismes et leur environnement, au-delà de ceux actuellement compris par la communauté scientifique.
-  le parapsychologie est une aire de recherche pluridisciplinaire, et non une discipline séparée ou un sous-domaine de la psychologie.
-  la parapsychologie pose des questions, au lieu de faire des assomptions. Il s’agit de faire des investigations sur les capacités attribués à certains individus, sans obligation de présumer l’existence de cette capacité.

-  la parapsychologie comprend l’investigation de deux types d’hypothèses de travail :

L’hypothèse du "pseudopsi", qui pose que toutes les preuves de l’existence du psi sont fausses, sont le résultats d’erreurs ou de mauvaises interprétations des observations

L’hypothèse "psi", qui avance que dans certaines conditions, il semble que l’on puisse accéder réellement à d’authentiques nouveaux moyens de communication.

-  la parapsychologie inclut l’étude de la façon dont nous observons et interprétons les événements qui se réclament du psi, et de la manière dont nous pouvons être trompés ou induits en erreur.

-  la parapsychologie utilise les outils de la science, par exemple les descriptions fines des événements spontanés, les enquêtes, la formulation et le test d’hypothèses, les études de corrélations, les expérimentations contrôlées avec des variations systématiques de conditions, et la construction de modèles théoriques.

Les principaux thèmes de recherche à Edimbourg :

1 ) Dans le cadre de l’hypothèse "pseudopsi" (étude de ce qui "semble être parapsychologique mais ne l’est pas") :
-  étude de la manière dont nous attribuons du sens aux informations ambiguës, psychologie de la perception, analyse des erreurs d’interprétation et de l’auto-illusion
-  développement d’un modèle rendant compte de la formation des croyances au paranormal
-  étude des stratégies de l’illusionnisme et de la tromperie délibérée, des techniques de fraude spécifiques à la simulation du psi
-  analyse de la critique de la parapsychologie

2 ) Dans le cadre de l’hypothèse psi
-  la précognition et ses hypothèses interprétatives alternatives, ses paradoxes
-  les corrélats psychologiques des performances psi, notamment la volonté
-  la sensibilité électromagnétique
-  l’expérimentateur/observateur
-  DMILS (Direct Interaction with living systems)
-  OBE (Out of Body Experiment) et les états modifiés de conscience ( ganzfeld, rêve)
-  approche systématique des cas spontanés, sondages statistiques, intégration du vécu psi ...

Quatre chercheurs à plein temps sont actuellement employés au KPU : Caroline Watt, psychologue, qui travaille sur l’effet d’expérimentateur et les cas spontanés, Paul Stevens, physicien, qui travaille sur une modélisation physique du psi, Fiona Steimkamp, philosophe, qui travaille sur la précognition et les problèmes philosophiques, et Peter Lamont, historien, qui travaille sur l’histoire sociale et l’illusionnisme.

Depuis sa création en 1985, les meilleurs acquis du KPU sont pour l’instant :

-  les bons résultats dans les études ganzfeld
-  les bonnes connaissances sur le "non-psi"
-  la possibilité d’expertise pour les autres départements universitaires
-  les études d’analyse du discours

Pour des renseignements plus complets, consulter le site du KPU (en anglais) : http://moebius.psy.ed.ac.uk/


De plus, Robert Morris a eu l’amabilité de bien vouloir répondre à quelques questions plus personnelles :

Pascale Catala : Mr  Morris, sur quel sujet de recherche travaillez-vous actuellement ?

Robert Morris : Nous avons une unité de recherche assez importante et donc beaucoup de projets de recherche. Personnellement, je suis intéressé par la volition et la confiance, et leur rôle par rapport aux phénomènes parapsychologiques. La façon la plus simple d’exprimer cette idée est : "Avec une volonté très forte, on réussit mieux dans le psi".

Pascale Catala : Donc l’étude de la motivation ?

Robert Morris : La motivation, mais pas seulement. Egalement, certaines personnes semblent avoir un sens très fort de la volonté, au-delà de la motivation. Simplement ils veulent faire les choses à leur façon, être responsables du sens à donner, des choses comme ça ... Nous nous intéressons aux différences culturelles, et maintenant une partie de notre travail est faite en collaboration avec des gens de Bali. Bali a une culture beaucoup plus communautaire, et nous avons une culture beaucoup plus individualiste. Ainsi, on peut comparer l’idée de la communication interpersonnelle et ses liaisons avec la motivation, la volition, l’intentionnalité. Egalement, nous sommes en train de développer une sorte de questionnaire, des mesures pour des sujets à Bali et en Grande-Bretagne. Nous faisons aussi des interviews des gens et ainsi il y a un aspect plus qualitatif. Un exemple de question que nous nous posons : si une personne essaie d’en influencer une autre à distance, l’aider à se relaxer, etc (dans le cadre d’une procédure de DMILS), est-ce que le style de volition de l’un ou l’autre sujet importe ? L’hypothèse est que pour la personne qui influence l’autre, il est peut-être mieux d’avoir une volition forte, alors que pour la personne qui est influencée, c’est peut-être le contraire. Voilà le genre de choses qui nous intéressent.

Mais pour être franc, je ne fais plus moi-même énormément de recherche, car je passe plus de temps à superviser : de très nombreux étudiants viennent au centre préparer une thèse ou présenter un sujet de recherche.

Pascale Catala : Au sein de vos recherches passées, quels ont été vos résultats les plus intéressants ?

Robert Morris : Probablement, le type d’étude le plus intéressant qui a été fait, est le travail réalisé avec une de mes étudiantes, Kathy Dalton : elle a obtenu des résultats extrêmement forts avec une procédure de Ganzfeld chez des individus hautement créatifs. Elle travaillait avec des artistes, des peintres, des musiciens, des acteurs, des danseurs ou des auteurs, et elle a eu des résultats particulièrement élevés avec les artistes visuels et les musiciens. D’autres chercheurs ont trouvé également de bons résultats avec les musiciens. Cela semble être lié à la créativité en général, et il y a maintenant de plus en plus de travaux consacrés à la psychologie des musiciens, aux différents processus qui se déroulent dans le cerveau selon que vous jouez, que vous composez, que vous improvisez du jazz, etc., ce qui implique différents niveaux de créativité.

Pascale Catala : Lorsqu’on vous a demandé de quelle façon était considéré votre centre par vos collègues des autres départements de l’université, vous avez répondu que vous n’aviez pas de problèmes, que vous étiez même le président de la section britannique de l’Association for the Advancement of Science. La situation en Grande-Bretagne est-elle vraiment si idyllique ? La parapsychologie est-elle vraiment considérée comme n’importe quelle autre discipline scientifique, sans qu’il y ait une opposition quelconque ?

Robert Morris : Ce n’est pas parfait. Ce que je voulais dire, c’est que notre unité de recherche est traitée avec respect, à la fois dans notre université, mais aussi dans le reste de la Grande-Bretagne. Nous avons bien sûr une association de sceptiques, mais nous avons d’assez bonnes relations avec elle, et les sceptiques sont tout à fait heureux de nous offrir de parler à leur convention, ou de publier dans leur journal. Au sein de mon département, il y a des personnes qui sont très contentes de ce que nous faisons, d’autres qui sont assez neutres, et il y a quelques personnes qui pensent que c’est probablement assez stupide. Mais l’important est qu’elles n’entreprennent rien contre nous, qu’elles ne nous empêchent pas de faire notre travail. En d’autres termes, nous sommes respectés en tant que personnes qui essaient de faire du bon travail. Il y a certainement des gens qui pensent que la parapsychologie est une perte de temps, mais là encore ils sont conscients que nous définissons notre sujet d’une façon un peu différente de celle qui est répandue : "Des gens vivent des expériences inhabituelles, et nous pouvons certainement aider à comprendre cela". Et ainsi, nous n’essayons pas d’imposer une quelconque vision métaphysique ou quelque chose comme ça. D’ailleurs, nous n’avons pas de problèmes avec les gens qui ont des croyances religieuses, il y a même un journal qui s’appelle "The Christian parapsychologist". Une partie de notre recherche porte sur les systèmes de croyance, et sur ce qui semble parapsychologique mais ne l’est pas. Et dès le départ, quand j’ai passé les entretiens pour la chaire de parapsychologie, j’ai fait comprendre très clairement que j’en savais beaucoup sur les moyens de simuler ces phénomènes, et les universitaires ont beaucoup apprécié cela. Je pense que cela signifie qu’on vous fait plus confiance si vous dites simplement : "Il semble que l’on ait quelque chose d’intéressant ici", cela montre que nous ne sommes pas des croyants à tout crin. Il faut dire que le groupe de sceptiques britanniques est réellement "sceptique" (je ne connais pas les sceptiques français, et donc ne me permettrais pas de commentaires sur eux). Cela signifie que nos sceptiques sont sceptiques à propos de tous ceux qui font des assertions extrêmement péremptoires. Et celui qui dit "Tout cela n’est bon qu’à mettre à la poubelle" est aussi en train de faire une affirmation péremptoire. Donc, la majorité des sceptiques britanniques ne défendraient pas cette assertion. Nous pouvons dialoguer avec eux. D’ailleurs, certains de mes étudiants sont devenus très actifs dans un groupe sceptique et nous sommes restés très bons amis. Et tous ont vraiment conscience que nous essayons de travailler le plus honnêtement possible. Quand je rencontre d’autres universitaires, s’ils nous connaissent et savent comment nous travaillons, il n’y a pas de problème. S’ils ne nous connaissent pas, bien sûr, ils peuvent quelquefois être négatifs et décourager les étudiants de s’engager dans notre voie. Mais encore une fois, l’important est que personne n’essaie d’interférer avec nous.

Au départ, il y avait des départements du campus qui ne nous voyaient pas d’un très bon œil, mais heureusement le Dr Beloff, qui avait été présent sur le campus depuis 15 ans, nous avait beaucoup facilité les choses, il avait expliqué aux gens, préparé l’opinion ... Voilà quelques éléments. Ce n’est pas parfait.

Pascale Catala : En France, quand un chercheur essaie de travailler sur un sujet de parapsychologie, cela risque de nuire à sa carrière, de le discréditer, de lui causer des ennuis, etc. Pourriez-vous nous donner quelques conseils sur la stratégie à adopter pour améliorer la situation française ?

Robert Morris : Oui. Je ne sais pas dans quelle mesure ce que nous faisons peut être généralisé à la France, c’est à vous de voir ce qui peut vous être utile ... Mais certainement, je pense qu’il est important que les parapsychologues français soient très compétents, qu’ils sachent très bien ce qu’ils font, cela signifie dans l’idéal qu’ils aient une bonne méthodologie, qu’ils connaissent les statistiques (il faut au moins que quelqu’un dans l’équipe soit très pointu en statistiques, il faut avoir accès à cette expertise). Il faut montrer que vous connaissez le principe de votre méthodologie, et également que vous êtes au courant des interprétations alternatives (les erreurs cognitives, les illusions, les fraudes etc). Nous, nous avons de bonnes relations avec les illusionnistes (nous les embauchons même souvent). Et Marcello Truzzi a fait une enquête auprès de la société américaine d’illusionnistes, et a trouvé que leur acceptation des phénomènes paranormaux était aussi grande que dans la population générale. Donc, il n’y a pas lieu d’avoir une relation de controverse avec eux, et franchement je vous conseillerais de coopérer avec la communauté des illusionnistes, de les consulter.

Je pense que ce qui est quelquefois très difficile à gérer, c’est l’aspect relations publiques, et les médias. En France, il y a un biais négatif envers la parapsychologie dans les médias. En Grande-Bretagne, quelquefois notre plus gros problème est qu’il y a un biais beaucoup trop positif : ils exagèrent les choses, et font des déclarations que nous-mêmes n’avons pas faites. Donc, je pense que peut-être il serait bon d’établir de bonnes relations avec certains journalistes. Quelquefois en Grande-Bretagne, nous avons rencontré des cas où certains médias avaient une directive, comme une position officielle, ils ne voulaient pas présenter les choses positivement. Bien souvent aussi, les médias n’aiment pas les positions mesurées, équilibrées, ils aiment abonder dans un sens ou dans un autre (cela est d’ailleurs valable pour la couverture médiatique des sciences en général). Donc je pense qu’il est important d’établir une bonne communication, pour pouvoir dire : voilà ce qui est vérifié, et ce qui ne l’est pas.

Enfin, je ne sais pas combien de praticiens, de "médiums commerciaux" vous avez en France, mais cela peut aussi causer des problèmes, parce qu’ils monopolisent la parole. Une partie du problème vient du fait qu’il n’y a pas encore de définition légale du terme "parapsychologue", comme il peut y en avoir pour "psychologue". N’importe qui peut se proclamer parapsychologue et proférer n’importe quelle déclaration. C’est un point important à considérer également. J’espère que ces quelques éléments pourront vous être utiles.


Mots clés associés à cet article :