-  Activités de l’IMI

Conférences organisées par l’IMI (1999-2017)

Conférences organisées par l'IMI (1999-2017)


Congrès

Congrès Euro-PA à Chartres (1999) et Paris (2003, 2007)

Congrès PA à Paris (2002) (Extraits ici, ici et ici)

Congrès PA à Paris (2010) (Résumés de la Journée Francophone ici)

Conférences

Conférences IMI (1999-2016)
Conférenciers Thème Année
Stéphane Allix Autour de l’INREES et du Manuel clinique des expériences extraordinaires 2009
Philippe Antoine Points de vue médical, philosophique et parapsychologique sur le voyant américain Edgar Cayce 2013
Xavier Armand Leonora Piper, la femme aux cent voix 2012
Gérard Audinet, Bertrand Méheust, Yves Lignon Entrée des médiums - les coulisses de la métapsychique 2012
Martin Aurell Morts vivants et revenants dans la société médiévale 2016
Peter Bancel Le Global Consciousness Project (2009, 2011) ;Psi et Mécanique Quantique (2015)
Philippe Baudouin Weird science : Bref inventaire illustré des inventions techniques de la parapsychologie 2014
Georges Bertin Présence de l’invisible : les apparitions 2010
Richard Broughton Psi et Evolution 2011
Christine Brusson (avec Méheust) Alexis_Didier : héros romantique et héros de roman 2008
Wesley Burdine Lecture rétrocognitive : Bergson, Proust et Les Fantômes du Trianon 2014
Alexis Champion Synthèse et enjeux de l’application du psi en archéologie (avec Gransard-Desmond) 2009
Jean-Patrick Costa Chamanisme et plantes enthéogènes 2003
Sylvie Drouot La communication facilitée : le point sur la question 2008
Nicole Edelman Autour de la_voyance : l’approche d’une historienne 2010
Huub Engels Un célèbre médium_spirite : Hélène Smith. Retour sur cent ans de recherches psychologiques, psychanalytiques et linguistiques 2008
Pierrette Estingoy Charles Richet et la naissance de la_métapsychique 2008
Renaud Evrard La géopolitique du psychisme : histoire des frontières entre psychologie et parapsychologie en France (2014) ; Charles Richet et l’affaire de la villa Carmen (2016)
Antoine Faivre La naturphilosophie comme horizon de la_métapsychique 2005
François Favre Psi et intentionalité - Les bases de la_parapsychologie 2004
Jean-Pierre Gerbaulet Science et spiritualité 2017
Stéphane Gilson La métapsychique entre discernement théologique et nosographie psychiatrique française 2009
Jean-Olivier Gransard-Desmond Synthèse et enjeux de l’application du psi en archéologie (avec Champion) 2009
Philippe Guillemant Les coïncidences expliquées par la théorie de la Double Causalité (2010) ; Présence du futur : ce que nous apprennent les coïncidences (2011)
Marcelo Gulão Pimentel Du Spiritisme à la_Métapsychique 2013
Grégory Gutierez (avec Méheust) Bilan et perspectives pour une_métapsychique du XXIe siècle 2005
Erlendur Haraldsson Une vie après la vie ? Enquêtes sur la réincarnation (2007) ; Un cas parfait ? Vision à distance, voyage clairvoyant, ou communication avec des défunts ? (2012) ; Preuves et arguments pour ou contre la survie (2013) ; Miracles modernes : études des phénomènes associés à Sathya Sai Baba (2013) ;La médiumnité physique extraordinaire de Indridi Indridason (2015) ; Différences entre les médiums (2017)
Christine Hardy Le psi dans la théorie cognitive des champs sémantiques (SFT) : L’esprit comme réseau d’interconnexions non-locales 2009
Jean-Pierre Jourdan Expériences de Mort Imminente, un phénomène nouveau sous les yeux de la science 2009
Laurent KasprowiczCoups de fil de l’audelà 2016
Jeffrey Kripal Les Dieux biologiques 2015
Stanley Krippner Télé-pathie, rêve et chamanisme 2007
Maud Kristen Comment vivre et penser la voyance aujourd’hui 2009
Sofie Lachapelle Science et magie au théâtre Robert-Houdin 2011
Pierre Lagrange Para-psychologie, pratique scientifique et rationalisme (2005) ; Sociologie des parasciences (2013)
Jean-François Lambert Mes neurones et moi : qui décide pour moi ? 2014
Thomas Landrez James, Bergson, et les modèles « alternatifs » de la relation du « mental » et du « cérébral » 2008
Claude Lecouteux Histoire des Poltergeists 2007
Pascal Le Maléfan La « sortie du corps » est-elle uniquement du ressort de la_ parapsychologie ? 2008
Yves Lignon De l’usage des statistiques en_parapsychologie 2005
Walter von Lucadou L’élusivité dans la_parapsychologie et le Modèle de l’Information Pragmatique (2008) ; 50 années d’étude(2016)
François Martin Psyché quantique et synchronicité 2012
Bertrand Méheust Alexis_Didier, un voyant extraordinaire (2003) ; Bilan et perspectives pour une_métapsychique du XXIe siècle (avec Gutierez, 2005) ; Faut-il prendre la_métapsychique au sérieux (avec Rabeyron et Si Ahmed, 2005) ; La France est-elle psi-phobique ? Les raisons d’un silence (2006) ; Voyance et parapsychologie : éclairage scientifique du phénomène de voyance (avec Varvoglis, 2008) ; Science-fiction et soucoupes volantes : trente ans après (2008) ; Alexis_Didier : héros romantique et héros de roman (avec Brusson, 2008) ; Aimé Michel, le prophète oublié (avec Rospars, 2010) ; Ce que les voyants nous apprennent (2011) ; Jésus thaumaturge (2015)
Alexander Moreira-Almeida Explorer les frontières de la relation entre le corps et l’esprit 2011
Michael Nahm La lucidité_terminale 2012
Jérémy Narby Plantes et chamanisme 2002
Roger Nelson Le Global Consciousess Project 2003
Alejandro Parra La_parapsychologie clinique en Argentine (2007) ; Examiner les effets avant et après d’une thérapie de groupe humaniste pour les expériences paranormales (2012)
Mikaël Ponsardin La vie et l’oeuvre du médium Chico Xavier 2012
Paul-Louis Rabeyron (avec Si Ahmed et Méheust) Faut-il prendre la_métapsychique au sérieux ; Est-il possible d’enseigner la parapsychologie scientifique (2014)
Thomas Rabeyron Rétro-causalité 2015
Emmanuel Ransford La nouvelle physique de l’esprit 2007
Jean-Pierre Rospars Aimé Michel, le prophète oublié (avec Méheust) 2010
Patrick Sbalchiero Les phénomènes extraordinaires de la foi 2013
Stephan Schwartz Le bilan du remote-viewing (2006), La bio-psychokinèse et la guérison psychique (2006)
Rupert Sheldrake Le septième sens (2004) ; L’évolution de la télépathie (2011)
Djohar Si Ahmed (avec Rabeyron et Méheust) Faut-il prendre la_métapsychique au sérieux (2005) ; La_parapsychologie clinique (2007) ; L’Odyssée de la Conscience dans le sillon du Dr Hubert Larcher (2013)
Alexis Tournier Comprendre la voyance ? 2016
Michel Troublé Quelle place pour le vivant dans la physique quantique ? 2007
Marcel Turbiaux Madame Camille, voyante, l’affaire Cadiou et « l’Ecole de Nancy » 2008
Michel Vanbockestal Le poltergeist d’Arc-Wattripont 2016
Mario Varvoglis La parapsychologie scientifique (1999) ; Voyance et parapsychologie : éclairage scientifique du phénomène de voyance (avec Méheust, 2008) ; Une mémoire du Futur (2010) ; La micro PK (2015)
Philippe Wallon Guérisons par la foi et lieux de guérison, à propos de Lourdes (2009) ; Les coïncidences (2016)


6 Février 2009

Stéphane Allix, Autour de l’INREES et du Manuel clinique des expériences extraordinaires

Le journaliste Stéphane Allix a co-fondé l’Institut de Recherche sur les Expériences Extraordinaires (INREES) en juin 2007. L’un des objectifs de cette association est de sensibiliser les professionnels en santé mentale, les médecins et les soignants en général, aux expériences extraordinaires que disent traverser un grand nombre de personnes. Leurs témoignages portent sur des visions qualifiées de surnaturelles, le vécu de phénomènes physiques ou subtils de nature inexplicable, des épisodes intenses vécus au seuil de la mort, ou au retour d’une expérience de mort imminente, des communications ou des rencontres avec des entités, ou des esprits, des transformations psycho spirituelles...
Depuis novembre 2007, l’INREES a eu pour priorité la rédaction d’un Manuel clinique des expériences extraordinaires qui a reçu le soutien de plusieurs membres de l’IMI. Ce manuel vise à présenter par catégorie une description clinique de la totalité des expériences extraordinaires répertoriées à ce jour, ainsi que des suggestions d’approches thérapeutiques et d’écoute. Cet ouvrage novateur et très attendu a pour but de proposer des outils de connaissance et de réponse thérapeutique à des professionnels en santé mentale souhaitant être mieux informés des connaissances scientifiques actuelles sur ces expériences extraordinaires. Avec quelle méthodologie dissocier dans le récit d’une expérience extraordinaire le pathologique du non pathologique ? Et que faire ensuite ? Stéphane Allix nous parlera de ce manuel et des nombreuses rencontres qui l’ont accompagné.


5 avril 2013

Points de vue médical, philosophique et parapsychologique sur le voyant américain Edgar Cayce, par Philippe Antoine

(JPEG) Edgar Cayce (1877-1945) est considéré par certains comme le père de médecine holistique. Lors de ses transes si particulières, il fut capable de diagnostiquer des maladies et d’identifier des remèdes, alors qu’il n’avait aucune formation médicale. Son parcours a fasciné de nombreuses personnes mais les études sérieuses à son sujet sont mal connues. Le matériel disponible est pourtant riche : au total, il a fait plus de 9.000 lectures ("readings") avec des prescriptions médicales qui se seraient avérées adéquates pour le traitement de centaines de malades. En plus de cet abord médical, il est intéressant de connaître ses propres explications de ses facultés et du fonctionnement du psychisme :

-  la manière dont il entrait en état d’hypnose profonde,
-  la ou les sources de ses informations,
-  son schéma d’explication de la conscience et de la structure de l’être humain,
-  sa vision de la place de l’homme dans le temps et dans l’univers.

Cette conférence se veut une introduction à la pensée et à l’histoire d’Edgar Cayce et de ses facultés si controversées, dans une confrontation à nos connaissances actuelles.

Le conférencier

Le Docteur Philippe ANTOINE est Neuropsychiatre, Licencié en Psychologie et Hypnothérapeute. Président de la Société Belge de Sophrologie et de Relaxation, il est également chargé de cours invité à l’Université Catholique de Louvain, en Belgique.


7 decembre 2012

Leonora Piper, la femme aux cent voix, par Xavier Armand

(JPEG) Cette pièce met en scène les exploits historiques de Léonora Piper, l’une des médiums les plus étudiées de l’histoire des recherches psychiques anglo-saxonnes du XIXe siècle. Dans la pièce, Hodgson et Myers, inspirés des personnages historiques, cherchent à faire la lumière sur les phénomènes produits par la médium. Piper est-elle une simulatrice, assistée de comparses qui l’informent secrètement ? Use-t-elle de techniques particulières pour obtenir des informations sur les morts qu’elle prétend faire parler ? Les phénomènes déroutants produits par la médium vont contraindre les protagonistes à envisager des hypothèses de plus en plus audacieuses, s’éloignant progressivement des représentations communes sur la perception, la mémoire, sur la mort elle-même.

L’auteur
Diplômé en philosophie, Xavier Armand se passionne pour la métapsychique après la découverte de Somnambulisme et mediumnité de Bertrand Méheust. Leonora Piper, la femme aux cent voix, est la première pièce de l’auteur.
Pièce lue par Bernard Blancan, François Monnié, Emilie Caen et Emilie Gavois Khan.


8 decembre 2012

Entrée des médiums : les coulisses de la métapsychique

(GIF) Table-ronde
avec Gérard Audinet, Bertrand Méheust et Yves Lignon

A l’occasion de l’exposition « Entrée des médiums : spiritisme_et art de Hugo à Breton » qui se tiendra du 18 octobre 2012 au 20 janvier 2013 à la Maison de Victor Hugo, l’Institut Métapsychique International (IMI) vous propose d’approfondir la facette métapsychique de cette thématique. Que pensez de l’engouement pour les tables parlantes auquel succomba la famille de Victor Hugo, au cours de son exil ? Quels impacts ont eu les productions d’un des plus grands écrivains français sur ses contemporains et sur lui-même ? C’est en écho à « l’actualité métapsychique récente » que Gustave Simon publie, en 1923, une partie des comptes rendus des séances effectuées par les Hugo. Cette actualité - dans laquelle nous vous proposons de replonger - était faite de médiums venus du monde entier pour être testés dans des laboratoires parisiens, de photographies et de moulages des substances ectoplasmiques matérialisés par certains sujets, d’un Traité de métapsychique présenté à l’Académie des Sciences par le prix Nobel Charles Richet, et de tout un ensemble d’événements qui vont imprégner la culture de l’époque, notamment par l’intermédiaire du mouvement surréaliste.

Les intervenants

Cette table-ronde réunira plusieurs spécialistes de ces thématiques. Gérard Audinet est directeur de la Maison de Victor Hugo et co-commissaire de l’exposition "Entrée des médiums". Bertrand Méheust, membre de l’IMI est professeur de philosophie, docteur en sociologie, auteur d’autres d’ouvrages de référence sur l’histoire de la métapsychique ainsi que d’essais sur l’écologie. Yves Lignon est maître de conférences honoraire en statistiques, vulgarisateur reconnu de la parapsychologie et de son histoire.


24 Avril 2009 - 10 juin 2011 - 21 mars 2015

Peter Bancel, Le Global Consciousness Project

(JPEG) La majorité des recherches sur les phénomènes psi - tels que la clairvoyance, la télépathie et la psychokinèse - admettent tacitement que le paranormal est associé de façon prédominante avec un individu à la fois. Du coup, les parapsychologues tendent à comprendre les phénomènes psi en termes psychologiques. Mais qu’en serait-il si ces phénomènes se produisaient en dehors de ces manifestations individuelles ? A quoi cela ressemblerait-il et comment cela pourrait-il être étudié ? La parapsychologie pourrait-elle se joindre à une « paraphysique » pour examiner les processus psi sous-jacents au fonctionnement du monde ?

Ces questions portent le challenge central du « Projet de la conscience globale » (Global Consciousness Project, GCP). Le GCP est une expérimentation sur une longue durée qui explore la possibilité que les liens psi entre l’esprit et la matière sont étendus, voire planétaires. L’analyse porte sur des données collectées continuellement sur un réseau global de Générateurs de Nombres Aléatoires ( GNA). D’autres recherches ont montré que les GNA étaient sensibles à l’influence psi des individus. Après 10 ans de fonctionnement, les résultats surprenants du GCP montrent que le réseau global des GNA subit des variations subtiles à des moments d’émotions collectives et massives dans le monde - par exemple, la célébration du nouvel an ou la réaction au Tsunami d’Asie du Sud-est de 2004. Ces recherches suggèrent qu’on pourrait détecter et exploré expérimentalement le « fonctionnement en arrière-plan » du psi. Elles suggèrent aussi que, en tant qu’humains, nous sommes connectés avec notre planète, mais aussi avec les autres, par des moyens que nous n’avions peut-être pas imaginés.

Peter Bancel, physicien et membre du Comité Directeur de l’IMI, gère les analyses du GCP depuis 2003. Sa conférence fera le point sur cette recherche, et indiquera les implications et nouveaux horizons pour la métapsychique.


21 mars 2015

Réflexions sur le psi et la théorie des quanta, par Peter Bancel

La théorie des quanta est la théorie la plus remarquable en physique. Depuis son élaboration par Bohr, Heisenberg, Schrödinger et Dirac au début du XXème siècle, ses prédictions ont été confirmées à maintes reprises et sans faille. Néanmoins, elle reste mystérieuse quant à son interprétation et n’a pas fini de révéler tous ses secrets. Aujourd’hui elle fait l’objet de recherches intensives qui tentent de pénétrer le sens du « quantum » et cherchent à répondre aux questions les plus essentielles : quels principes fondamentaux se cachent derrière cette théorie et qu’impliquent-ils pour notre conception du monde ?

Ces mêmes interrogations se posent pour les phénomènes psi, qui sont aussi, sinon plus, mystérieux que les effets quantiques. Y a-t-il un lien nécessaire entre les deux ? Qu’est-ce que la théorie des quanta peut nous apporter pour mieux comprendre le psi ? Plus encore, le psi a-t-il quelque chose à nous dire par rapport au quantum ?

Ces questions vont être abordées lors de la présentation. Nous allons retracer l’histoire de la mécanique quantique et examiner certains de ses résultats les plus récents. Nous présenterons des tentatives pour élaborer une théorie du psi fondée sur la mécanique quantique et ferons des propositions pour montrer comment un dialogue direct entre le psi et la théorie des quanta pourrait se traduire par des travaux expérimentaux.

Peter Bancel est physicien (doctorat de l’Université de Pennsylvanie) et a travaillé dans des laboratoires français. Il s’est beaucoup investi dans le Global Consciousness Project (GCP) et est lauréat de la bourse Eileen Coly 2007.


27 juin 2014

Weird science : Bref inventaire illustré des inventions techniques de la parapsychologie, par Philippe Baudouin

L’intérêt d’une certaine frange de la communauté scientifique pour la question de l’occulte naît en 1848 avec le récit des phénomènes spirites observés chez les sœurs Fox. Les tables tournantes et autres expériences paranormales qui envahissent les États-Unis et l’Europe à partir de la seconde moitié du XIXe siècle poussent alors les savants à considérer ces faits inexpliqués comme des objets dignes de leurs expérimentations. Parallèlement aux nombreuses inventions qui voient le jour au tournant du XXe siècle, un certain nombre de chercheurs vont tenter de concevoir des outils et des machines afin d’analyser dans leurs laboratoires ces phénomènes. Du télégraphe spirite aux applications parapsychologiques pour smartphone, l’inventaire de ces objets techniques oubliés ou méconnus semble ainsi délimiter une possible histoire technique de la parapsychologie qu’il s’agira de retracer brièvement.
Cette conférence a été préparée dans le cadre de l’exposition Média-Médiums, actuellement à l’espace Ygrec.

Les conférenciers
(JPEG) Philippe Baudouin est titulaire d’un Master en philosophie, et membre du Groupe de recherche sur la culture de Weimar (Maison des Sciences de l’Homme-Paris Nord), il a publié aux éditions de la MSH (coll. Philia) Au microphone : Dr. Walter Benjamin (Prix Inathèque 2009) et Walter Benjamin : Ecrits radiophoniques chez Allia. Parallèlement à ces recherches théoriques, il réalise depuis près de dix ans des documentaires radiophoniques, dont récemment un [documentaire sur l’IMI-http://www.metapsychique.org/Documentaire-sur-l-IMI-diffuse-par.html] pour Arte Radio.


 Présence de l’invisible : les apparitions dans l’Ouest aux XIXe et XXe siècles, par Georges Bertin

La réédition aux éditions Cheminements/Arsis de notre ouvrage sur les Apparitions (Présence de l’Invisible, dont le titre original était « Apparitions/Disparitions ») nous amène à en préciser les contours. En effet, le laboratoire d’anthropologie de l’imaginaire que nous dirigions à l’époque à l’UCO (le GRIOT) a étudié, de 1993 à 1998, une douzaine de sites d’apparitions dans l’Ouest et le Centre de la France : Pontmain, La Fraudais, Pellevoisin, Tilly sur Seulles, Loublande, L’Isle Bouchard, Dozulé, Kérizinen... Leur compréhension n’aurait pas été opératoire pour nous sans un regard singulier, consistant à mettre en œuvre une perspective multiple, croisée sur des phénomènes dont l’aspect échappe au déterminisme. Travailler sur les phénomènes d’ apparitions, c’est se demander légitimement ce qu’ils révèlent, manifestent, donnent à voir qui était de l’ordre du caché, du non-dit, voire du refoulé ou s’ils témoignent d’une réalité intermédiaire ? Renvoient-ils à des croyances dont les acteurs auraient intériorisé les prescriptions ou encore exécuteraient les injonctions ? Mettent-ils en évidence un imaginaire à la fois radical, social et culturel, dans ses dimensions diachronique et synchronique ? Nous nous trouvons donc avec plusieurs niveaux d’interrogation qui déterminent nos enquêtes et préparent nos interprétations, lesquelles interfèrent en feed-back constant. D’où la présence de chercheurs de différentes disciplines dans la rédaction de cet ouvrage : historien, mythologue, psychosociologues, sociologues, linguistes, sémiologues, anthropologues.

Le conférencier

Georges Bertin est Docteur en sciences de l’Education, docteur habilité à diriger les recherches en sociologie, Directeur de recherches au CNAM Pays de la Loire et à l’Université de Pau, Directeur des revues Herméneutiques sociales et Esprit Critique. Il est également membre du centre international de recherches sur l’Imaginaire, du Cercle d’Etudes Normand d’anthropologie, et dirige au CNAM un séminaire de recherches sur l’anthropologie de l’Imaginaire. Membre du Comité d’Honneur de l’IMI, il fit partie du Comité de rédaction du Bulletin Métapsychique.


15 avril 2011

Psi et évolution : pourrait-on comprendre le fonctionnement de la perception extra-sensorielle dans une perspective évolutionniste ?, par Richard Broughton

Bien que l’évolution soit rarement mentionnée dans le contexte de la parapsychologie, si on soutient que la perception extra-sensorielle - et en particulier la précognition -, est une capacité humaine réelle, alors l’évolution doit contribuer à notre compréhension du fonctionnement des capacités psi. Les récents développements de nos connaissances sur le rôle de la mémoire et des émotions fournissent des indices-clés sur la façon dont la perception extra-sensorielle peut faire partie de notre très importante capacité d’adaptation à l’environnement.

Le conférencier

JPEG - 14.6 ko Richard S. Broughton est Ph.D en psychologie. Il a rejoint en 2003 la division de psychologie de l’Université de Northampton au Royaume-Uni où il est membre du Centre pour l’étude des processus psychologiques anomaliques (CSAPP). Ses sujets de recherche privilégiés sont dans le domaine de l’intuition et de la prise de décision intuitive, spécialement lorsqu’elle implique une perception extrasensorielle. Depuis longtemps, il pense que les facultés dites paranormales peuvent être comprises dans un contexte évolutioniste, ce qui implique de mettre au jour les mécanismes sous-jacents. En plus de nombreux articles scientifiques, Broughton est auteur de Parapsychologie : Une science controversée (Editions du Rocher, 1995), une introduction populaire à ce domaine, saluée par la critique, et traduite en cinq langues. Broughton a également été par deux fois président de la Parapsychological Association, et fut longtemps un membre du comité directeur de cet organisme. Il est membre du Comité d’Honneur de l’IMI.


19 Décembre 2008

Christine Brusson et Bertrand Méheust, Alexis Didier : héros romantique et héros de roman

(JPEG) Alexis Didier est né à Paris en 1826. C’est un voyant, ou plutôt un somnambule extra-lucide comme on dit à cette époque, c’est-à-dire quelqu’un qui, plongé dans un sommeil artificiel par son magnétiseur, développe des pouvoirs inouïs. Il voit à distance, lit dans des livres fermés, capte des indices à travers les objets qu’on lui présente. Si les somnambules sont légion dans ce siècle partagé entre la nostalgie de l’illuminisme et la foi en une rationalité scientifique héritée du siècle des Lumières, il est, lui, le voyant le plus charismatique de son temps. Précoce : il commence sa carrière à quatorze ans. Prodigieux : ses pouvoirs sont stupéfiants, immense sa notoriété qui dépasse les frontières et le convie chez les plus grands. Mystérieux : il disparaît tout à coup de la scène publique, jusqu’à sa mort en 1886.
L’expérience somnambulique est dangereuse, excitante, poétique. Nerval, Hugo, Dumas, Gautier et d’autres qui ont vu œuvrer le voyant ne s’y sont pas trompés. Alexis déchaînera les passions.
C’est sa vie qui est racontée ici, dans son exactitude chronologique, telle que nous l’a restituée l’admirable travail de Bertrand Méheust, mais aussi dans ce qu’elle a pu receler de plus secret et qui n’a pas laissé de trace. Vie rêvée à travers les arcanes du Tarot qui convoquent le passé, vie réincarnée par l’écriture romanesque plus que biographie exacte, cette vie nous captive à travers les questions qu’elle soulève : quels sont ces mystérieux pouvoirs ? D’où Alexis les tenait-il ? Que vient-il nous dire encore aujourd’hui ?

Christine Brusson est enseignante en lettres, et auteure d’Alexis, la vie magnétique. Bertrand Méheust est philosophe et membre du Comité Directeur de l’IMI.


17 mai 2014

Lecture rétrocognitive : Bergson, Proust et Les Fantômes du Trianon, par Wesley Burdine

(JPEG) A l’été 1901, deux Anglaises déambulaient dans les jardins du Petit Trianon à Versailles. Toutes deux sentirent une impression étrange et commencèrent à voir des gens vêtus de costumes, certains semblant apparaître de nulle part. Lorsqu’elles achevèrent leur promenade, elles retournèrent à leur hôtel et partagèrent leur expérience. « Crois-tu que le Petit Trianon est hanté ? », se demandèrent-elles.
Pendant dix ans, ces deux femmes - Charlotte Anne Moberly & Eleanor Jourdain - enquêtèrent sur ce qu’elles avaient vu et publièrent leurs conclusions en 1911 dans An Adventure, traduit plus tard en français sous le titre : Les Fantômes du Trianon. Elles y affirment avoir pénétré « dans un souvenir de Marie Antoinette. » Les sentiments de la reine les auraient imprégné durant leur promenade dans les jardins.
Seulement un an après la publication de An Adventure, Marcel Proust publia le premier volume d’A la recherche du temps perdu. Dans les dernières pages du roman, son narrateur décrit une promenade dans le Trianon et la manière dont des souvenirs le submergèrent, comme si des personnages du passé apparaissaient juste devant lui.
Le dénominateur commun de ces deux ouvrages peut s’éclairer grâce à la philosophie d’Henri Bergson mais aussi grâce à la métapsychique. Le phénomène décrit par Moberly et Jourdain peut y être interprété comme une « rétrocognition » ou un « glissement temporel ». Mais ce fond commun entre An Adventure, Du côté de chez Swann et Henri Bergson représente une opportunité pour comprendre le temps et le mémoire comme des phénomènes tangibles.
Dans mon exposé, je vais présenter la rétrocognition de An Adventure comme un moyen radical pour repenser le processus de la mémoire et la lecture de textes. Lire « rétrocognitivement » est une façon de comprendre comment la mémoire humaine peut être submergée par des affects portés par des objets et des espaces. Ces affects, apparemment ancrés dans les choses, nous introduisent à la nature polytemporelle du monde qui nous entoure.

L’intervenant
(JPEG) Wesley Burdine est doctorant en anglais à l’Université de Minnesota, aux Etats-Unis. Il étudie les liens entre littérature et recherche psychique, dans une étude plus générale des rapports entre la subjectivité et le temps. Son site : http://www.wesburdine.com


19 Septembre 2008

Sylvie Drouot, La Communication Facilitée : le point sur la question

Lorsqu’elle est partie en Australie en 1992 pour apprendre la communication facilitée, Anne-Marguerite Vexiau ne savait pas à quel point la méthode qu’elle allait introduire en France était extraordinaire. Soutenir la main de quelqu’un pour lui permettre de parler (comme elle le relate dans son premier livre Ta Main pour parler) c’est en effet ouvrir à la personne « facilitée » la voie de l’expression consciente de ses pensées, désirs, souffrances et joies, mais c’est aussi lui donner accès à son être le plus profond... Voilà pourquoi faire une séance de communication facilitée, en conscience, ou de psychophanie, en prise avec les profondeurs de l’être, est toujours, pour le/la facilité(e) comme pour la facilitante que je suis, une expérience hors du commun, que je vais tâcher de vous faire partager au cours de cette conférence.
Sylvie Drouot, thérapeute, est une élève d’Anne-Marguerite Vexiau en psychophanie.


22 Janvier 2010

Autour de la voyance : l’approche d’une historienne, par Nicole Edelman

Voir, prédire, traverser les miroirs du temps, voyager dans des univers parallèles, ces phénomènes réels ou irréels, vrais ou rêvés, s’ils sont universels, n’en ont pas moins une histoire complexe et tortueuse, chacun possédant une signification particulière qui évolue au fil du temps. C’est cet envers et ces errances de la raison, cette emprise ancienne et protéiforme de la voyance sur nos sociétés qui sera exposée, mettant au jour les multiples ébranlements des frontières entre science et religion, savoir et croyance, normal et anormal.

La conférencière

(GIF) Nicole Edelman est maître de conférences en histoire contemporaine (Paris Ouest Nanterre). Elle a publié plusieurs ouvrages abordant la voyance : Voyantes, guérisseuses, visionnaires en France (1995, Albin Michel) ; Les métamorphoses de l’hystérique (2003, La Decouverte), Histoire de la voyance et du paranormal (2006, Seuil), Voyances (2008, Seuil) et Histoire sommaire de la maladie et du somnambulisme de Lady Lincoln (2009, Taillandier) présenté avec Luis Montiel et Jean-Pierre Peter.


31 Octobre 20008

Huub Engels, Un célèbre médium spirite : Hélène Smith. Retour sur cent ans de recherches psychologiques, psychanalytiques et linguistiques.

En 1900, le psychologue suisse Théodore Flournoy publiait Des Indes à la planète Mars : étude sur un cas de somnambulisme avec glossolalie. Dans ce livre fascinant, il présentait un médium qui, lors de ses transes, multipliait les visions, les langues étranges et les identifications à des figures du passé, telle Marie-Antoinette. Catherine-Elise Müller, plus connue sous le pseudonyme d’Hélène Smith, a intrigué les psychanalystes (Jung, mais aussi Lacan), les linguistes (Ferdinand de Saussure assista même à quelques séances), les surréalistes (André Breton la prend pour modèle de son personnage Nadja), etc. Le travail de Flournoy a mis en lumière plusieurs processus psychologiques de cette médiumnité, mais d’autres questions posées par ce cas sont restées dans l’ombre. C’est seulement au XXIe siècle que l’on a compris, par exemple, la provenance de la langue martienne et de la langue indienne parlées par le médium. A la lumière d’éléments nouveaux, le cas d’Hélène Smith mérite d’être revisité.
Huub Engels est Docteur en Psychopathologie de la langue, chercheur invité à l’Institut Max Planck de Psychiatrie de Munich.


11 janvier 2008

Dr. Pierrette Estingoy, Charles Richet et la naissance de la métapsychique : le désir de science face à l’occulte

Le Dr Pierrette Estingoy est praticien hospitalier en psychiatrie sur Lyon, et auteure de plusieurs travaux scientifiques et universitaires sur Charles Richet (1850-1935), physiologiste français, né et mort à Paris. Durant sa vie fort longue, il s’intéressa vivement aux phénomènes paranormaux selon la terminologie moderne, autrement dit, à ces phénomènes étranges qui servirent de substrat au spiritisme, auquel il n’adhéra jamais.
La carrière scientifique de Charles Richet est exemplaire : agrégé de la Faculté de médecine en 1878, professeur de Physiologie en 1887, membre de l’Académie de médecine en 1898, de l’Institut (Académie des sciences) en 1914. Enfin, pour couronner sa découverte avec Portier du phénomène de l’anaphylaxie, il reçoit le prix Nobel de Médecine en 1913.
Au premier regard, on peut trouver étonnant, voire paradoxal, cet intérêt continu et enthousiaste que le savant porta au magnétisme animal, à la voyance, à la télékinésie, aux matérialisations. Autant de termes étranges, presque ridicules en ce début de XXIème siècle. Car Charles Richet, mena de front des recherches scientifiques "classiques", brillantes et internationalement reconnues, en physiologie, et des recherches en métapsychique (parapsychologie d’aujourd’hui) abondantes et variées, sanctionnées par un ouvrage d’intention scientifique, le Traité de métapsychique, en 1922.
Mais pour mieux clarifier l’état d’esprit du savant, il faut se replacer dans le cadre d’influence sociologique de cette fin de XIXème siècle, où se disputent les ambitions scientistes et le retour du merveilleux. Ensuite seulement nous pourrons tenter d’analyser son point de vue, les implications et les conséquences qui en découlent à travers l’histoire de la psychologie, du spiritisme et de la parapsychologie.


14 novembre 2014

La géopolitique du psychisme : histoire des frontières entre psychologie et parapsychologie en France, par Renaud Evrard

(JPEG) Renaud Evrard est docteur en psychologie, psychologue clinicien en psychiatrie adultes et membre associé de l’EA 3071 ("Subjectivité, Lien Social et Modernité") à l’Université de Strasbourg. Il a co-fondé en 2009 le Centre d’Information, de Recherche et de Consultation sur les Expériences Exceptionnelles (www.circee.org).
(JPEG) Les tables tournantes, la télépathie et la suggestion mentale figuraient parmi les premiers objets d’études des psychologues (Plas, 2000). Les études des somnambules, des médiums, des chiromanciens ou encore des possédés fécondèrent les premières théories psychologiques de l’esprit, et en particulier de ses aspects non-conscients. Si bien qu’en France, l’institutionnalisation de la parapsychologie fut d’abord indiscernable de celle de la psychologie. Mais des frontières furent progressivement mises en place au cours du XXe siècle jusqu’à ce que soit distinguée une métapsychique marginale, considérée d’abord comme une hétérodoxie psychologique puis comme une pseudo-science.
Dans cette conférence, nous proposons de passer en revue certaines des grandes étapes de ce que l’historien Bertrand Méheust (1999) a appelé « la géopolitique du psychisme ». En particulier, nous nous intéressons aux rôles joués par certains scientifiques d’élite, dont les prix Nobel Charles Richet et Pierre Curie, à l’occasion de la parution du Bulletin métapsychique n°17 sur le thème « Prix Nobel et la parapsychologie ». Cette conférence s’appuie sur des recherches historiques dans des archives spécialisées et auprès de descendants ou contemporains de chercheurs, qui feront la matière du livre : La légende de l’esprit : enquête sur 150 ans de parapsychologie.

16 février 2016

Entre légende noire et légende dorée : Charles Richet et l’affaire de la villa Carmen

Au mois d’août 1905, le futur prix Nobel de physiologie Charles Richet se rend à Alger afin d’étudier certains phénomènes qui défraient la chronique depuis quelques temps. Arrivé sur les lieux, il met en place certains contrôles pour pouvoir écarter l’hypothèse de la fraude et assiste à plusieurs matérialisations de ce qu’il appelle ectoplasme, une substance dynamique émanant d’une jeune médium. Les clichés qu’il obtient sont diffusés dans la presse et l’affaire vire rapidement au scandale. Quel mouche a piqué ce savant qui vient ainsi cautionner des phénomènes que l’on sait impossibles et donc frauduleux ? L’opinion se déchire et les collègues de Richet sont contraints de se prononcer sur son cas. Le professeur de psychologie Pascal Le Maléfan (2004) a déjà décrit comment ce scandale a précipité le divorce entre la communauté scientifique et la discipline récemment baptisée métapsychique. Ce moment charnière est à l’image de l’histoire de la parapsychologie en France, telle que je l’ai abordée dans mon livre La légende de l’esprit : enquête sur 150 ans de parapsychologie (paru chez Trajectoire). Le souvenir qui nous en reste oscille entre une légende noire où ce grand savant s’est couvert de ridicule, et une légende dorée dans laquelle les parapsychologues passent pour des héros incompris. A partir de documents méconnus, et d’une approche symétrique de l’histoire des sciences, je me propose de restituer le contexte précédant l’arrivée de Richet, de rassembler un éventail de points de vue sur les événements de 1905 et de corriger certaines des affirmations erronées qui sont passées à la postérité... même chez les métapsychistes !


11 février 2005

Antoine Faivre, La naturphilosophie comme horizon de la métapsychique

Antoine Faivre est un professeur émérite de l’Ecole pratique des Hautes Etudes.


27 Mars 2009

Stéphane Gilson, La métapsychique entre discernement théologique et nosographie psychiatrique française

Nous examinerons plusieurs discours polémiques sur la métapsychique et le spiritisme dans le contexte français de la IIIème République (1870-1945). D’une part, un discours propre à une médecine aliéniste tentant d’ingérer certains phénomènes marginaux au sein de syndromes ou d’entités nosographiques morbides (folie spirite, délire métapsychique, névrose médiumniforme...). D’autre part, il s’agira de cerner certains enjeux propres à la théologie catholique, celle-ci usant d’une critériologie du discernement des esprits pour verrouiller la porte d’accès au surnaturel, au profit d’une lecture de type « préternaturel » extrêmement ambivalente à l’égard de ces mêmes phénomènes.
Enfin, à terme, nous tenterons de dégager certaines alliances (et autres malentendus) a priori contradictoires, entre une théologie catholique de type apologétique et un discours scientifique d’essence naturaliste émanant quant à lui de la médecine aliéniste. L’objectif commun postulé fut de refouler cet objet polémique, diabolique ou pathologique, en lui refusant un destin alternatif, objet qui pourtant ne cessera de faire retour et résistance en marge de ces disciplines. Une fois cette trame avancée, notre propos visera également à saisir quelques noeuds dans ces discours et d’envisager certains points de fuites mettant à mal l’aspect faussement clivé de cette bipartition disciplinaire annoncée.
Stéphane Gilson est docteur en psychologie.


4 décembre 2009

Synthèse et enjeux de l’application du psi en archéologie, par Jean-Olivier Gransard-Desmond et Alexis Champion

Depuis le début du XXe siècle, des archéologues ont fait appel aux perceptions extrasensorielles d’intuitifs pour les aider à localiser des sites archéologiques ou leur fournir des informations sur des documents provenant de fouilles. L’outil psi, qui a maintes fois fait ses preuves en archéologie, constitue une formidable économie de moyens technologiques et humains. Reste que sa maîtrise n’est pas encore pleinement assurée, chaque chercheur se trouvant confronté aux difficultés de ses prédécesseurs sans en connaître toujours les solutions. C’est dans ce paysage qu’à la suite de l’IMI, IRIS-PA développe actuellement le programme Time-Machine.

Les conférenciers

(JPEG) Docteur en informatique (intelligence artificielle), Alexis Champion, après avoir notamment été directeur de l’IMI en 2008-2009, est fondateur directeur d’IRIS i.c. (une structure commerciale proposant des prestations de service mettant en œuvre les capacités de perception extrasensorielle) et préside à IRIS-PA (une association à but non lucratif dédiée à la recherche en parapsychologie appliquée). Il a mené pendant plusieurs années des recherches au sein d’entreprises privées et d’instituts publics (UMR CNRS de Valenciennes, INRETS). Il est l’auteur d’une quinzaine d’articles et de communications scientifiques de niveau international dans les domaines de l’informatique, des transports, de la simulation et de la parapsychologie.
(JPEG) Docteur en archéologie, Jean-Olivier Gransard-Desmond est archéologue indépendant, spécialiste de la relation homme-animal. Il a notamment travaillé sur le chien (Étude sur les canidae des temps pré-pharaoniques en Égypte et au Soudan, BAR-IS 1260, Oxford, 2004), le lion et les bovins. Ayant découvert les possibilités du psi appliqué à l’archéologie, il s’intéresse depuis quelques années à l’archéologie intuitive. Il est notamment à l’origine du programme Time-Machine.


19 novembre 2010

Les coïncidences expliquées par la théorie de la Double Causalité, par Philippe Guillemant

(JPEG) Avez-vous déjà vécu des coïncidences surprenantes, été témoin de curieux concours de circonstances ou bénéficié de coups de chance étranges ? Est-il juste de toujours mettre ces phénomènes sur le compte du hasard ?
Philippe Guillemant est physicien et chercheur au CNRS. En parallèle de sa carrière, il a vécu plusieurs expériences de synchronicité qu’il essaye de comprendre scientifiquement et spirituellement. Son livre, La Route du Temps - Théorie de la Double Causalité (Le Temps Présent, 2010 ; extraits et critiques sur http://www.doublecause.net) est un ouvrage clair et compréhensible sur les mécanismes possiblement à la base des coïncidences significatives. Il avance pour cela deux postulats physiquement acceptables. D’une part, la réversibilité du temps dans un univers relativiste où le futur serait déjà réalisé selon de multiples versions. D’autre part, le libre arbitre de l’homme dans un univers macroscopiquement indéterministe où le hasard semble pourtant être le roi des décisions. Il s’agit cependant de repérer que ce que la science appelle hasard cacherait en fait un autre déterminisme, du futur vers le passé, à l’inverse de la flèche du temps. D’après Guillemant, ce qui n’est pas déterminé par le passé le serait ainsi par le futur. Il propose des manières de tester ses hypothèses, notamment en provoquant soi-même ces coïncidences.


27 mai 2011

Présence du futur : ce que nous apprennent les coïncidences, par Philippe Guillemant

(JPEG) Le futur est-il déjà là ? Peut-on modifier des évènements à venir et, réciproquement, ces changements dans le futur peuvent-ils influencer le présent ?
Philippe Guillemant est physicien et chercheur au CNRS. En parallèle de sa carrière, il a vécu plusieurs expériences de synchronicité qu’il a essayé de comprendre scientifiquement et spirituellement. Lors de sa conférence à l’IMI en novembre 2010, il a présenté son livre, La Route du Temps - Théorie de la Double Causalité (Le Temps Présent, 2010 ; extraits et critiques sur http://www.doublecause.net), un ouvrage clair et compréhensible sur les mécanismes pouvant être à la base des coïncidences significatives. Loin de n’être que des épiphénomènes, les coïncidences ouvrent vers de nouvelles hypothèses en physique. La Théorie de la Double Causalité conduit ainsi à postuler, d’une part, une réversibilité du temps dans un univers relativiste où le futur serait déjà réalisé selon de multiples versions ; d’autre part, un libre arbitre de l’homme dans un univers macroscopiquement indéterministe où le hasard semble pourtant être le roi des décisions.

Le conférencier

Philippe Guillemant est Physicien du Rayonnement et chercheur au CNRS. Il dirige aujourd’hui des recherches visant à concevoir le système visuel des cerveaux qui équiperont les robots de demain, humanoïdes et industriels. Il a reçu plusieurs distinctions pour les résultats de ses travaux en vision artificielle, notamment le Cristal du CNRS.


8 juin 2013

Du Spiritisme à la Métapsychique, par Marcelo Gulão Pimentel

(JPEG) Contexte : Le pédagogue français Allan Kardec (1804-1869) fut l’un des premiers chercheurs à proposer une étude scientifique des expériences paranormales et, à ce titre, il fut un savant influent en Europe durant la seconde moitié du XIXe siècle. Toutefois, sa vie et les résultats de ses recherches dans ce domaine sont actuellement peu connus et souvent mal interprétés.
Objectif : Cette présentation expose brièvement la biographie de Kardec, les premières étapes de sa recherche sur la médiumnité, et ses méthodes pour développer la théorie spirite.
Méthode : Nous nous sommes concentrés sur les sources primaires, à savoir la lecture de toutes les œuvres disponibles de Kardec : ses livres et les douze volumes de la Revue Spirite. Des sources secondaires ont été utilisées comme outils d’interprétation et de contextualisation.
Résultats : Kardec a soulevé et testé plusieurs hypothèses pour expliquer les phénomènes médiumniques : la fraude, les hallucinations, une nouvelle force physique, le somnambulisme (autant l’inconscient cérébral que la clairvoyance), les échanges de pensées (dont la télépathie et le super-psi), les esprits désincarnés, etc. Il chercha un moyen d’obtenir des informations utiles et fiables sur la base des expériences paranormales. A partir de ses observations, il a développé un programme de recherche, ainsi qu’une théorie complète qu’il a appelé le « spiritisme ». Le but de Kardec était de naturaliser le domaine spirituel et d’en faire un objet d’investigation empirique. Ce faisant, il a créé une méthode pour le développement des théories sur les lois naturelles qui régissent des expériences paranormales/spirituelles.
Conclusion : Kardec a été l’un des pionniers dans l’étude des phénomènes médiumniques et d’autres études de son œuvre sont justifiées.

Les intervenants

Marcelo Gulão Pimentel est un jeune historien brésilien dont les recherches portent sur les méthodes d’investigation des phénomènes psychiques et spirituels par le pédagogue lyonnais Allan Kardec à travers des documents inédits. Profitant de sa présence en France, l’A-IMI a invité Marcelo Gulão Pimentel à présenter ses recherches à la communauté française. Elles ont été élaborées avec le psychiatre Alexander Moreira-Almeida, spécialiste de l’histoire du spiritisme, et professeur à la Federal University of Juiz de Fora School of Medicine (UFJF) au Brésil.


7 décembre 2005

Grégory Gutierez et Bertrand Méheust, Bilan et perspective pour une métapsychique du XXIe siècle

L’IMI a présenté deux ouvrages signés de membres de son Comité Directeur :

-  100 mots pour comprendre la voyance, par Bertrand Méheust (Ed. Les Empêcheurs de Penser en Rond - Octobre 2005)

-  Les Aventuriers de l’Esprit - Une histoire de la parapsychologie, par Grégory Gutierez, avec la participation de Nicolas Maillard (Ed. Presses du Châtelet - Octobre 2005)

A cette occasion, les auteurs Bertrand Méheust et Grégory Gutierez ont proposé une "conférence à deux voix", sur le thème "Bilan et perspectives pour une métapsychique du XXIe siècle", où ils ont eu le plaisir de présenter et de signer leurs ouvrages. La conférence fut suivie d’une discussion ouverte et conviviale avec les deux auteurs.


16 avril 2007

Erlendur Haraldsson, Une vie après la vie ? Enquêtes sur la Réincarnation

La parapsychologie moderne s’intéresse principalement aux phénomènes psi associés à des organismes vivants : télépathie, précognition, clairvoyance. Cependant les pères de la recherche psychique étaient par-dessus tout motivés par une question d’un autre ordre et des plus difficiles qui soit : l’existence de l’âme. Pouvait-on, se demandaient-ils, étudier scientifiquement qu’une partie de nous survit à la mort du corps, - une sorte de soi indépendant du cerveau, ou au moins un agrégat de souvenirs ?

Seule une poignée de chercheurs étudient encore cette question fondamentale avec des outils scientifiques. L’approche qui semble la plus fascinante a été initiée voici 50 ans par le travail révolutionnaire du professeur Ian Stevenson. Il a enquêté sur des cas d’enfants semblant avoir des souvenirs de leurs vies antérieures.

Avec la mort de Stevenson, le Dr. Erlendur Haraldsson est devenu la référence mondiale de ce domaine. Il a en effet étudié de nombreux cas d’enfants ayant des souvenirs de vies antérieures au Liban, au Sri Lanka, ainsi qu’en Inde et en Islande. Ses enquêtes se focalisent sur la façon dont on peut vérifier les déclarations faites par ces enfants, en utilisant les données sur une personne décédée qui correspondraient aux descriptions faites par les enfants. Il a donc examiné les explications parapsychologiques, psychologiques, religieuses et culturelles de ce phénomène.

Dans sa conférence, le professeur Haraldsson a décrit ses méthodes de recherche, ses découvertes majeures, ainsi que certaines des implications de ce domaine fascinant.


2 mars 2012

Un cas parfait ? Vision à distance, voyage clairvoyant ou communication avec les défunts ?, par Erlendur Haraldsson

Jusqu’au milieu du XIXe siècle, il n’y avait que des arguments philosophiques ou religieux pour soutenir l’idée d’une survie possible de l’homme après la mort. Durant le XIXe siècle, des arguments empiriques ont émergé à partir du spiritisme et de ses revendications de communications avec les défunts. Puis sont venues les apparitions de défunts, les visions sur le lit de mort, et les expériences mystiques et numineuses. Dans la seconde partie du XXe siècle, de nouvelles preuves furent mises en lumière en la matière des expériences de mort imminente, des souvenirs de vies antérieures, ainsi que d’étranges cas de lucidité terminale. Il y a donc eu un développement des débats, passant de la religion et de la philosophie aux questions empiriques, avec d’importantes contributions aussi bien au XIXe qu’au XXe siècles.
Lors de ma conférence, je donnerais une vue d’ensemble de ces développements, de leurs forces et de leurs faiblesses, et présenterait un cas exceptionnel et hautement intéressant, qui offre un argument unique et déroutant pour la réalité de la vision à distance, du voyage clairvoyant ou bien de la survie.


5 mars 2013

Preuves et arguments pour ou contre la survie, par Erlendur Haraldsson

(JPEG) La parapsychologie moderne s’intéresse principalement aux phénomènes psi associés à des organismes vivants : télépathie, précognition, clairvoyance. Cependant les pères de la recherche psychique étaient par-dessus tout motivés par une question d’un autre ordre et des plus difficiles qui soit : l’existence de l’âme. Pouvait-on, se demandaient-ils, étudier scientifiquement qu’une partie de nous survit à la mort du corps, - une sorte de soi indépendant du cerveau, ou au moins un agrégat de souvenirs ?
Les extinctionnistes croient que la mort est la fin de la vie de la vie humaine, les agnostiques pensent qu’il est impossible de savoir si la vie continue après la mort ou pas, les immortalistes croient qu’après la mort, nous allons dans un autre monde où nous restons pour toujours, et les réincarnationnistes pensent que la vie continue après la mort, jusqu’à ce que nous renaissions dans un nouveau corps physique.
Le Sondage sur les valeurs européennes révèle que 45 % de la population européenne rejete tout notion de vie après la mort, 28 % acceptent la version chrétienne de la vie après la mort, 20 % croit à la survie et à la renaissance, et 7 % ne savent que croire.
Les sondages mis à part, quels sont les principaux arguments pour ou contre la survie ? Les philosophes, les théologiens et les moralistes ont formulé, depuis l’Antiquité, des arguments pour et contre la survie. Au cours du dernier siècle, des arguments empiriques détaillés ont émergé à travers la recherche sur les expériences humaines :
-  Rencontres avec les morts ;
-  Visions au seuil de la mort ;
-  Expériences de mort imminente ;
-  Communications médiumniques ;
-  Enquête sur les prétendus souvenirs de vies antérieures.
La recherche sur ces phénomènes s’est appuyée sur les méthodes scientifiques, et pourtant ses résultats suggèrent la vie après la mort. Mais ces recherches et leurs interprétations font toujours l’objet d’importants débats. Erlendur Haraldsson propose de faire une synthèse de ces débats sur la survie en pesant chacun des arguments empiriques collectés.


18 octobre 2013

Miracles modernes : études des phénomènes associés à Sathya Sai Baba, par Erlendur Haraldsson

(JPEG) Sur la base de ses observations personnelles et aussi au travers d’enquêtes approfondies menées durant des années sur la méthodologie des interviews et questionnaires en sciences sociales, le professeur émérite de psychologie Erlendur Haraldsson a estimé que le gourou indien Sathya Sai Baba a produit plus de 30 phénomènes paranormaux chaque jour durant des décennies. (Une moyenne de 10.000 phénomènes chaque année !) Toutes ces investigations ont fait l’objet d’un livre, Modern Miracles, dont la troisième édition vient de paraître en anglais.
Le professeur H.J. Eysenck, célèbre psychologue britannique, qui n’a pas lui-même rendu visite à Sai Baba, a commenté ainsi ce travail : « A première vue, la plupart des lecteurs avec un tant soit peu de formation scientifique vont repousser toutes ces affirmations en expliquant que Sai Baba est simplement un très bon magicien. Toutefois, les détails de ses exploits font que c’est en fait une position très difficile à tenir. »
Nous serons heureux d’accueillir un spécialiste de ce sujet, l’un des rares à avoir travaillé directement sur le terrain aux côtés du si controversé faiseur de prodiges qui comptait des millions de fidèles.


30 octobre 2015

La médiumnité physique extraordinaire de Indridi Indridason

L’islandais Indridi Indridason est l’un des plus impressionnants médiums de tous les temps. Il a produit tous les effets observés chez les meilleurs médiums (D.D. Home, Eusapio Palladino, Franek Kluski) en seulement cinq ans de sa vie malheureusement trop courte. Cependant durant les décades qui ont suivi sa disparition prématurée, on l’a complètement oublié. Parmi les phénomènes les plus souvent observés, on peut citer les "voix directes" de personnes décédées : elles étaient très différentes les unes des autres (masculines, féminines, jeunes ou âgées), et elles étaient formellement reconnues par les participants de la séance car elles s’exprimaient à la façon typique du défunt. D’autres phénomènes fréquents incluaient la lévitation d’objets, la lévitation du médium lui-même, ou d’instruments de musique qui jouaient en tourbillonnant autour de la pièce de la séance. Cette présentation est issue du prochain ouvrage à paraitre d’ Erlendur Haraldsson, qui sera incontournable pour toute personne s’intéressant aux manifestations les plus importantes de la médiumnité physique.

Le conférencier

(JPEG) Erlendur Haraldsson est professeur émérite de psychologie à l’université d’Islande. Il a publié de nombreux articles dans des journaux scientifiques. Il est de plus l’auteur de cinq livres, certains publiés en plusieurs langues, dont un en français : Ce qu’ils ont vu... Au seuil de la mort. Paris : Club Loisirs, 1983. En 2012, il a publié The Departed among the living. An Investigative Study of Afterlife Encounters chez Haftad.


2 octobre 2009

Le psi dans la théorie cognitive des champs sémantiques (SFT) : L’esprit comme réseau d’interconnexions non-locales, par Christine Hardy

L’esprit est un système-réseau liant transversalement de façon dynamique les multiples niveaux cognitifs (intellect, psyché, émotions, sensations, systèmes biologiques, neurones) au travers de réseaux dynamiques hautement différenciés : les constellations sémantiques (ou SeCos). Une même dynamique de chaînage spontané et d’inter-influences pose à la fois l’auto-organisation cognitive et l’apprentissage. Mais cette dynamique implique de plus un échange d’informations et des influences réciproques (de faible envergure mais constants) entre une conscience et son environnement humain et physique fondant ainsi la possibilité d’un psi réceptif et projectif (ESP et PK) comme des valeurs extrêmes d’une dynamique bas-niveau inhérente au système cognitif. SFT est l’unique théorie du psi (à ce jour) développée à partir d’une théorie cognitive complète et publiée.

La conférencière

(JPEG) Christine Hardy, docteur en psycho-ethnologie, a conduit des recherches tant théoriques que pratiques sur la conscience, à travers l’ethnologie, la parapsychologie expérimentale, la psychologie transpersonnelle et jungienne. Elle a travaillé comme assistante de recherche aux Psychophysical Research Laboratories de Princeton, USA, tout en élaborant sa thèse de doctorat. Puis elle a été, durant une dizaine d’années, présidente d’Interface Psi (LRIP), une association de recherche visant l’investigation des interactions psycho-physiques et des potentiels humains latents.
Christine Hardy a développé, dans le cadre des sciences cognitives, la Théorie éco-sémantique, basée sur la théorie des systèmes, les réseaux neuronaux, et la théorie du chaos, et présentée dans son ouvrage, Networks of Meaning (Westport, CT, USA : Praeger, 1998) et dans une cinquantaine d’articles et présentations (http://hardy.christine.free.fr). Elle a à ce jour conduit de nombreux séminaires et publié une douzaine de livres sur les domaines scientifiques de pointe et sa propre recherche théorique, qu’elle présente par ailleurs continûment dans divers congrès internationaux.

Bibliographie

Théorie : 1998. Networks of Meaning : A Bridge between Mind and Matter. Ct : Praeger.
Thèse de doctorat (en 2 livres) : 1988. La science et les états frontières. Paris : Ed. du Rocher.
1995. Le vécu de la transe. Ed. Du dauphin. (Lebaud 1991 ; Pocket 1996).
Développement personnel : 2002. La pensée agissante. Ed. du Dauphin.
1999. Découvrez la pensée positive. Ed. du Rocher.
2008. Decoding the Sacred Network. Terra Futura Publishing.
Science-fiction : 2008. Diverging Views. Terra Futura Publishing.


30 Janvier 2009

Dr Jean-Pierre Jourdan, Expériences de Mort Imminente : un phénomène nouveau sous les yeux de la science

Toutes les études hospitalières sur les EMI amènent aux mêmes conclusions, et de nos jours plus personne, même parmi les sceptiques, ne peut nier l’existence -sinon la réalité- de ces expériences.
Pourtant, si 30 ans ont passé depuis que ces dernières sont apparues sous les yeux de la science, aucune discipline n’a pu à ce jour proposer une explication qui rende compte de l’ensemble de leurs caractéristiques, en particulier la persistance de la conscience, une perception -avérée par des détails objectifs et des repères temporels- et une mémorisation théoriquement impossibles compte tenu des circonstances, sans oublier les retentissements d’ordre existentiel et éthique qui sont étonnants au vu de la courte durée de l’expérience.
Beaucoup plus qu’une simpliste interrogation sur la « vie après la mort », les EMI sont certainement une mine d’or pour l’étude de notre conscience. Comment aborder l’étude scientifique de ces expériences ? Quelles sont les pistes et les expérimentations possibles ? Comment éviter les pièges et malentendus d’une recherche qui touche autant à la science qu’à la transcendance ?
Jean-Pierre Jourdan est médecin, vice-président et directeur de la recherche médicale de Iands-France.


3 mai 2007

Stanley Krippner, Télépathie, rêve et chamanisme

Le grand psychologue et parapsychologue Stanley Krippner est venu en France pour une conférence. Spécialiste des relations entre Etats Modifiés de Conscience et phénomènes psi (il a entres autres travaillé avec Montague Ullman au Maimonides Hospital sur les rêves télépathiques), il est venu rapprocher différentes dimensions du psychisme explorées dans sa carrière de chercheur.

Stanley Krippner est également co-auteur, avec Ambroise Roux, de l’ouvrage "La Science et les Pouvoirs Psychiques de l’Homme". Son site : http://www.stanleykrippner.com

Le rêve a toujours intrigué l’homme. Source d’inspiration et de créativité, fenêtre sur les profondeurs psychiques, il a été associé, dans toutes cultures, aux phénomènes paranormaux - télépathie, clairvoyance, prophéties et prémonitions. Existe-t-il une base scientifique à cette croyance universelle ?

Les expériences de laboratoire sur la télépathie par le rêve, de Stanley Krippner et Montague Ullman, sont parmi les plus remarquées de l’histoire de la parapsychologie. Elles introduisirent l’étude des états modifiés de conscience en relation avec le psi, utilisant les outils neurophysiologiques de point de l’epoque pour repérer les périodes de rêve ; ils cherchèrent à affiner l’atmosphère psychologique de l’expérience psi, évitant l’approche comportementaliste, superficielle, qui était en vogue ; ils ont également introduit une approche psychodynamique dans les recherches de laboratoire, mettant l’accent sur les aspects inconscients de l’expérience psi. Krippner abordera ces recherches, les théories qui tentent d’expliquer ce lien entre rêves et psi, ainsi qui l’apport de ses investigations plus larges sur les EMC, la transe, et les pratiques chamaniques.


20 Mars 2009

Maud Kristen, Comment vivre et penser la voyance aujourd’hui

(JPEG) Depuis vingt ans, Maud Kristen frappe les esprits lors d’apparitions télévisées au cours desquelles elle devine le contenu d’enveloppes scellées ou se prête à des exercices de vision à distance. Elle nous livre ici l’histoire de sa vie, la découverte de ses capacités extrasensorielles et le combat qu’elle mène pour que les scientifiques acceptent enfin de considérer le paranormal et la voyance comme sujets de recherche à part entière... Comment se déroule une consultation ? Quelles en sont les limites ? Maud Kristen relate certaines expériences aux résultats étonnants, révèle ses méthodes et la part la plus secrète de son travail, notamment au service du monde de l’entreprise et des sphères du pouvoir...

Née en 1964, Maud Kristen est voyante. Sa réputation est internationale. Elle est l’auteur de Pour en finir avec Madame Irma (Calmann-Lévy, 1990), Fille des étoiles (J’ai Lu, 1999) et Ma vie et l’invisible (J’ai Lu, 2008).


16 septembre 2011

Science et Magie au Théâtre Robert-Houdin, par Sofie Lachapelle

(JPEG) Cette conférence portera sur les relations entre science, magie et merveilleux au XIXe siècle. En particulier, il sera question des diverses façons dont les magiciens du Théâtre Robert-Houdin à Paris utilisaient le langage et l’imaginaire scientifique dans leurs spectacles. À l’époque, plusieurs magiciens se disaient ’professeur de physique amusante’ ou encore ’professeur de sciences abstraites’. Sur scène, ils mariaient discussions de physique et chimie, imitations de phénomènes spirites ou occultes, et tours de magie. Pour eux, la science servait plusieurs fonctions : une série de démonstrations plaisantes et agréables pour amuser le public, le savoir technique nécessaire pour créer des illusions au théâtre (et plus tard au cinéma), et un moyen de se démarquer des médiums, fakirs et autres mystiques que l’on pouvait voir sur les scènes et dans les salons de la ville.

La conférencière
(JPEG) Sofie Lachapelle est professeure associée à l’Université de Guelph au Canada où elle enseigne l’histoire des sciences. Elle est l’auteur du livre Investigating the Supernatural : From Spiritism and Occultism to Psychical Research and Metapsychics in France, 1852-1931 qui vient de paraître chez Johns Hopkins University Press. Elle travaille actuellement sur un projet intitulé : ’Science on Stage : Recreational Physics, White Magic and Scientific Wonder in Nineteenth and Early Twentieth-Century France’.


29 novembre 2013

Sociologie des parasciences : le cas de la_parapsychologie et des ovnis

Cette conférence abordera différents sujets. D’une part, ce que la nouvelle histoire et sociologie des sciences nous apprend sur le relations entre science et "irrationnel", et en quoi cela nous invite à repenser la question des parasciences. J’essaierai notamment de montrer que les arguments sur l’existence de critères permettant de distinguer sciences et parasciences sont dénués de fondement.
Ensuite, je prendrai le cas de la parapsychologie et proposerai d’aborder le problème avec un regard différent, notamment par rapport à l’idée qu’il s’agirait d’une "parascience".
Enfin, je proposerai de prendre la question des ovnis et de montrer que les explications sociologiques classiques (influence du contexte, problèmes liés à la psychologie de la perception, etc.) se révèlent à l’examen très décevantes.

Le conférencier

(JPEG) Pierre Lagrange est un sociologue des sciences français, enseignant à l’École d’Art d’Avignon et chercheur associé au Laboratoire d’anthropologie et d’histoire de l’institution de la culture. Il a soutenu en 2009 une thèse d’anthropologie sociale à l’EHESS sur Une ethnographie de l’ufologie. Il est l’auteur de nombreux ouvrages dont La Rumeur de Roswell (La découverte, 1996) et La guerre des mondes a-t-elle eu lieu ? (Robert Laffont, 2005). Il anime le blog "Pulp Sciences".


25 avril 2008

Thomas Landrez, James, Bergson, et les modèles alternatifs de la relation du "mental" et du "cérébral"

Thomas Landrez présentera l’état du débat actuel en philosophie de l’esprit en s’efforçant de dégager les présupposés théoriques du matérialisme et du dualisme. Il sera notamment question des théories de la mémoire et de l’ « engramme » cérébral, ainsi que de la perception et de l’action consciente. En partant des modèles méconnus développés par William James et Henri Bergson, il évaluera des modèles « néo-dualistes » plus subtils du rapport du mental et du cérébral. James et Bergson intégraient dans leurs vues à la fois des phénomènes habituels et des phénomènes moins ordinaires, comme ceux de la métapsychique. Philosophes, ils surent être aussi des expérimentateurs pour s’assurer avec pragmatisme des lois régissant ces phénomènes. Les théories de la relation corps-esprit proposées par ces auteurs permettent notamment de proposer de nouvelles solutions à de nombreux débats de la philosophie de l’esprit contemporaine.

Thomas Landrez est doctorant en philosophie. Il s’est spécialisé dans l’étude des modèles néo-dualistes modernes de l’articulation et de l’interaction du « mental » et du « cérébral ». Son travail se nourrit à la fois de la philosophie de l’esprit classique et contemporaine, des sciences cognitives, de la psychopathologie et de la biologie. Après avoir soutenu un mémoire de maîtrise classique dont le sujet portait sur l’originalité de la conception bergsonienne du rôle du cerveau dans la vie psychique consciente, il a consacré son mémoire de Master II à une présentation et une défense des conceptions modernes méconnues du rapport corps-cerveau-esprit. Il travaille actuellement sur une thèse portant sur l’interprétation du fossé explicatif existant entre les états de conscience décrit en première personne et les descriptions fonctionnelles en troisième personne des événements neurophysiologiques qui y sont corrélés.


20 décembre 2007

Claude Lecouteux, Histoire des poltergeists

Professeur de littérature et de civilisation médiévales à la Sorbonne et auteur de plus de trente ouvrages sur les légendes, les mythologies, le légendaire de la mort et les créatures du folklore fantastique, Claude Lecouteux revient à la rentrée 2007 avec son nouvel essai La maison hantée : Histoire des poltergeists chez Imago. Dernier volet de son enquête aux frontières du réel, l’anthropologue s’attaque à l’une des plus célèbres formes de hantises : les esprits frappeurs. Point de fantôme dans la maison hantée de Claude Lecouteux mais des troubles physiques et psychiques, d’ordre socio-affectif, qui trouvent un moyen d’expression dans les phénomènes inquiétants de notre quotidien domestique : déplacement d’objets, bruits et apparitions inexplicables. .. Encore une fois, le problème n’est pas la chasse gardée du XIXème siècle, certes âge d’or de l’ésotérisme, mais remonte assez loin dans l’histoire des superstitions populaires, les sources d’informations étant plus rares pour les temps anciens.

Des extraits de son livre sont disponible ici.


27 juin 2008

Pascal Le Maléfan, La « sortie du corps » est-elle uniquement du ressort de la parapsychologie ?

La « sortie du corps » connaît un regain d’actualité dans le cadre des neurosciences. Naguère étudiée par les sciences psychiques et aujourd’hui par la parapsychologie sous l’appellation OBE, elle semble se réduire en une explication mécaniste de nature uniquement cérébrale. Si cet éclairage a l’avantage de donner une soudaine légitimité à un phénomène longtemps jugé marginal car peu concevable, il peut néanmoins être situé dans le cadre général de l’héautoscopie dont il serait une modalité particulière, en lien avec une situation de confrontation au réel de la mort. Il relève ainsi des phénomènes spéculaires et permet de vérifier la structure de dédoublement qui les fonde.
La question est alors celle de savoir pourquoi l’actualité semble révéler une « niche écologique » (Hacking) pour la « sortie du corps ». De quel corps s’agit-il ici ?

Pascal Le Maléfan est docteur en psychologie, psychanalyste, Professeur à l’Université de Rouen.


18 avril 2005

Yves Lignon, De l’usage des statistiques en parapsychologie

Yves Lignon est maître de conférences en statistiques à l’université Toulouse-Le Mirail et auteur de plusieurs ouvrages sur le paranormal.


14 Novembre 2008

Walter von Lucadou, L’élusivité dans la parapsychologie et le Modèle de l’Information Pragmatique

La soi-disante « fugitivité » (élusivité) des phénomènes psi est volontiers perçue par les sceptiques comme le parfait argument d’immunisation des croyants au psi, voilant la non-existence de ces phénomènes. Au contraire, les parapsychologues considèrent le plus souvent l’élusivité comme une fâcheuse manifestation associée aux phénomènes psi, provenant d’un manque de contrôle sur les conditions psychologiques de leur production, et en particulier du fait de facteurs inconscients ne se laissant pas totalement contrôler et prédire.
Sur le plan phénoménologique, l’élusivité des phénomènes psi apparaît de diverses manières. Elle se montre dans l’expérimentation parapsychologique, en premier lieu dans le manque de réplicabilité des résultats lors de reproduction à l’identique de protocoles. Elle peut aussi apparaître dans l’augmentation de la variance au cours des expériences, l’effet attendu oscillant de manière imprédictible. Le plus connu est l’effet de déclin : la taille d’effet diminue lors de la reproduction de l’expérience, ou même au cours des tests. Un autre effet connu sous le nom d’« effet de déplacement » arrive fréquemment lors de l’observation de phénomènes psi spontanés : il se passe quelque chose d’autre que ce qui était attendu.
Dans le Modèle de l’Information Pragmatique (MPI), l’élusivité est comprise comme une propriété fondamentale des phénomènes psi, qu’aucune astuce dans le protocole expérimental ne peut permettre d’éviter. Dit autrement, il n’est pas possible par principe de saisir un phénomène psi avec une mesure d’une précision totale. Ce problème s’explique par la complémentarité dans la structure des systèmes psycho-physiques à la base des phénomènes. Dans la « théorique quantique faible » (Weak Quantum Theory), ceci est exprimé par l’axiome NT selon lequel les corrélations intriquées ne peuvent pas être utilisées pour transmettre un signal. Avec l’aide du MPI, plusieurs prédictions qualitatives et quantitatives peuvent être faites sur les effets de déclin et de déplacement qui sont étonnamment bien confirmées par les données empiriques de la parapsychologie (méta-analyses et analyses de cas spontanés). Il en découle que non seulement l’élusivité n’est pas un argument d’immunisation, mais encore que les phénomènes psi existent vraiment. Sauf qu’ils n’ont pas les caractéristiques espérées par certains, et craintes par d’autres.
Comme tout modèle efficace, le MPI peut s’appliquer avec succès dans la pratique quotidienne (de la consultation parapsychologique). Plusieurs exemples d’applications seront détaillés, et un séminaire le lendemain portera sur la parapsychologie clinique.
Walter von Lucadou est physicien et psychologue, directeur du Service de Consultation Parapsychologique à Freiburg et membre du Comité d’Honneur de l’IMI.

Quelques références :
Lucadou, W.v. (2000) : "Hans in Luck - The Currency of Evidence in Parapsychology", The Journal of Parapsychology , Vol. 64, December 2000, pp. 181-194.
Lucadou, W.v., Zahradnik, F. (2006) : "Predictions of the Model of Pragmatic Information about RSPK" (Traduction française). Paper for the Parapsychological Association Convention 2004, Abstracts of Presented Papers from the Parapsychological Association. Journal of Parapsychology 69, 31-32.
Lucadou, W.v., Römer, H., Walach, H. (2007) : Synchronistic Phenomena as Entanglement Correlations in Generalized Quantum Theory. Journal of Consciousness Studies, 14, No.4, pp. 50-74.
Frauke Zahradnik, Walter v. Lucadou (2008) : "Counselling in case of extraordinary experiences", in : E. Bauer & W. Kramer : Book on Expert-Meeting on Clinical Parapsychology at Naarden.


20 janvier 2012

Psyché quantique et Synchronicité, par François Martin

Après avoir présenté les phénomènes de synchronicité, je ferai une introduction à la physique quantique en insistant particulièrement sur le principe de superposition, l’intrication quantique et l’expérience du choix retardé du photon, cette dernière montrant l’illusion de reconstituer « classiquement » des processus qui sont fondamentalement quantiques. Puis je montrerai l’analogie entre l’intrication quantique et les phénomènes inconscients et conscients de la Psyché, et plus spécialement les phénomènes de synchronicité. Toujours par analogie avec les champs quantiques de matière, j’introduirai un champ quantique psychique dans lequel la conscience ne sera pas uniquement une propriété émergente de la complexité des circuits neuronaux. Je terminerai en montrant que l’expérience de la synchronicité constitue, pour moi, une philosophie de vie.

Le conférencier
(JPEG) François Martin est physicien et chercheur au CNRS (jusqu’à sa retraite en septembre 2011), membre du Laboratoire de Physique Théorique et Hautes Energies à l’Université Paris 6. A côté de sa carrière scientifique, il découvre en 1991 les phénomènes de synchronicité, sans comprendre exactement ce qui lui arrive. Avec plusieurs collègues et amis, il travaille sur les liens entre ces phénomènes et la physique quantique, publiant plusieurs articles sur "Mécanique quantique et psychisme".


25 octobre 2006

Bertrand Méheust, La France est-elle Psi Phobique ? Les raisons d’un silence

En tant que discipline scientifique, la parapsychologie se développe de plus en plus aux Etats-Unis, en Angleterre, en Allemagne, en Hollande, au Brésil, et à d’autres pays. Pourquoi la France passe-t-elle sous silence les questions passionnantes soulevées par la parapsychologie sur la nature humaine ? Ce silence se justifie-t-il par un manque de preuves scientifiques ou est-il plutôt le reflet de freins historiques ? Quelles ouvertures faut-il envisager pour sortir de l’impasse actuelle et élargir notre conception de l’homme ?


16 mai 2008

Bertrand Méheust, Science-fiction et soucoupes volantes : trente ans après

En juin 2007, les éditions Terre de Brume ont réédité Science-fiction et soucoupes volantes, paru en 1978, et épuisé depuis longtemps. J’ai conservé le texte original, mais je l’ai augmenté d’une préface d’une cinquantaine de pages et d’une iconographie inédite.

Si j’ai tenu à remettre en circulation ce texte vieux de trente ans, c’est qu’à mes yeux le problème auquel il s’attaque n’est plus guère pris en compte dans les débats actuels, alors qu’il conditionne notre compréhension du phénomène ovni.
Pour comprendre mon propos, il faut situer le contexte de ce livre. Je l’ai écrit entre 1975 et 1977, c’est à dire en en pleine apogée de l’ufologie classique. L’idée prédominante était alors que la phénoménologie soucoupique transcende par son étrangeté tout ce que les hommes ont pu imaginer dans le passé. Les calages de moteurs, les téléportations, les faisceaux courbes ou tronqués, les examens médicaux, les contacts psychiques, les dématérialisations, les accélérations foudroyantes, tout cela, pensait-on, constituait des nouveautés absolues dont on aurait bien été en peine de trouver la trace dans les productions imaginaires antérieures de l’humanité.

Ma conférence se compose de deux parties distinctes. Je prouverai d’abord la coïncidence SF-SV par des documents visuels. Je montrerai ensuite les interprétations que ce constat suggère, et me demanderai comment l’ufologie peut le surmonter sans tomber dans le réductionnisme. Je reviendrai aussi sur le lien que j’avais établi en 1978 entre les ovnis et les phénomènes paranormaux.


11 mars 2011

Ce que les voyants nous apprennent, par Bertrand Méheust

(JPEG) A l’occasion de la parution de son nouveau livre, Les miracles de l’esprit : qu’est-ce que les voyants peuvent nous apprendre ? (Les Empêcheurs de Penser en Rond / La Découverte, janvier 2011), Bertrand Méheust viendra poursuivre son travail de réflexion sur les liens à faire entre voyance et mémoire qu’il avait exposés lors d’un workshop à l’IMI en février 2010, alors que son livre était encore en chantier. Il indiquait alors que plus on réfléchit à la voyance (ou « métagnomie »), et plus on réalise qu’elle fonctionne comme une dimension étendue de la mémoire. Ce constat est lourd d’implications historiques et épistémologiques, que Bertrand Méheust évoquait en faisant jouer ce que les philosophes appellent un « cercle herméneutique » : la conception antique de la mémoire peut être revisitée à la lumière des découvertes de la parapsychologie moderne ; mais inversement la parapsychologie moderne est interpellée par la conception antique de la mémoire.
Maintenant que l’ouvrage paraît, Bertrand Méheust revient sur son parcours, sur les parties qu’il a dû sacrifier, sur les problèmes rencontrés, sur les pistes qui restent à explorer...


Le Conférencier

(JPEG) Bertrand Méheust est professeur de philosophie, sociologue et membre du Comité Directeur de l’IMI. En 1999, sa thèse est publiée par Les Empêcheurs de Penser en Rond sous la forme de deux gros livres totalisant 1200 pages, Somnambulisme et Médiumnité. Un pavé dans la mare des controverses autour de la parapsychologie, mais aussi de la psychologie tout court... Vaste étude érudite, son livre retrace l’histoire des recherches, des théories et des concepts engendrés autour de la question des potentiels cachés de l’être humain depuis la fin du XVIIIème siècle.


28 octobre 2011

Explorer les frontières de la relation entre le corps et l’esprit, par le Dr Alexander Moreira-Almeida

Les débats sur la relation entre le corps et l’esprit engendrent des controverses depuis des siècles. Toutefois, ces débats se basent habituellement sur une gamme étroite de phénomènes et souffrent souvent de plusieurs biais théoriques et méthodologiques. Ainsi, beaucoup de chercheurs considèrent le cerveau comme un ordinateur, et ils essayent d’expliquer la conscience comme une émergence à un seuil critique - quoique non spécifié - de complexité computationnelle entre les neurones.
Lors de cette conférence, nous discuterons plusieurs des thèmes du livre Frontiers of Mind-Brain Relationship (édité par Moreira-Almeida & Santos chez Springer, 2011) qui milite contre une analyse purement physique de la conscience et propose une approche psychobiologique équilibrée. Notre exposé couvrira des aspects de la philosophie de l’esprit et des sciences, ainsi que des études empiriques sur des phénomènes mentaux apparemment spirituels comme les expériences de mort imminente, la médiumnité et les souvenirs de vies antérieures. Il fera valoir qu’en appliquant rigoureusement et avec une certaine ouverture d’esprit les méthodes de recherches contemporaines sur ce genre d’expériences humaines, on constate un grand besoin d’élargir et de diversifier la base empirique de laquelle nous déduisons notre compréhension du problème des relations corps-esprit.

Le conférencier
(JPEG) Dr Alexander Moreira-Almeida (MD, PhD) fut formé en psychiatrie et en thérapie cognitivo-comportementale à l’Institut de Psychiatrie de l’Université de São Paulo, au Brésil, où il obtint également un doctorat en Sciences de la santé avec une thèse sur la santé mentale des médiums spirites. Il fut post-doctorant en religion et santé à l’Université de Duke, aux Etats-Unis, avant de devenir Professeur de psychiatrie à l’école de médecine de l’Université Fédérale de Juiz de For (UFJF). Il est également le fondateur et directeur du Centre de Recherche sur la Spiritualité et la Santé, au Brésil (www.ufjf.br/nupes-eng) et le coordinateur des études de niveau Master à l’UFJF. Ses principaux objets de recherche sont les études empiriques des expériences spirituelles ainsi que la méthodologie et l’épistémologie de ce champ de recherche. Ses publications sont disponibles sur www.hoje.org.br/elsh.


16 novembre 2012

Lucidité terminale : une synthèse sur les retours soudains et inattendus de la lucidité et de la mémoire peu avant la mort chez des patients avec des troubles psychiatriques et neurologiques, par Michael Nahm

(JPEG) La littérature concernant les expériences des mourants contient de nombreux cas de retour soudain et inattendu de la lucidité et de la mémoire peu avant la mort. On peut alors parler de « lucidité terminale ». Les cas les plus étranges impliquent des patients souffrant de troubles psychiatriques ou neurologiques, tels que les schizophrénies chroniques, les troubles affectifs, les méningites, les accidents vasculaires-cérébraux, les tumeurs du cerveau et des démences sévères telles que la maladie d’Alzheimer. Dans quelques cas, même les patients avec des déficits cognitifs ont soudain montré une amélioration vraiment inhabituelle de leurs capacités intellectuelles juste avant leur mort. Bien que ce retour de conscience puisse encourager le développement de thérapies mieux adaptées et une meilleure compréhension d’aspects mystérieux des processus cognitifs et mnésiques, il n’a reçu que peu d’attention dans les milieux médicaux jusqu’à aujourd’hui.
Lors de sa conférence, Michael Nahm va présenter les résultats d’une revue de littérature sur la lucidité terminale couvrant les 200 dernières années, en résumant certains des cas les plus intrigants. Il y ajoutera certains cas qu’il a personnellement recueillis. Les modèles explicatifs de la lucidité terminale seront ensuite discutés, ainsi que sa possible relation à d’autres phénomènes inhabituels associés aux états à l’approche de la mort et aux influences psychologiques apparentes sur la physiologie du corps humain.

Le conférencier
(JPEG) Michael Nahm a étudié la zoologie, la botanique, la génétique et la paléontologie. Il a reçu son doctorat dans la physiologie des plantes et s’occupe actuellement de développer des stratégies améliorées pour la croissance de la biomasse forestière en zone agricole. Il a un intérêt de longue date pour les problèmes non résolus de l’évolution et les énigmes non résolues de l’esprit humain, et a publié de nombreux articles et deux livres sur des aspects spécifiques de ces énigmes. Son dernier livre Wenn die Dunkelheit ein Ende findet. Terminale Geistesklarheit und andere ungewöhnliche Phänomene in Todesnähe ("Au bout du tunnel. Lucidité terminale et autres phénomènes non ordinaires à l’approche de la mort") a été publié en allemand, en se focalisant sur la lucidité terminale et d’autres sujets traités lors de cette conférence.


6 juin 2007

Alejandro Parra, La parapsychologie clinique en Argentine

L’IMI a reçu Alejandro Parra, président de l’Instituto de Psicologia Paranormale d’Argentine que vous pouvez découvrir à l’adresse http://www.alipsi.com.ar
Alejandro a tenu une conférence sur les travaux de l’Institut en matière de parapsychologie clinique, c’est-à-dire la prise en charge psychologique des personnes affectées par leurs vécus parapsychologiques.


20 avril 2012

Examiner les effets avant et après d’un groupe de thérapie humaniste pour les expériences paranormales, par Alejandro Parra

Il y a un grand nombre de travaux établissant l’efficacité de la thérapie de groupe humaniste. Bien que des thérapies de groupe se soient focalisées sur des expériences paranormales (ou « anomales », « exceptionnelles ») - telles que le sentiment d’avoir été enlevé par des extraterrestres, des vécus d’ apparitions, des familles victimes d’épisodes de type « poltergeist » -, les réactions émotionnelles à ces expériences ont rarement été explorées. Le but de cette étude exploratoire était : (a) d’explorer l’utilité de la thérapie de groupe humaniste pour évaluer les effets des expériences paranormales sur la vie des individus et (b) d’explorer un modèle de recherche sur la façon dont la thérapie de groupe humaniste pourrait aider les individus à améliorer leurs comportements et leurs attitudes par rapport à leurs expériences paranormales.
L’étude accueillait vingt participants, âgés de 22 à 71 ans (Moyenne : 45,65 ; écart-type : 12,52), dont 65 % (N = 13) étaient des femmes et 35 % (N = 7) des hommes, parmi des personnes qui cherchaient des informations sur les expériences paranormales qu’elles avaient eues ou qu’elles vivaient actuellement. Les participants prenaient part à des sessions de groupe hebdomadaires durant 2h. On leur demandait de remplir un questionnaire à sept items avant leur entrée dans le groupe ; et un questionnaire auto-administré à 9 items ainsi qu’un autre questionnaire ouvert à leur sortie du groupe. Les dynamiques de ces groupes traversaient habituellement trois étapes : support émotionnel, support cognitif, et enfin fermeture du groupe et interprétation. Les participants affirmaient avoir été aidés sur le plan émotionnel (p = 0,001), aidés à avoir une compréhension plus saine de leurs expériences (p = 0,001), et aidés à fonder une compréhension rationnelle de leurs expériences (p = 0,008). Ils relataient aussi s’être sentis écoutés, intégrés et soutenus par les autres membres du groupe (p = 0,019) et par les thérapeutes (p = 0,017) à la fin de l’activité du groupe. Nous espérons avoir démontré que les groupes de thérapie humaniste peuvent être utilisés pour aider les personnes ayant divers troubles à développer plus efficacement et à appréhender de manière plus fonctionnelle leurs expériences paranormales.

Le conférencier

(JPEG) Alejandro Parra est psychologue, professeur de Méthodes psychothérapeutiques et psychologie générale à la Faculté de Psychologie de l’Université Interaméricaine d’Abierta. Il dirige l’Institut de Psychologie Paranormale à Bueno Aires, et est l’éditeur de la "Revue Argentine de Psychologie Paranormale" ("Revista Argentina de Psicología Paranormal"), la revue trimestrielle de parapsychologie en Argentine. Depuis 2011, il est président de la Parapsychological Association, l’association professionnelle des parapsychologues. Il a mené des recherches sur la parapsychologie clinique et donne des cours de parapsychologie clinique, formant des psychologues à prendre en charge des personnes vivant des expériences paranormales. Il a également conduit des recherches sur les sujets psi, la faculté de psychométrie, et les états de conscience favorables au psi comme le ganzfeld.
Alejandro Parra est l’auteur de nombreux livres : Historia de la parapsicología en la Argentina [Histoire de la parapsychologie en Argentine] (Author, 1990), Fenómenos paranormales [Phénomènes paranormaux] (Kier, 2003), Sueños : Como interpretar sus mensajes [Rêves : comment interpréter leurs messages] (Kier, 2005), Psicología de las experiencias paranormales [Psychologie des expériences paranormales] (Akadia, 2006) ; El mundo oculto de los sueños [Le monde caché des rêves] (Kier, 2009) ; Los poderes de la mente [Les pouvoirs de l’esprit] (Corona Borealis, 2010) et ¿Qué es ... la sensibilidad psíquica ? [Qu’est-ce que... la sensibilité psychique ?] (Deva’s, 2010).
Courte auto-biographie disponible sur notre site : http://metapsychique.org/Alejandro-Parra.html


6 avril 2012

La vie et l’oeuvre du médium Chico Xavier, par Mickaël Ponsardin

(JPEG) Né le 2 avril 1910 dans un village isolé dans l’intérieur des terres brésiliennes, Francisco Cândido Xavier, plus connu sous le diminutif de Chico Xavier, a traversé le 20ème siècle pour décéder le 30 juin 2002. Pauvre, métis et sans instruction, il a pourtant révolutionné le regard de la société brésilienne sur le Spiritisme, le rendant populaire dans un pays aux traditions catholiques fortement ancrées. Entre 20 et 30 millions de sympathisants fréquentent aujourd’hui les dizaines de milliers de centres spirites brésiliens. Médium écrivain par excellence, il a psychographié des dizaines de milliers de messages, contenant une rare quantité de détails permettant leur authentification. Auteur de plus de 450 livres, vendus à des dizaines de millions d’exemplaires, il a reversé l’intégralité de ses droits d’auteur à des œuvres de charité. Sa médiumnité mais également son humilité lui ont valu de nombreuses reconnaissances au sein de la société brésilienne, et même sa candidature par le Brésil au Prix Nobel de la paix 1981.
Quel bilan pouvons-nous tirer d’une telle réception sociale ? Quel est l’intérêt scientifique présenté par les capacités médiumniques attribuées à Chico Xavier ?

Le conférencier
Mickaël Ponsardin est l’auteur de Lyon et le Spiritisme (1857-1937), livre historique sorti en 2004 lors de l’exposition de la bibliothèque municipale de Lyon consacrée au bicentenaire de la naissance d’Allan Kardec. Il est également l’auteur de Comprendre le Spiritisme. Suite à plusieurs mois d’enquête et d’interviews au Brésil, il a écrit la biographie Chico Xavier, l’homme et le médium.


21 février 2014

Est-il possible d’enseigner la parapsychologie scientifique ?, par Paul-Louis Rabeyron

Paul-Louis Rabeyron dispense depuis 1995, à l’Université Catholique de Lyon, sous la forme d’une unité de valeur intitulée « Sciences, société et phénomènes dits "paranormaux" », le seul enseignement en France traitant de parapsychologie scientifique. Il a également été chargé de cours sur d’autres thèmes à l’Université Lyon I et à l’Université Lyon II.
Il fera tout d’abord un rapide tour d’horizon des expériences pédagogiques en matière de parapsychologie ayant pu exister en France ou existant à l’heure actuelle dans le monde. Ensuite, après avoir expliqué comment il a été conduit à créer ce cours dans un cadre universitaire, il s’appuiera sur cette expérience d’enseignant, mais aussi sur d’autres types d’interventions à visée pédagogique autour de la parapsychologie (comme responsable du Groupe Etudiants de l’IMI ou comme participant à plusieurs listes d’échanges sur internet), pour tenter de montrer ce qui rend possible mais difficile la transmission de quelques notions clefs.
Cette difficulté, inhérente à toute approche se voulant rationnelle des questions qualifiées de paranormales, peut d’ailleurs concerner les enseignés comme l’enseignant lui-même ! Paul-Louis Rabeyron s’aidera, pour éclairer son propos, de quelques exemples montrant les connaissances complexes rendues nécessaires et les nombreuses intrications générées entre différents champs du savoir par cette approche. Ainsi nous proposera-t-il de nous arrêter aussi bien sur certaines données issues des sciences exactes que des sciences humaines.

Le conférencier

(JPEG) Docteur en médecine, pédopsychiatre, maître en biologie humaine, il exerce actuellement en tant que pédopsychiatre des hôpitaux et directeur médical d’un C.M.P.P (Centre médico-psychopédagogique). Il est aussi membre du Comité Directeur de l’IMI. Après une thèse consacrée aux "Idéologies médicales", il s’oriente, en plus de ses activités cliniques, vers les questions d’anthropologie et d’épistémologie médicales. Il écrit plusieurs articles et participe à plusieurs ouvrages autour de ces thèmes (notamment un "que sais-je ?" sur les médecines parallèles, en collaboration avec l’ethnologue François Laplantine). Son intérêt pour les questions parapsychologiques s’affirme à l’occasion de la parution, en 1985, de l’ouvrage collectif Un voyant dans la ville pour lequel il rédige un chapitre. Depuis, il a participé à plusieurs autres livres, en collaboration notamment avec Philippe Wallon, Djohar Si Ahmed ou Bertrand Méheust.
Il enseigne dans le cadre du département de Formation humaine de l’Université Catholique de Lyon, où il a créé en 1995 une unité de valeur intitulée Sciences, société et phénomènes dits "paranormaux".
Depuis fin 2003, il est également responsable du Groupe Etudiants de l’IMI (GEIMI).


19 octobre 2007

Emmanuel Ransford, La Nouvelle Physique de l’Esprit

L’IMI est heureux d’accueillir le physicien Emmanuel Ransford, auteur de La nouvelle physique de l’esprit : une nouvelle science de la matière, ouvrage paru au printemps 2007 aux éditions du Temps présent, collection "Champ Limite". Sa conférence portera sur une interprétation de la physique quantique fondée sur la notion de psychomatière. Cette nouvelle approche de la physique permettrait notamment, selon Emmanuel Ransford, de mieux comprendre le cerveau conscient et d’offrir un début d’explication à certains phénomènes dits "paranormaux". L’exposé sera accessible à un public large et non spécialisé.


5 février 2010

Aimé Michel, le prophète oublié, par Bertrand Méheust et Jean-Pierre Rospars

Aimé Michel, qui nous a quittés en 1992, est surtout connu comme un des pionniers de l’ufologie mais a aussi contribué à faire connaître la parapsychologie au grand public. Il est l’auteur de travaux originaux sur les mystiques et sur les calculateurs prodiges, mais la dimension prophétique et philosophique de son œuvre reste encore méconnue. En 2008, Jean- Pierre Rospars, chercheur en neurobiologie, et Bertrand Méheust, professeur de philosophie, se sont attachés à nous la restituer dans deux ouvrages parus aux Editions Aldane, La clarté au coeur du labyrinthe et L’apocalypse molle. Ils viendront à l’IMI évoquer la figure exceptionnelle de l’homme qu’ils ont connu et résumer les grands thèmes de sa pensée. Ils s’efforceront de montrer en quoi elle a devancé les grandes questions de notre temps.

Les conférenciers

Jean- Pierre Rospars, docteur ès sciences en neurobiologie, directeur de recherches, est l’auteur de 70 articles parus dans des journaux professionnels (tels que Journal of Neuroscience, PLoS Computational Biology etc.) et de nombreuses communications dans des congrès internationaux. Ses travaux en neurobiologie s’inscrivent dans une recherche plus large sur l’évolution de la vie et de la pensée. Il est membre de la Société Française d’Exobiologie. De 1977 à 1983, il a été collaborateur du groupe d’étude des phénomènes aérospatiaux non- identifiés du CNES, pour lequel il a réalisé plusieurs études, et depuis 2006 il est membre du Collège d’Experts du GEIPAN. En 2007, il a résumé quelques-unes de ses idées sur l’étude des ovnis dans un article, paru dans la revue belge Inforespace, intitulé " Un échec de la science ? ".

Bertrand Méheust est professeur de philosophie, sociologue et membre du Comité Directeur de l’IMI. En 1999, sa thèse est publiée par Les Empêcheurs de Penser en Rond sous la forme de deux gros livres totalisant 1200 pages, Somnambulisme et Médiumnité. Un pavé dans la mare des controverses autour de la parapsychologie, mais aussi de la psychologie tout court... Vaste étude érudite, son livre retrace l’histoire des recherches, des théories et des concepts engendrés autour de la question des potentiels cachés de l’être humain depuis la fin du XVIIIème siècle.


27 septembre 2013

Les phénomènes inexpliqués de la vie religieuse. Surnaturel ou_ paranormal ?, par Patrick Sbalchiero

(JPEG) Une ressemblance de fait existe entre faits spirituels inhabituels et phénomènes « psi ». Le terme de « lecture d’âme » n’est-il pas remplaçable par celui de télépathie ?
Cependant, les religions marginalisent les faits inexpliqués tandis que la parapsychologie y découvre sens et cohérence. Les responsables - juifs, chrétiens, musulmans - voient dans « l’inexpliqué » illusions ou pièges détournant de l’essentiel. Aucun miracle n’est objet de foi. La parapsychologie, quant à elle, passe ces faits au crible de l’intelligence, admettant leur objectivité. D’un côté, le religieux, de l’autre, la science. Pouvons-nous interpréter le réel selon cette grille de lecture réductrice ?
Et l’irrationnel n’est-il pas objet de science ? Le surnaturel, issu des dieux, serait-il éloigné du paranormal, fruit de l’esprit humain ? Le « paranormal » serait-il une version sécularisée du surnaturel ?
(GIF) Nous tenterons de montrer que :
1. La notion de surnaturel - comme celle de miracle - relève du strict domaine religieux, échappant à la démarche scientifique.
2. Il est difficile d’isoler les phénomènes religieux inexpliqués, communs à toutes les civilisations, des êtres humains chez qui ils apparaissent. Leur histoire est la leur. Ils naissent sur un terrain social, culturel et éducatif particulier.
3. Les récits oraux ou écrits, par le biais desquels nous découvrons « l’inexpliqué », interprètent la réalité qu’ils décrivent. Écrits « inspirés », vies des saints, récits biographiques profanes, textes normatifs, ils constituent le matériau indispensable à toute recherche rigoureuse sur les thèmes qui nous réunissent.

Le conférencier

(JPEG) Historien, Patrick Sbalchiero a publié de nombreux ouvrages d’histoire religieuse dont Dictionnaire de l’extraordinaire et des miracles chrétiens (Fayard). Petite vie du Padre Pio (Desclée de Brouwer), Histoire du Mont Saint-Michel (Perrin), Les Faits extraordinaires de la foi (Desclée de Brouwer), Histoire de la vie monastique (Desclée de Brouwer). Il vient récemment de faire paraître Douze énigmes qui défient la science (Editions Salvator) qui sera disponible à la vente et pourra être dédicacé lors de cette conférence.


17 novembre 2011

L’évolution de la télépathie, par Rupert Sheldrake

Des observations sur le terrain ont suggéré que les loups et d’autres animaux sauvages pouvaient communiquer télépathiquement à des kilomètres de distance ; et des sondages ont montré que 50% des propriétaires de chiens et 30% des propriétaires de chats croient que leurs animaux peuvent réagir à leurs pensées ou à leurs commandes silencieuses. Chez les humains, d’apparentes télépathies sont plus fréquemment relatées entre des membres d’une même famille et entre des amis ou des collègues proches. Les études expérimentales de la télépathie chez les animaux et chez les gens suggèrent que la télépathie pourrait être un moyen naturel de communication chez les groupes animaux et humains. La télépathie humaine évolue toujours dans le contexte des technologies modernes, dont Internet, les emails, les SMS et le téléphone. Rupert Sheldrake présentera comment chacun peut explorer ses propres capacités dans des tests télépathiques automatisés en utilisant les téléphones mobiles.

Le conférencier

JPEG - 7.1 ko

Membre du Comité d’Honneur de l’IMI, Rupert Sheldrake est un biologiste formé à Cambridge, auteur de plus de 75 articles scientifiques et 6 livres. Son prochain livre s’intitulera The Science Delusion (Janvier 2012). De 2005 à 2010, il fut le directeur du projet Perrott-Warrick de recherche en science psychique et parapsychologie, qui est administré par le Trinity College de Cambridge. Il est également associé de l’Institute Of Noetic Sciences (IONS). Il est très connu pour ses expériences de parapsychologie avec des animaux, et ses protocoles ingénieux étudiant des phénomènes étonnants du quotidien (sensation d’être observé, les chiens qui attendent leur maître, la télépathie par téléphone, etc.).
www.sheldrake.org


30 novembre 2007

Djohar Si Ahmed, La parapsychologie clinique

Docteur en psychologie et psychanalyste, Djohar Si Ahmed est membre du Comité Directeur de l’IMI, auteur de Comment penser le paranormal, Psychanalyse et Champs Limites de la Psyché », Ed. L’Harmattan, 2006. Considérant les expériences "paranormales" comme une donnée de la vie psychique, Djohar Si Ahmed présentera cet aspect insolite et pourtant fondamental de l’existence à travers différents exemples cliniques : télépathies, prémonitions et psychokinèses survenant dans la vie quotidienne, en psychothérapie dans le cadre analytique ou encore de façon provoquée lors des « Groupes d’Entraînement à la Télépathie ». Djohar Si Ahmed exposera également les développements actuels de la parapsychologie clinique après le récent symposium international auquel elle a participé et qui réunissait des experts de nombreux pays sur ce thème de recherche.


13 décembre 2013

L’Odyssée de la Conscience dans le sillon du Dr Hubert Larcher, par Djohar Si Ahmed

(JPEG) Le 7 septembre est parue "L’Odyssée de la Conscience : anthologie d’études sur la mort, la mystique et le paranormal par le Dr Hubert Larcher" (à commander ici). Cet ouvrage réunit 50 ans de travaux introuvables de l’ancien directeur de l’Institut Métapsychique International (IMI), en plus d’entretiens, et d’une présentation biographique et bibliographique complète. C’est aussi par ce livre que l’IMI inaugure sa propre maison d’édition, afin de mettre fin aux politiques éditoriales actuelles qui, en matière de parapsychologie, pensent d’abord à vendre du sensationnel et de l’ultra-vulgarisé.

(JPEG)
Hubert Larcher

La psychologue Djohar Si Ahmed vous propose de vous entraîner dans cette odyssée. Dans un premier temps, elle vous invite à faire connaissance avec ce grand homme, à la fois clinicien et chercheur, philosophe, passionné de mystique et de métapsychique. Jean Guitton disait de lui : « Je n’ai jamais quitté le Docteur sans avoir changé le cours de mes pensées ; à la fois déconcerté et enrichi. Il est paradoxal, éloigné de la doxa, de l’opinion commune. Fol et raisonnable. Opaque et lumineux... Quel que soit le sujet, il l’abordait par une rive inconnue. » Puis, elle vous introduira au modèle des 73 transes décrites par le Dr Hubert Larcher, basé sur sa large érudition des états psychophysiologiques.

Les conférenciers

Docteur en psychologie et psychanalyste, Djohar Si Ahmed est membre du Comité Directeur de l’IMI, auteur de Comment penser le paranormal, Psychanalyse et Champs Limites de la Psyché (Ed. L’Harmattan, 2006).


20 et 21 janvier 2006

Stephan Schwartz, Le bilan du Remote Viewing

L’IMI a accueilli pour la première fois en France l’un des initiateurs du Remote viewing, Stephan Schwartz. Si son nom reste encore peu connu du grand public, les connaisseurs avertis du domaine savent ce que la parapsychologie doit à cet homme au profil atypique et inclassable.

A la fois scientifique et philosophe, éditeur et écrivain, Stephan Schwartz a été aussi bien Assistant Spécial du chef des opérations navales des Etats Unis, que chargé des discours politiques de personnalités de premier plan, ou encore membre du Comité directeur du programme d’échanges américano-soviétiques. Un éclectisme et une ouverture de capacités typiquement anglo-saxonne. Il est plus particulièrement connu en Europe pour avoir été l’initiateur de surprenants programmes de recherches archéologiques, où il était fait appel à des sujets psi dans le cadre de fouilles archéologiques. Le plus célèbre de ces épisodes a produit le livre Le projet Alexandrie, (Sand, 1985), où Schwartz relate comment la parapsychologie a été employée pour déceler les limites de l’ancienne cité d’Alexandrie (à lire également sur notre site, la traduction française de son article : "ESPD Blue")

Sur l’invitation de Mario Varvoglis, Stephan Schwartz est venu présenter à Paris un bilan des réussites de la technique du Remote viewing, ses réalisations et ses applications actuelles.

C’est à l’approfondissement du Remote Viewing que Schwartz a consacré, le lendemain, un atelier pratique où il a proposé aux participants de faire plus ample connaissance avec les notions et les techniques de cette méthode.

Pour Schwartz, la vision à distance, à la façon des expériences d’inspiration géniale, des NDE ou des états mystiques, ouvre à la "conscience non-locale". A son avis, la meilleure représentation qu’on puisse en donner est celle d’un yoga mental, d’une ascèse de l’esprit. Son atelier se fonde sur 35 ans de recherches de laboratoire et de terrain. Les techniques qu’il présente ont été testées à maintes reprises, et se sont révélées susceptibles de permettre à tout un chacun de s’ouvrir à l’expérience de la "conscience non-locale". Celle-ci touche à des capacités aussi diverses que la télépathie, la précognition, l’autodiagnostic intuitif et l’auto-guérison. L’atelier a présenté les conditions générales de la technique, puis a permis aux participants d’en faire l’expérience concrète.


15 et 16 décembre 2006

Stephan Schwartz, La bio-psychokinèse et la guérison psychique

Stephan Schwartz a présenté la bio-psychokinèse et la guérison psychique, c’est à dire la possible influence de l’esprit sur des organismes biologiques.

A la fois scientifique et philosophe, éditeur et écrivain, Stephan Schwartz a également été Assistant Spécial du chef des opérations navales des Etats-Unis. Un éclectisme et une ouverture typiquement anglo-saxons.

Il est plus particulièrement connu en Europe pour avoir été l’initiateur de programmes de recherches archéologiques faisant appel à des sujets psi. La plus célèbre de ces recherches a été décrite par Schwartz dans un ouvrage intitulé « Le projet Alexandrie » (Sand, 1985). Il était d’ailleurs déjà intervenu sur ce thème l’année dernière à l’IMI.

Schwartz a également effectué des travaux sur la psychokinèse, et en particulier sur l’influence de magnétiseurs sur l’eau. Dans sa conférence du 15 décembre, il a présenté un état des lieux dans le domaine des travaux de laboratoire sur la bio-psychokinèse et sur les applications cliniques, dans les hôpitaux, de la guérison psychique.

Schwartz a approfondi ces réflexions, le 16 décembre, par un atelier pratique dans lequel il a proposé aux participants de faire plus ample connaissance avec des notions et des techniques de guérison psychique.


2 février 2007

Michel Troublé, Quelle place pour le vivant dans la physique quantique ?

Remarqué pour son livre, Une critique de la raison matérialiste : l’origine du vivant, co-écrit avec Michel Lefeuvre (éd. L’Harmattan, coll. « Sciences et société », 2003 ; disponible en partie sur le site www.philothema.com), Michel Troublé apporte une touche révolutionnaire à la physique. Il démontre expérimentalement l’impossibilité de la fabrication de robots véritablement autonomes, et dissèque ensuite cette notion d’autonomie qui serait propre aux êtres vivants. Mais sa démonstration, d’abord restreinte au monde de l’intelligence artificielle, trouve des prolongements dans de nombreux domaines scientifiques. C’est une critique de fond portée aux conceptions matérialistes : dans ce livre, les auteurs affirment que hors du champ d’intervention du sujet de connaissance, l’objet de connaissance se trouve dans un état ’confusionnel’ où il peut être à la fois et en même temps ’ici’ et ’là’. La matière ne se suffit pas à elle-même pour qu’existe un univers sortant de cet état confusionnel. Ainsi, le matérialisme n’explique pas la présence d’êtres vivants ordonnés dont certains même sont dotés de la capacité de penser.

Le travail de Michel Troublé ne concerne qu’indirectement la parapsychologie. Loin des interprétations « créationnistes » ou « spirituelles », Michel Troublé se contente de reformuler opérationnellement des questions actuelles. Docteur es sciences et actuellement directeur scientifique d’une société de recherche en robotique et en intelligence artificielle, il conjecture, à la suite du mathématicien von Neumann, l’existence d’un opérateur « non-physique » qui constituerait une solution à ces énigmes.


7 mars 2008

Marcel Turbiaux, Madame Camille, voyante, l’affaire Cadiou et l’"Ecole de Nancy"

Les résultats heureux de l’utilisation de l’hypnose, par un médecin de campagne des environs de Nancy, Antoine-Auguste Liébault, retinrent, vers la fin du XIX° siècle, l’attention, en particulier, de quelques universitaires de cette ville. Ceux-ci suscitèrent des disciples que l’on réunit sous l’appellation d’“Ecole de Nancy”, bien qu’ils eussent des intérêts divers : thérapeutiques pour Hippolyte Bernheim, professeur de clinique médicale, du point de vue criminel pour Jules Liégeois, professeur de droit, physiologiques et psychologiques pour Henri Beaunis, professeur de physiologie.

Un sujet favori de ces savants était une jeune fille, Camille Simon, qui, plus tard, s’établit à Nancy comme voyante. Devenue Madame veuve Hoffman, elle acquit la célébrité en 1914, en révélant qu’un industriel de Landernau, qui avait disparu, avait été assassiné et en indiquant l’endroit précis où l’on trouverait son cadavre. Cette révélation déclencha une polémique dans la presse, mais aussi entre Hippolyte Bernheim et Henry Beaunis.

Néanmoins, la notoriété de madame Camille la fit inviter, en 1916, par les Annales des sciences psychiques, profitant de sa présence à Paris, à des expériences qui sont relatées dans la revue.

Marcel Turbiaux est psychologue, rédacteur en chef du Bulletin de Psychologie.


5 mars 2010

Une mémoire du Futur ? Recherches scientifiques sur la précognition, par Mario Varvoglis

Une multitude de témoignages laisse penser que nous avons occasionnellement accès à des informations liées à un événement futur, informations qui ne pourraient pas être déduites, même inconsciemment, des données sensorielles existantes ou de la mémoire.

Jusqu’à tout récemment, la réaction scientifique à cette possibilité était fortement sceptique, voire hostile. Mais la situation commence à changer avec la multiplication des expérimentations contrôlées sur la précognition et le pressentiment.

Cette conférence sera consacrée à ces recherches et aux implications d’un univers incluant une mémoire du futur. La possibilité que le psychisme humain soit informé non seulement de son passé et de son présent, mais aussi de son avenir, est véritablement révolutionnaire, car elle affecte notre vision scientifique et philosophique du monde et soulève une abondance d’interrogations sur le plan personnel et social.

Le conférencier

Mario Varvoglis est Président de l’Institut Métapsychique international (IMI).

Ph.D. en psychologie expérimentale, il a commencé ses recherches en parapsychologie scientifique dans les années 1970, au Maimonides Hospital Dream Laboratory (New York), où il a contribué aux premières investigations de la télépathie associée aux états modifiés de conscience. Après son doctorat, il a travaillé aux Psychophysical Research Laboratories (PRL) de Princeton, où il était parmi les principaux auteurs de l’« autoganzfeld », considéré aujourd’hui comme l’une des expérimentations phares de la parapsychologie scientifique. Il a également contribué aux investigations de micro-psychokinèse et de précognition, couplant des tests informatisés avec de nouvelles approches ludiques ; dans ce cadre, il a développé un CD-ROM, Psi-Explorer qui mettait à la disposition du public un ensemble de jeux-psi ainsi qu’un survol complet de la recherche scientifique sur les phénomènes psi.

Mario Varvoglis est actuellement Vice-président de la Parapsychological Association, l’organisme officiel de la parapsychologie internationale ; il a été également son Président en 2002. En plus de ses publications scientifiques, il est auteur de La Rationalité de l’Irrationnel (Paris : InterEditions) et co-auteur (avec Marie-Monique Robin) de l’ouvrage Le Sixième Sens : Science et Paranormal (Paris : Editions du Chêne).

La Psychokinèse : du macro au micro
De l’exceptionnel au banal ?

La psychokinèse ou PK (parfois appelée télékinésie) couvre un large éventail de phénomènes : poltergeists, déplacements ou lévitations d’objets, matérialisations, torsion de cuillères, guérison par la pensée... Malgré l’existence de multiples témoignages de ces phénomènes, on continue à débattre sur leur réalité, parce qu’ils sont généralement associés à des individus ou à des circonstances exceptionnelles, et ne sont pas reproductibles en laboratoire. Toutefois, depuis une cinquantaine d’années, une abondance de recherches sur la "microPK", impliquant des systèmes probabilistes, suggère que les individus peuvent induire de subtiles "perturbations du hasard" et ceci sans l’intermédiaire d’une force physique connue. Quelles conclusions pouvons-nous tirer de ces recherches ? Pouvons-nous affirmer que ces effets, déduits statistiquement, sont effectivement une version "micro" de phénomènes PK ? Les résultats suggèrent-ils l’existence d’une interaction continue et répandue - bien que très faible - entre l’esprit et la matière ? La microPK ouvre-t-elle la voie pour des applications permettant un contrôle volontaire du mental sur des systèmes distants ? Cette conférence est inspirée d’un article co-écrit par Mario Varvoglis et Peter Bancel pour un ouvrage collectif : Cardeña, E., Palmer, J., Marcusson-Clavertz, D.. Parapsychology : A Handbook for the 21st Century. Jefferson, NC : McFarland.


26 novembre 2009

Guérisons par la foi et lieux de guérison, à propos de Lourdes, par Philippe Wallon

1858, une jeune fille pauvre et inculte voit "cela" ("aquero") dans une grotte, au bord d’une rivière glacée qu’elle vient de traverser au péril de sa vie. Après quelques visions, accompagnée par une foule de plus en plus grande, Bernadette, se penche vers le sol et se met en besogne d’avaler de la boue et de l’herbe parce que l""apparition" lui a demandé.
Le lendemain, une source nait au milieu de rien et, le jour même, conduit à une guérison incontestable. De cette histoire pour le moins baroque est né un des plus grands sanctuaire de l’histoire du catholicisme. La mère du Christ est-elle vraiment venue à Lourdes ? Est-elle responsable de ces milliers de guérisons dont 67 ont été déclarées inexplicables et théologiquement valides ?

Le conférencier

(GIF) Philippe Wallon, médecin psychiatre, auteur et directeur de collection de nombreux ouvrages sur la psychologie et le paranormal tentera de répondre à ce problème qui divise encore scientifiques et croyants.



13 decembre 2014

Jean-François Lambert, Mes neurones et moi : qui décide pour moi ?

Jean-François Lambert est psychophysiologiste, Maitre de Conférences honoraire à l’Université Paris 8 (Laboratoire de Psychopathologie et Neuropsychologie), Professeur associé à l’Institut de Philosophie Comparée et Président de l’Université Interdisciplinaire de Paris.

(JPEG) La parution récente de L’esprit au-delà des neurones : une exploration de la conscience et de la liberté (Dervy, 2012) nous a fait redécouvrir le scientifique américain Benjamin Libet (1916-2007). Quelles que soient les critiques dont ils peuvent faire l’objet, les travaux de Libet constituent une étape décisive dans l’approche expérimentale du problème de la conscience et fournissent même des éléments empiriques essentiels au débat philosophique. Les premiers travaux de l’auteur (ceux relatifs au délai de la perception consciente) ont été accueillis avec scepticisme. En revanche, ceux de la seconde période, concernant le moment de la prise de conscience de la décision d’agir, ont été largement commentés. Le développement de nouveaux moyens d’investigation associé à la mise au point de protocoles expérimentaux plus raffinés ont donné lieu, ces dernières années, à la réalisation de plusieurs variantes de l’expérience d’origine. Leurs résultats amplifient généralement ceux de Libet et confortent encore davantage l’idée selon laquelle la conscience ne serait pas causale mais seulement suspensive. Nous souhaitons préciser la portée de ces résultats mais également montrer pourquoi le problème du libre-arbitre et celui des rapports cerveau - esprit ne peuvent recevoir de solution satisfaisante dans les termes où ils sont posés par les physicalistes. Que signifie : « mon cerveau décide avant moi » ? Que désigne le pronom (mon, notre ou je, nous) dont on ne peut se passer dès lors que l’on parle de perception ou de décision ? Doter un système physique des attributs d’un sujet personnel est-il cohérent avec les principes du moniste physicaliste considéré comme allant de soi par la majorité des neurobiologistes ? (JPEG)











10 avril 2015

Les expériences de rétro-causalité et leurs conséquences épistémologiques

(JPEG)
Thomas Rabeyron est Maître de Conférences en psychologie clinique et psychopathologie (Université de Nantes), Honorary Research Fellow (Université d’Edimbourg), Co-fondateur du Centre d’Information, de Recherche et de Consultation sur les Expériences Exceptionnelles. Ses recherches portent sur la clinique des expériences exceptionnelle, les dispositifs de retro-causalité et les applications psi.

A partir d’une revue des travaux historiques et actuels dans le champ de la précognition et du pressentiment, nous étudierons les recherches les plus récentes concernant les dispositifs de rétro-causalité, leurs résultats, leurs implications théoriques ainsi que leurs applications éventuelles.





28 septembre 2015

Les Dieux Biologiques : Les nouveaux producteurs de mythes de la Science (Fiction)

(JPEG)

Jeffrey J. Kripal détient la chaire "J. Newton Rayzor" en Philosophie et Pensée Religieuse à l’Université Rice (Texas), où il a dirigé le département d’Histoire des Religions pendant 8 ans, et a participé à la création du programme GEM, un thème fédérateur d’études et de recherche sur le gnosticisme, l’ésotérisme, et le mysticisme (le programme le plus important au monde sur ce sujet). Il est également directeur associé du Centre de Théorie et de Recherche à l’Institut Esalen de Big Sur (Californie) - un "think tank" consacré à l’exploration de la nature de l’esprit et du potentiel humain par les sciences et les humanités, et à des projets créatifs visionnaires autour du dialogue interconfessionnel, les pratiques éthiques dans les affaires, la diplomatie citoyenne, et le développement durable. Jeff est l’auteur de sept ouvrages, dont Comparing Religions : Coming to Terms (Wiley-Blackwell, 2014), Mutants and Mystics : Science Fiction, Superhero Comics, and the Paranormal (Chicago, 2011), et Authors of the Impossible : The Paranormal and the Sacred (Chicago, 2010). Il est spécialiste des études et analyses comparatives des états religieux extrêmes, des anciennes civilisations à nos jours. Un aperçu de l’ensemble de son travail peut être consulté sur http://kripal.rice.edu/.

Cette conférence, par un des plus grand spécialistes au monde sur l’Histoire des Religions et du mysticisme, se centrera sur trois textes :
VALIS de Philip K. Dick (1981),
COMMUNION de Whitley Strieber (1987)
LIVING WITH A WILD GOD de Barbara Ehrenreich (2014).
Dans chaque cas, nous verrons comment l’auteur décrit une rencontre transformative et profondément personnelle avec ce que toute culture traditionnelle reconnaitrait comme une déité ou un démon. Puis, chacun de ces auteurs finit par se détacher des interprétations traditionnelles, pour postuler l’existence de réelles espèces invisibles dans l’environnement qui interagissent avec les êtres humains, selon leur propres intérêts ou fantaisie, et peut-être, selon les spéculations de l’auteur, pour se "nourrir" de l’émotion humaine, ou pour nous domestiquer, ou pour nous faire évoluer par la fusion sexuelle ou la symbiose inter-espèces. Ceci conduit à une convergence vers un nouvel ensemble de panpsychismes évolutionnistes, de vitalismes érotiques, et de polythéismes biologiques, ce qui présente un défi au matérialisme dominant et aux théories classiques des sciences dures ou des sciences humaines.





15 janvier 2016

Morts vivants et revenants dans la société médiévale

Dans toute société traditionnelle, le vivant et le mort se mêlent inextricablement. L’espérance de vie est courte, et la mort rôde. Les revenants sont partout. Proches de la terre et de sa végétation, les populations à majorité paysannes dépendent étroitement de la régularité du cycle annuel de la maturation des fruits, de leur disparition hivernale et de la reverdie printanière. Le mythe d’Orphée tentant de ramener Eurydice des enfers raconte ce retour de la végétation, toujours recommencé. Au Moyen Age, il se perpétue dans le rapt de Guenièvre et de sa libération par Arthur. Aussi archétypal est le voyage d’Orphée avec les Argonautes, tout comme l’imrama celtique, la navigation vers les îles fortunées de l’Au-delà, leurs fées et leurs talismans. Les morts de la mesnie Hellequin correspondent à la croyance païenne en une troupe innombrable d’esprits aériens qui se rue sur terre autour de la Toussaint et du 1er mai, fêtes du début de l’hiver et de l’été. Bruyante, tumultueuse, turbulente, frénétique et chaotique, cette horde sauvage se livre, à cheval ou à pied, à une chasse impitoyable. Les clercs qui la décrivent au XIIe siècle la disent composée de « mauvais esprits », c’est-à-dire des âmes en peine, purgeant leurs péchés dans leur course effrénée, voire de Satan lui-même et ses satellites. Cette « diabolisation » montre que la frontière entre le vivant et le mort, entre l’ici bas et l’Au-delà, ne disparaît pas avec la christianisation. Elle s’active même avec les histoires de revenants qui retournent du purgatoire pour exposer aux leurs la doctrine chrétienne. Jamais les vivants et les « morts » n’ont été aussi proches que dans la civilisation médiévale.

Le conférencier
© Claude Pauquet
© Claude Pauquet  (JPEG) Martin Aurell est Professeur d’histoire médiévale à l’Université de Poitiers, membre senior de l’Institut universitaire de France entre 2002 et 2012, Directeur de publication des Cahiers de civilisation médiévale, auteur de très nombreux articles ou ouvrages...
Bibliographie complète ici
Notice Wikipedia



11 decembre 2015

Jésus Thaumaturge

Enquête sur l’homme et ses miracles

A l’occasion de la sortie de son nouveau livre, Bertrand Méheust viendra présenter son approche parapsychologique des miracles de Jésus, au cours d’une conférence / signature.

Parmi les très nombreuses figures de Jésus, la plus évidente et la plus frappante, celle du thaumaturge réticent et miséricordieux, celle du guérisseur aux miracles, n’est plus abordée aujourd’hui qu’avec gêne, sous l’effet conjugué des interdits rationalistes et des orientations fidéistes. Tout se passe comme si les historiens contemporains s’interdisaient ainsi d’utiliser la principale source d’information dont ils disposent, à savoir que, précisément, Jésus fut un thaumaturge. Bertrand Méheust, en s’appuyant sur le corpus des sciences psychiques, s’emploie méthodiquement à explorer toute cette dimension négligée, en mettant de côté les déterminations de la théologie et les a priori de la raison dogmatique. Ni catéchisme confessionnel, ni plaidoyer rationaliste, cette enquête minutieuse et envoûtante nous replonge au coeur d’un mystère qui continue d’interroger notre temps. Du nouveau sur le cas Jésus ? Assurément.


18 mars 2016

Les coïncidences, amorce d’une interprétation

Les coïncidences ont été définies par Carl Jung comme un fait lié à une pensée par le moyen d’une signification (la « synchronicité »). Mais les coïncidences ne sont pas envisageables dans le monde « objectif » des sciences. Or, celui-ci semble être une illusion, reposant sur un biais de méthode, la neutralité de l’observateur. Dans une démarche originale, Philippe Wallon, en prenant la coïncidence comme une observation, a « détricoté » la vision habituelle du monde, en utilisant des modèles connus, très anciens comme le primum movens d’Aristote, ou récents (espace de Hilbert, fractales...). Selon Philippe Wallon, les solutions apportées par la physique n’ont pas été appliquées à notre vie ; nous n’avons pas évolué depuis Lucy, et probablement régressé : nous avons été coupés de nos racines. Avec cet exposé, accessible à tous, il proposera sa vision personnelle d’une singulière convergence entre les sciences et la spiritualité, jusqu’au bouddhisme zen.

Le conférencier
(JPEG) Philippe Wallon est psychiatre et chercheur, d’abord à l’INSERM puis à présent sous l’égide du Laboratoire du Pr. Tijus (Université Paris 8). Il a également monté une société (Seldage) éditeur du logiciel « Elian » qui extrait des éléments diagnostiques à partir de l’analyse dynamique de tracés (dessins, tests psychologiques). Il a publié 25 ouvrages (Albin Michel, Le Rocher, l’Archipel ...), parmi lesquels :
« Expliquer le paranormal »
« Guérir l’âme et le corps, au-delà des médecines habituelles »
« Tout est psy, sortez de la déprime, des angoisses et des conflits »
« Apparitions à Lourdes, (Sbalchiero P.) »
« Le paranormal, (col. Que sais-je ? n° 3424) »



1er avril 2016

Comprendre la voyance

Présentation par l’auteur :
Que se passe-t-il de l’autre côté de la table de consultation, dans la tête et dans l’esprit du voyant qui réalise une consultation ? La voyance est une capacité de la conscience permettant d’obtenir de l’information, indépendamment de l’espace et du temps. Qu’en sait-on vraiment et surtout comment fonctionne-t-elle dès lors qu’on la met en oeuvre dans une consultation ? Comment cela se déroule-t-il ? Que voit vraiment un voyant ? Comment le devient-on ? Avec quel statut ?

Le conférencier
Alexis Tournier (JPEG) Alexis Tournier quitte les études de sciences à l’âge de 21 ans pour exercer le métier de voyant. Curieuse vocation, qui l’amènera à s’interroger sur le sens de la consultation et sur le fonctionnement de cette étonnante capacité de perception. Il vit et consulte à Lyon, anime des formations sur le thème des arts divinatoires et de l’intuition. Il est l’auteur de quatre ouvrages : Le Tarot vous parle, L’oracle de Belline vous parle, Les taches d’encre vous parlent, Comprendre la voyance.







<>


27 mai 2016


Arc-Wattripont, vérité, scandale et désinformation

Arc-Wattripont est le nom d’une petite localité belge qui défraya la chronique en 1993. Lorsque le propriétaire, un vieux routier retraité, fait appel aux services de secours en raison de phénomènes de type « hantise », les gendarmes arrivent sur les lieux et devront rapidement se rendre à l’évidence qu’il se passe là des choses « extraordinaires » ! De renforts en renforts, c’est un ensemble d’une quinzaine de gendarmes et de policiers, dont des gradés, un inspecteur et un commissaire, qui seront les témoins privilégiés d’un spectacle hallucinant qui se moque bien de leur présence. Un personnage, le fiancé de la fille cadette des propriétaires, est considéré comme l’épicentre des phénomènes car les objets, qui se déplacent en contradiction flagrante avec les lois de la physique, semblent se diriger vers lui. Le jeune homme sombre ensuite dans des crises délirantes, évoque des communications télépathiques avec la Vierge, si bien qu’un évêque se porte candidat à l’exorcisme. Dès lors, la maréchaussée se retire, le Parquet du procureur du roi et la hiérarchie décrètent le black-out, un voile de mystère tombe sur ce cas si spectaculaire. Pendant plus de vingt ans, le Parquet refusera obstinément l’accès à un enregistrement vidéo réalisé par les gendarmes, lequel - dit-on - aurait immortalisé des phénomènes surprenants. En 2010, une équipe télévisée tourne l’affaire en dérision et la présente comme une vaste supercherie, incluant les écrits de Mr Vanbockestal sur le sujet. Le CERPI rouvre le cold case et se lance alors dans ce qui constituera sans nul doute sa plus formidable enquête. Celle-ci réhabilitera son crédit et celui de son président en démontrant l’authenticité des phénomènes et le scandale de la désinformation qui a été proposée à toute la francophonie. Il apportera aussi une hypothèse solide quant à la nature des faits. Pourtant, de nouveaux éléments permettent actuellement de suivre une autre piste, peut-être encore plus incroyable.

Le conférencier
(JPEG) Michel Vanbockestal est né en 1958, à Bruxelles. Après un baccalauréat scientifique, il suit une formation en criminologie et devient détective privé. En 1979, il fonde le GESO (Groupe d’Étude des Sciences Occultes) avec un camarade de classe. L’association connait des hauts et des bas jusqu’à ce que l’avènement d’Internet lui permette de prendre son envol. En 1992, M. Vanbockestal abandonne sa profession de détective et met ses connaissances en technique d’enquêtes au service du groupement, lequel résout et démystifie de nombreuses énigmes. Le GESO change alors de nom et devient le CERPI. En 2010, ce dernier a acquis ses premières lettres de noblesse et M. Vanbockestal, devenu son Président, sort le livre « Les Phénomènes Inexpliqués en Belgique » (Ed. Jourdan). Survient alors la fameuse affaire d’Arc-Wattripont dans laquelle le groupement rencontre une adversité si virulente qu’elle manque de peu de le détruire. Dans une rocambolesque volte-face, il se relève pourtant et dévoile une scandaleuse manœuvre de désinformation dans son second livre : « Le poltergeist d’Arc-Wattripont, vérité, scandale et désinformation ». (Ed. Le Temps Présent).






25 novembre 2016

"Des coups de fil de l’au-delà ?"

Charles Peck est pris dans un terrible accident de train. Toute la journée, sa famille reçoit des appels émis depuis son téléphone portable mais il ne parle pas. Il y a une bonne raison à cela et ils l’apprennent dans la soirée : il a été tué sur le coup. Les médecins sont formels. Qui a donc passé ces coups de fil depuis son téléphone portable ?

En 2004, l’auteur de cette conférence perd sa chienne emportée par la maladie. La semaine qui suit, il reçoit de nombreux coups de téléphone, jour et nuit avec personne au bout du fil. Il se met à les enregistrer pour, pense-t-il alors, avoir des preuves d’un canular... Jusqu’à ce que... .

Le phénomène des coups de téléphone post-mortem est peu connu en France.. l’auteur le met en lumière, montre ses caractéristiques et pose la question : qu’est-ce que tout cela signifie ?

Le conférencier

Laurent Kasprowicz (JPEG)

Laurent Kasprowicz, Docteur en Sociologie, enseignant, a vécu des phénomènes paranormaux et s’interroge sur la nature de ces derniers depuis. Il est l’auteur du livre « Un coup de fil de l’au-delà » sorti en 2015 et « Quand les morts nous contactent » sorti en octobre 2016.




16 décembre 2016

Walter Van lucadou, Phénomènes paranormaux : 50 années d’études

Le service de Consultation en Parapsychologie de Freiburg

L’approche que j’ai développée durant les 50 dernières années de recherche et d’investigation dans le champ de la parapsychologie m’a conduit à une conception plus claire et naturelle des phénomènes paranormaux. Après avoir écouté des milliers de personnes qui rapportent des expériences paranormales dans le cadre de notre service de consultation, j’en suis arrivé à la conclusion que le paranormal - qui reste toujours un tabou dans notre société - est tout à fait « normal », dans le sens où nous n’avons nul besoin de supposer des interactions avec des esprits ou des entités désincarnées, pas plus que nous n’avons besoin d’imaginer des dimensions transcendantales. En revanche, comme la vision du monde réductionniste nous semble insuffisante pour comprendre ces phénomènes, nous proposons de la compléter avec un modèle holistique, le Modèle d’Information Pragmatique (MPI). Ce modèle emprunte le formalisme de la mécanique quantique. Dans le cadre des cas spontanés, le MPI s’est révélé extrêmement fructueux, en permettant aux individus confrontés à des expériences paranormales d’arriver à une meilleure compréhension de leur vécu et de se prendre en charge eux-mêmes.

Walter von Lucadou est physicien et psychologue, directeur du Service de Consultation Parapsychologique à Freiburg et membre du Comité d’Honneur de l’IMI.






10 février 2017

Les grands médiums à « effets physiques » et les différences dans l’expression de leurs phénomènes

Présentation par l’auteur :

J’aborderai dans cette conférence le cas de 6 célèbres médiums : l’écossais Daniel Dunglas Home, l’italienne Eusapia Palladino, le polonais Franek Kluski (lequel a été étudié par l’IMI), le danois Einer Nielsen, l’autrichien Rudi Schneider, et l’islandais Indridi Indridason.

Des rapports détaillés des séances d’Indridi ont été conservés, comparables à ceux de Sir William Crookes concernant son investigation auprès de D.D. Home, ou ceux de Gustave Geley sur Franek Kluski. On a pu constater des raps et des coups, des mouvements et des lévitations d’objets ou du médium lui-même, d’inexplicables musiques jouées par des instruments, des souffles semblant provenir d’une bouche invisible, des voix, des matérialisations, d’étranges odeurs, des apports... Tous ces phénomènes ne se sont pas produits avec tous les médiums. Il y a eu d’importantes et intéressantes différences de l’un à l’autre. Pour prendre un exemple, avec Indridi des voix émanant directement de « communicateurs » ont été entendues dans 77% des séances qui ont fait l’objet d’un rapport. Elles ont été entendues dans différents emplacements de la salle dans laquelle se déroulait la séance, et éloignés du médium. Des chants ont également été entendus, quelquefois semblant émaner en même temps de deux chanteurs confirmés, un soprano et un baryton, alors que des voix directes ont rarement été entendues dans le cas de D .D. Home, et jamais avec Einer Nielsen et Rudi Schneider.

Je présenterai donc la manière dont l’apparition ou non, la fréquence et l’intensité des différents phénomènes varient d’un médium à l’autre.

Cette conférence sera accompagnée de nombreuses photos.

Le conférencier
(JPEG) Erlendur Haraldsson est professeur émérite de psychologie à l’université d’Islande. Il a publié de nombreux articles dans des journaux scientifiques. Il est de plus l’auteur de plusieurs livres, certains publiés en plusieurs langues, dont un en français : Ce qu’ils ont vu... Au seuil de la mort. Paris : Club Loisirs, 1983. En 2012, il a publié The Departed among the living. An Investigative Study of Afterlife Encounters chez Haftad, en 2013 Modern Miracles : The Story of Sathya Sai Baba : A Modern Day Prophet, en 2015 Indridi Indridason : The Icelandic Physical Medium.
.



.
. 24 mars 2017

Science et spiritualité

Science et spiritualité peuvent-elles se rejoindre ?

et aider à définir cette branche négligée de la science qu’est le Psi


Jean-Pierre Gerbaulet se propose, dans cette conférence, de nous apporter une méthodologie d’exploration des divers niveaux possibles de perception du monde manifesté et non-manifesté. Ses conclusions, qui n’engagent que lui, s’inspirent largement de l’ensemble des spiritualités occidentales et orientales.

Présentation par le conférencier :

Aujourd’hui, les avancées des sciences nous amènent à nous poser de nouvelles questions sur la nature de la Conscience, et il semblerait qu’un dialogue s’amorce entre Science et Spiritualité. Est-il possible d’imaginer une architecture unique de la Réalité, et un modus vivendi entre des modes de pensée différents, où personne n’aurait ni raison ni tort, chacun ayant sa vision particulière de la Réalité, en fonction du point de vue de ses observations ?

Notre but n’est pas de préconiser un modèle global particulier mais de proposer une méthodologie permettant à chacun de bâtir le sien propre. Il faudra de prime abord répondre à :


-  La conscience est-elle un phénomène émergent du cerveau ou le contraire ?
-  Existe-t-il une vérité unique qui décrirait une réalité unique ?

Le but de cet essai est de vous mettre sur la voie de votre vérité relative à partir de la prise de conscience du niveau de votre regard.

Le conférencier
JP Gerbaulet (JPEG) Jean-Pierre Gerbaulet, ingénieur ESE (physique nucléaire), chercheur en physique (anneau de collision Orsay), détenteur de plusieurs brevets, entrepreneur, conseil en entreprise, expert en art martiaux, pratiquant de plusieurs traditions spirituelles. Actuellement : président et responsable des programmes de recherche du Fonds de dotation N-Light (www.n-light.org) .

.

.


Mots clés associés à cet article :