-  L’institut

Bourse étudiants de l’Institut Métapsychique International

Bourse étudiants de l'Institut Métapsychique International


Les membres de l’IMI, fondation reconnue d’utilité publique consacrée àla recherche métapsychique, ont àcÅ“ur d’encourager et de soutenir les jeunes générations de chercheurs qui abordent àun niveau académique des sujets complexes ayant trait àla métapsychique / parapsychologie.

La Bourse étudiants de l’IMI soutient un étudiant inscrit dans une université, quelle que soit sa discipline, pour un projet d’étude scientifique en lien avec la parapsychologie, réalisé ou non dans un cadre universitaire.

Une aide financière d’au moins 1.000 € peut être remise annuellement au lauréat choisi. La date limite pour la soumission des candidatures est le 15 septembre de chaque année. Le jury, composé des membres du Comité Directeur de l’IMI, choisit un lauréat. Seul le candidat récompensé est averti le 1er novembre.

Si cette bourse vous intéresse, vous pouvez candidater en faisant parvenir les documents suivants :
1. Un CV contenant vos coordonnées personnelles et une description de votre parcours universitaire et professionnel.
2. Un justificatif de votre statut d’étudiant en cours de validité.
3. Une lettre de motivation exposant votre intérêt personnel pour la recherche en métapsychique / parapsychologie (cours suivis, publications réalisées, affiliations, etc.).
4. Une description de votre projet, sans restriction de taille ou de format. Le projet peut avoir déjà fait l’objet de communications scientifiques ou n’en être qu’au début de sa réalisation. La description du projet doit impérativement être disponible dans une version francophone.
5. Tout autre document que vous jugerez utile (par exemple, des lettres de recommandation ; ou, pour un projet expérimental, une présentation détaillant problématique, hypothèses de départ, objectif(s), méthodologie utilisée, biais potentiels et leur contournement, et méthode d’analyse statistique des résultats).

Ces documents doivent être adressés à contact@metapsychique.org ou à : Institut Métapsychique International, 51 rue de l’Aqueduc, 75010 Paris.

L’IMI propose aux lauréats de la Bourse étudiants de présenter leur travail dans le cadre de l’IMI :
-   à travers son site Internet www.metapsychique.org
-   au sein du Bulletin Métapsychique
-   en intervenant lors d’une conférence, d’un workshop ou d’un congrès organisé par l’IMI.

Si un mécène souhaite appuyer cette initiative, la fondation de l’IMI accueille legs et donations avec des déductions fiscales optimales.

Pour toute question sur la Bourse étudiants, contactez contact@metapsychique.org

L’équipe de l’IMI


Lauréat 2015

Anthony Bacqué : Après un Master 1 de psychologie cognitive et neuropsychologie à l’Université Lumière Lyon 2, Anthony Bacqué a poursuivi par un Master 2 de neuroscience cognitive et comportementale, et effectué un stage sur les EMI au sein du Coma Science Group, à l’Université de Liège. Il a publié son mémoire sous le titre :


Analyse qualitative et quantitative de récits d’expérience de mort imminente : effet des étiologies et comparaison des récits à l’échelle de Greyson

PDF - 2.1 Mo
Mémoire EMI Anthony Bacqué

Lauréats 2014

En 2014, l’IMI a décerné la Bourse à deux lauréats ex-aequo.

Olivier Charlet est étudiant à la faculté de Nantes et a présenté son mémoire de Master 1 en psychologie clinique sous le titre :

Santé mentale, schizotypie et créativité

Résumé La présente recherche permet d‟éclaircir la question de la relation entre la créativité, la santé mentale et les perceptions psi. Nous avons fait appel à un échantillon de cent treize artistes issus de trois écoles d‟art différentes et testé leurs capacités de précognition au travers d‟une tâche de rétro-priming. Les participants ont également rempli des questionnaires qui évaluaient leur créativité sur un versant cognitif (CCI), leurs expériences exceptionnelles (AEI) et leur santé mentale (SCL). Les résultats n‟ont pas montré de corrélation significative entre les artistes et leur score à la tâche expérimentale. La santé mentale a été corrélée positivement avec la créativité, et négativement avec les expériences exceptionnelles. De plus, l‟utilisation d‟analogies dans leur processus créatif a amélioré de manière significative les performances des participants. Un certain nombre de limites relatives à l‟évaluation de la créativité et des perceptions psi ont été mises en exergue afin de comprendre ces résultats contradictoires aux données issues de la littérature.
Mots clés : Expériences exceptionnelles, créativité, santé mentale, anticipation inconsciente, perceptions psi, rétro-priming, précognition, schizotypie.

Abstract This research helps to clarify the question of the relationship between creativity, mental health and psi perceptions. We used a sample of one hundred and thirteen artists from three different art schools and tested their ability of precognition through a retro priming task. Participants also completed questionnaires that assessed their creative cognitions (CCI), anomalous experiences (AEI) and mental health (SCL). The results showed no significant correlation between the artists and their score in the experimental task. Mental health was positively correlated with creativity, and negatively with anomalous experiences. Finally, the use of analogies in their creative process has significantly improved the participants‟ performance. A number of limitations on the assessment of creativity and psi perceptions were highlighted in order to understand these conflicting results with data from the literature. Keywords : Anomalous experiences, creativity, mental health, unconscious anticipation, psi, retro-priming, precognition, schizotypy.




Anthony Bacqué : Après un Master 1 de psychologie cognitive et neuropsychologie à l’Université Lumière Lyon 2, Anthony Bacqué a poursuivi par un Master 1 de neuroscience cognitive et comportementale, et effectué un stage sur les EMI au sein du Coma Science Group, à l’Université de Liège. Il est en 2015 en Master 2 dans cette même université.

Résumé du mémoire en vue de l’obtention du grade de master en sciences psychologiques à finalité spécialisée en neuroscience cognitive et comportementale (en cours de rédaction) :

Analyse qualitative et quantitative de récits d’expérience de mort imminente en fonction des étiologies et autres variables démographiques des témoins.
Les expériences de mort imminente ( EMI) sont des expériences subjectives vécues proche de la mort, proximité due à une origine médicale ou psychologique (i.e., peur de mourir). Les nombreux témoignages se recoupent en composantes typiques comme par exemple une sensation de bien-être, de sortie du corps ou la rencontre avec des êtres spirituels (French, 2005 pour une revue de la question). Deux types d’hypothèses tentent d’expliquer ces expériences : d’une part, les hypothèses neurologiques, expliquant le caractère commun de certains éléments, consécutifs à des atteintes cérébrales diverses. D’autre part, les hypothèses psychologiques qui rendent comptent du caractère unique de l’expérience pour le témoin et les différences interculturelles. Aucune variable ne semble prévoir l’occurrence de ces expériences, ni même leur contenu pour le moment. Cependant, deux études récentes se sont intéressées au rôle de l’étiologie (Charland-Verville et al., 2014 ; Hou, Huang, Prakash, & Chaudhury, 2013). Le but de ce mémoire est de poursuivre ces recherches en analysant des récits (témoignages rétrospectifs), afin d’identifier des facteurs démographiques susceptibles d’expliquer la présence de composantes spécifiques lors d’une EMI (e.g., la vision de tunnel, ou sensation de bien-être). Il sera question d’une analyse à la fois qualitative à l’aide du logiciel Nvivo 10 (i.e., composantes davantage exprimées selon l’étiologie), et quantitative avec une évaluation par deux examinateurs indépendants, mesurant la présence et l’intensité de critères définis (e.g., sentiment de bien-être global dans le récit). Cela se fera grâce à des échelles de type Likert allant de 0 (absence) à 10 (très présent). Le but à long terme est d’affiner l’échelle de Greyson (Greyson, 1983) qui détermine si la personne a vécu ou non une EMI, afin de se rapprocher du contenu des récits. Au-delà de l’aspect fondamental de telles recherches, il est question d’individus qui vivent une expérience qui impacte leur vie de façon non négligeable. Il est donc nécessaire de mieux caractériser ce qui se déroule durant cette expérience afin de pouvoir proposer une aide, ou du moins une écoute, aux personnes en demande.

Lauréat 2013

Saïd Bendif est étudiant en philosophie. Il a présenté ce mémoire en 2013 en vue de l’obtention du grade de Master en Philosophie à l’Université de Paris Ouest Nanterre.

Mort et mystique dans la philosophie de Bergson

(JPEG) Cette petite monographie sur Bergson affirme pour thèse centrale que le projet de métaphysique positive de Bergson se confond en partie avec la métapsychique dont il établit les bases épistémologiques. Le projet bergsonien est en ce sens une réhabilitation du fameux médium Swedenborg face à la critique de Kant et son tribunal de la Raison.
D’abord intéressé par les enjeux idéologiques du bergsonisme, je me suis rendu compte de l’importance, voire de l’omniprésence de la question psychique chez Bergson. J’ai ainsi examiné la consistance des assertions philosophiques de Bergson, tant dans leur cohérence interne que leur contexte extérieur qui est celui du développement de la psychologie à la fin du XIXème siècle. Or ce point d’ailleurs abordé par Bertrand Méheust dans sa somme Somnambulisme et Médiumnité a été très peu développé par les autres commentateurs philosophiques.

Lire la synthèse de ce mémoire sur cette page.

Lauréat 2012

Kenny Cadinu est étudiant en psychologie. Il a présenté ce mémoire en 2012 en vue de l’obtention du grade de Master en Sciences psychologiques, à l’Université Catholique de Louvain-la-Neuve, Faculté de psychologie et des sciences de l’éducation.
-  Pour lire une synthèse de son travail, cliquez ici

Tentative d’analyse critique de la parapsychologie : approche historique et psychanalytique des phénomènes psi

Résumé : Il n’est pas rare, dans nos sociétés, de constater certains malaises par rapport à des termes dont la véritable essence peut être mal connue du grand public. J’entends par « parapsychologie » l’étude dite scientifique des phénomènes dits paranormaux, appelés dans le jargon des parapsychologues "phénomènes psi".
Loin des préjugés, de nombreux chercheurs universitaires, docteurs en psychologie pour la plupart, étudient avec tout le sérieux présumé du scientifique ces phénomènes en question. Dans cet ordre d’idée, je me suis rendu en personne à l’Université d’Edimbourg qui dispose d’une unité de parapsychologie au sein de son département de psychologie. Dans le but de me rendre compte du sérieux supposé de cette discipline, j’y ai rencontré le docteur Caroline Watt, psychologue et chercheur en parapsychologie.
Voici la première motivation qui m’a poussé à rédiger ces lignes : tenter de démystifier cette discipline en l’éloignant, comme il se doit, des préjugés courants de notre époque (de notre culture ?). Le premier axe de mon mémoire m’a ainsi permis, par son historique et ses aspects théoriques, de faire rentrer la parapsychologie dans le cadre qui lui appartient, c’est-à-dire celui d’une discipline utilisant des procédés scientifiques reconnus par les milieux académiques contemporains.
La deuxième motivation qui est mienne se retrouve dans mes racines psychanalytiques. Il y a depuis longtemps déjà qu’une intuition me pousse à penser que si certains phénomènes paranormaux comme la télépathie sont réels, ils devraient trouver leur assise dans ce que l’on appelle l’inconscient. C’est ainsi que mes recherches m’ont amené vers des textes de Freud traitant de paranormal, à lire Jung, et à tenter de mettre en lien certains concepts psychanalytiques et le psi. Ces thèmes, et d’autres encore, constitueront l’épine dorsale théorique de mon deuxième axe de recherche qui consiste en une approche psychanalytique des phénomènes psi.
Mon troisième et dernier axe de recherche, dans la continuité du deuxième, propose une analyse de trois séances de voyance en temps réel, ce qui me permet d’observer la relation transférentielle entre un voyant et son consultant pour tenter de mettre en lien certaines de ces observations avec des concepts théoriques venant du courant psychanalytique.
Mots-clefs : Psychanalyse - Histoire de la parapsychologie - Analyse qualitative de séances de voyance - Relation transférentielle

Lauréat 2011

Renaud Evrard, psychologue, doctorant en psychologie à l’Université de Rouen, Centre d’Information, de Recherche et de Consultation sur les expériences exceptionnelles (www.circee.org)

Une méta-psychanalyse de la télépathie ? Itinéraire de René Warcollier (1881-1962), chimiste et métapsychiste

Résumé : René Warcollier est l’une des dernières grandes figures de la parapsychologie française (ou métapsychique). Président de l’Institut Métapsychique International (IMI) de 1950 à sa mort en 1962, il est connu dès les années 1920 par son approche originale de la télépathie. Plutôt que de travailler uniquement avec des sujets doués, il crée un groupe avec des personnes peu douées mais motivées qui vont pratiquer la télépathie régulièrement. Lui-même accepte que son propre psychisme joue un rôle actif dans le fonctionnement psychique groupal, à la faveur d’une conception sophistiquée du polypsychisme. Ses méthodes vont inspirer le programme américain de parapsychologie militaire connu sous le nom de Stargate. Warcollier ne prétend pas chercher à faire la preuve de la télépathie, mais à mieux comprendre ses mécanismes pour expliquer ses fluctuations. De sa profession de chimiste, il tire une démarche de décomposition de la télépathie en un ensemble de phénomènes élémentaires à partir desquels un nouveau travail de synthèse est possible : la méta-psychanalyse. Très vite reconnu au niveau international, Warcollier n’arrivera pas véritablement à imposer ses travaux en France où son parcours comme ses travaux restent méconnus.
Mots-clefs : René Warcollier - Histoire de la parapsychologie en France - Télépathie - Méta-psychanalyse - Institut Métapsychique International


Mots clés associés à cet article :