-  Parapsychologie -  Fondamentaux -  Blog d’introduction àla parapsychologie de la parapsychology foundation

Biographie de Fabio Eduardo Da Silva

Biographie de Fabio Eduardo Da Silva


Ma carrière en Parapsychologie

(JPEG) Mon intérêt pour la parapsychologie s’est développé lorsque j’étais adolescent. J’ai pris part à plusieurs groupes de connaissance de soi (ou prise de conscience de soi) et de méditation. Dans certains de ces groupes, j’ai entendu parler de facultés psi et de parapsychologie. A ce moment, j’avais l’habitude de méditer deux fois par jour. Un jour, j’ai eu une sortie-hors-du-corps ( OBE) et cela a eu un impact important sur mon existence. J’ai commencé à lire des livres sur les OBE et j’ai débuté une pratique régulière, essayant d’avoir à nouveau la même expérience. J’ai eu plusieurs OBE spontanées et intentionnelles par ces pratiques mais un jour j’ai eu une très mauvaise OBE et j’ai abandonné.

A la lecture d’un magazine populaire, j’ai découvert le cours de Parapsychologie donné à Curitiba. Bien que cette ville soit distante de 900 kilomètres de ma ville natale, j’ai décidé de suivre ce cours et je me suis installé à Curitiba. J’ai commencé à étudier la parapsychologie en 1991. J’ai terminé les 4 années du cours de Parapsychologie en Libre Savoir à la Faculté de Biopsychique des « Spiritual Integrated Colleges ». En 1996, j’ai commencé à travailler dans ce cours comme assistant dans les trois branches de spécialisation : 1. Méthodes et techniques en parapsychologie expérimentale 2. Statistiques appliquées à la parapsychologie et 3. Dynamiques personnelles pour la connaissance de soi.

En 1997, j’ai été invité à coordonner le Laboratoire Ganzfeld de l’Université. Afin d’y procéder, un groupe de mes collègues et moi avons été formés par le Dr. Kathy Dalton, qui est venue au Brésil spécialement à cette fin. Encouragé par elle, j’ai suivi, en 1998, les Cours d’été du Centre de Recherches Rhine en Parapsychologie. Ce cours a exercé une influence cruciale sur ma carrière, à la fois parce qu’il m’a permis de rencontrer et d’être formé par des chercheurs expérimentés et parce que j’ai été mis en contact avec l’abondante littérature de ce domaine. Après avoir assisté à quelques congrès annuels de la Parapsychological Assocation, j’ai été davantage apte à mener avec succès mon premier projet en Ganzfeld et, en 2000, j’ai obtenu ma première allocation de la fondation Bial pour le mener à bien.

En 2002, certains de mes collègues et moi avons terminé ensemble notre recherche Ganzfeld et non- Ganzfeld. Deux aspects ressortaient parmi les résultats. Premièrement, nous avons trouvé des informations d’une qualité inattendue dans la mentalisation des participants. Il y avait différents schémas de réponses aux succès et aux échecs. Nous avons appelé « succès de qualité » les succès qui montraient une forte corrélation entre le contenu de la réponse et les caractéristiques de la cible, et où le sujet choisissait la cible correcte. Par ailleurs, nous avons appelé « échecs de qualité » les cas dans lesquels le contenu de la réponse était également correct mais se rapportait à un ou plusieurs des leurres dans le pool de cibles, et où le choix du sujet ne correspondait pas à la cible. En dépit de certaines différences méthodologiques, nos résultats étaient similaires aux résultats qualitatifs d’Adrian Parker et de ses collègues en Suède, qu’ils ont rapportés dans des articles publiés en 1999 et 2000.

A la suite de ces résultats, nous avons pensé qu’il était possible que la méthodologie utilisée pour l’évaluation de l’ ESP, (c’est-à-dire la notion de « succès » et d’« échecs » en relation avec le choix de la cible correcte au sein du pool des cibles possibles qui contient à la fois les réponses correctes et incorrectes), puisse se révéler inappropriée ou incomplète. L’information qualitative recueillie dans notre étude tendrait à prouver que les « échecs » étaient plus suggestifs de l’ESP que ne l’étaient nombre de « réussites ». Si l’ESP se manifeste actuellement dans ces « échecs de qualité » et ne s’est pas produit dans quelques-uns des succès sans qualité, comment pourrions-nous être sûrs de la fiabilité des informations quand les succès sont analysés en relation avec d’autres variables ?

Ensuite, nous avons remarqué que lorsque certains sujets avaient appris sur leur manière personnelle d’exprimer le psi (par analyse et discussion des sessions et en s’entraînant eux-mêmes par l’utilisation de différentes techniques), ils obtenaient de meilleurs résultats et produisaient plus de « succès » ou d’ « échecs » de qualité.

Ces deux intuitions ont inspiré de nouvelles études les intégrant. En 2002, nous avons développé le « Ganzfeld digital et physiologique : recherche d’une mesure plus objective du psi ». Ce projet a obtenu notre seconde allocation de la Fondation Bial. Cette étude, commencée en 2002 s’achèvera cette année 2006. Elle tente de résoudre le problème de la fiabilité en incorporant, à la « Technique du Ganzfeld digital » (un système en temps réel pour évaluer l’aspect cognitif du psi), la DMILS (Interaction Mentale Directe avec les Systèmes Vivants) qui mesure l’activité électrodermique (EDA) comme mesure physiologique du psi.

Nous posons la question de savoir si l’intégration de ces techniques peut fournir une mesure plus objective de psi (Le Système Digital Ganzfeld en temps réel a été développé par le Dr Adrian Parker et le Dr. Joachim Westerlund, de l’Université de Göteborg en Suède. Au cours de la période d’envoi/réception, les réponses du receveur sont enregistrées ; durant la période d’évaluation de la cible, soit le « processus de jugement », le receveur peut entendre ses réponses alors qu’il observe chaque cible de manière synchronisée. On pense que cette méthode de « feedback » peut faciliter la perception par le receveur des moments durant lesquels il a décrit la cible en temps réel.)

Le second aspect de notre étude précédente a été abordé par un projet que nous avons dénommé « Est-il possible de stimuler la conscience de la perception des expériences anomales, dans la vie quotidienne ou en laboratoire ? Une étude exploratoire avec dynamique de groupe et expériences profondes en parapsychologie ». Cette étude démarrée en 2005 se terminera en 2008. Depuis mon travail avec la dynamique de groupe et les expériences profondes pendant plusieurs années, j’ai vu ce qui semble être des phénomènes psi se produire spontanément. Peut-être que l’environnement « chaleureux » de ces groupes, additionné de la pratique d’états créatifs et modifiés de conscience a facilité les expériences psi.

Pour cette étude, nous avons combiné ces entrainements (que nous supposons induire le psi) avec une tentative de stimulation des perceptions psi par des techniques d’observation systématique, à la fois dans les rencontres de groupe et dans la vie quotidienne. Grâce à cette recherche exploratoire, nous espérons aussi examiner le rôle social des expériences psi. Les personnes qui sont entraînées (par des techniques de dynamique de groupe) sont incités par les expériences à essayer et utiliser leur intuition psi dans leur vie de tous les jours, pour résoudre leurs problèmes et prendre des décisions. Les sujets entraînés dans cette étude seront également testés en utilisant la méthodologie intégrée du Projet de Ganzfeld digital et Physiologique. Nous espérons que l’intégration de l’expérimental au phénoménologique, du quantitatif au qualitatif, fera avancer l’étude des phénomènes anomaux.

Déjà en 2002, nous avons étendu les possibilités du laboratoire Ganzfeld de notre université et créé un nouveau programme appelé CIPE (Centre Expérimental Intégré de Parapsychologie), qui comprend quatre laboratoires : DMILS, Ganzfeld, Micro-PK et Remote Viewing. (Pour plus d’information sur ce laboratoire, en portugais, cliquez ici.) Mes collègues, Reginaldo Hiraoka, Sibele Pilato, Mauricio Silva et moi-même en sommes arrivés à la conclusion que nous devions étendre non seulement nos centres de recherches mais aussi notre intégration et collaboration avec d’autres chercheurs. A cette fin, nous avons décidé d’adopter deux stratégies : 1) commencer à participer aux événements nationaux (à Sao Paulo, Recife et Joinville) et mettre sur pied notre propre congrès, le « Psi Meeting » tenue à Curitiba. A la première édition du meeting en 2002, environ 40 personnes ont participé, la plupart originaires de Curitiba et Sao Paulo. Pour la seconde édition du « Psi Meeting » tenue en 2004, 80 personnes ont participé venant de cinq pays différents : Argentine, Brésil, Chili, France, Japon et Etats-Unis. Simultanément, nous avons lancé la première de « Voyage en Etats Modifiés de Conscience » au cours de laquelle les participants prenaient part à différents rituels et pratiques. Le troisième « Psi Meeting : Implications dans la Vie Réelle et Applications de Psi » et le deuxième « Voyage dans les Etats Modifiés de Conscience » auront lieu en avril 2006.

En conséquence du Second Meeting Psi en 2004, nous nous sommes impliqués dans un échange coopératif avec deux chercheurs japonais : Tatsu Hirukawa, qui est professeur associé en Anthropologie et membre de l’Ecole d’Information et Communication à l’Université de Meiji, et Hideyuki Kokubo, Maitre de Recherche à l’Institut International de Recherche (IRI), également de l’Université de Meiji. Hirukawa et Kokubo nous ont formés en recherche Micro-PK utilisant un GNA (spécialement dans le champ de la recherche sur la conscience), en DMILS employant les mesures d’EDA et dans une technique chinoise utilisée pour exercer les enfants à la clairvoyance.

Un autre résultat fructueux de notre Psi Meeting a été le projet que nous avons conduit en 2005, et que nous avons appelé « Guérison à distance de Patients Autistes : Une Etude Exploratoire considérant les variables physiques et psychologiques ». Dans cette étude exploratoire en double aveugle, 10 « guérisseurs psi » ont envoyé leur intention de guérison à distance à 5 patients (le groupe-test) pendant 25 jours en novembre et décembre 2005. Des guérisseurs psi de différents pays et religions étaient choisis et supervisés par différents chercheurs. Les guérisseurs ont reçu seulement une photo des patients et ont accompli leur « œuvre de guérison » dans leur propre environnement. Cette recherche représente un effort d’intégration et de coopération des recherches et guérisseurs psi de différents pays : Chili (travaillant avec Lic. Sergio Schillinget Lic. Waldo Mora) ; Pérou (travaillant avec Lic. Luis S. Espinoza Paul) ; Japon (travaillant avec Prof. Hideyuki Kokubo, BSc) et le Brésil (avec moi, le Prof. Nadir Ganz, Ms Magda Jakeline, Prof.Julia Hein et Prof Raimundo Facion comme équipe de recherche). Chaque groupe de chercheurs a organisé la participation des guérisseurs psi locaux.

De même en 2005, j’ai fini ma licence de psychologie à l’Universidade Tuiuti do Parana, où j’ai aussi obtenu une qualification en enseignement (Magister Supérieur). Je poursuis actuellement un autre cours de spécialisation en neuropsychologie, et je viens juste d’être accepté pour un programme de Master Degree à l’Université de Sao Paulo où mon projet portera sur la recherche psi expérimentale. Les Dr Wellington Zangari et Fatima R. Machado de Inter Psi à Sao Paulo m’ont aidé à obtenir la coopération de la personne qui coordonnerait ma recherche de maîtrise, le Prof Esdras Guerreiro Vasconceslos. La Parapsychology Foundation a également fourni les fonds (Pour plus d’information sur le « General Scholarly Incentive Award » que j’ai obtenu, cliquez ici)

Comme vous pouvez le constater, je suis relativement novice en parapsychologie. Je n’ai mené que peu de projets de recherches. Avec l’aide des Spiritual Integrated Colleges (particulièrement du Prof. Octavio M.Ulyssea et son épouse le Prof Neyda N. Ulyssea) et à cause des allocations reçues de sources nationale et internationale, j’ai pu travailler à temps plein dans le domaine, mais dans le futur, par suite de difficultés financières de notre université, ce ne sera plus le cas. Ainsi, je vais commencer à donner des cours spécialisés qui n’ont pas trait à la parapsychologie.

Je crois que la plus grande difficulté à affronter dans ce secteur est de trouver des financements. En ce qui me concerne ainsi que mes collègues, nous sommes reconnaissants à la Fondation Bial, la Parapsychology Foundation et la Parapsychological Association qui ont offert leur soutien, parmi quelques autres. Je pense aussi que c’est un domaine fascinant qui peut avoir un impact personnel et social important. Mon expérience des dynamiques de groupe et des expériences profondes en parapsychologie, suggère que le psi peut nous aider de plusieurs façons. Par exemple, le psi pourrait servir de boussole nous guidant vers de meilleures prises de décision ou dans la résolution de problèmes, ou stimulant une inspiration utile quand nous réfléchissons sur les problèmes méthodologiques dans la recherche. Mais le point crucial semble être : Quelle quantité de connaissance de soi est nécessaire pour que nous puissions être productifs et comment pouvons-nous l’acquérir ? A quel point la connaissance de soi est-elle importante pour nous ? Je pense qu’être un bon parapsychologue implique non seulement de posséder une bonne formation scientifique et de trouver les fonds nécessaires, mais aussi de procéder à l’exploration de soi, de rechercher la créativité, l’intuition, l’inspiration et la sensibilité, et de rester confiant dans l’importance de ce domaine.

En conclusion, je voudrais dire que je pense que la parapsychologie a besoin de franchir ses limites et d’être à la hauteur de son potentiel d’intégration et de transformation. Il se pourrait, comme l’a dit Mario Varvoglis de l’Institut Métapsychique International à Paris en 2000, que de ce tout petit groupe de travailleurs, concentrés dans cette étude des questions les plus difficiles et les plus fondamentales qui soient, émerge un nouvel espoir pour la survie de notre espèce, et pour la qualité de nos vies sur notre planète.

Sélection bibliographique

Kokubo, H., Silva, F. E., Pilato, S., Hiraoka, R., & Yamamoto, M. (2005) Application of Psi Inductive Training for Brazilian Children. Journal of International Society of Life Information Science, 23.

Silva, F. E. (2002) Ganzfeld e não Ganzfeld : observando estados modificados de consciência e outros fatores favoráveis à telepatia, num estudo exploratório. I Encontro psi : refletindo sobre a paranormalidade humana (pp. 11-23).

Silva, F. E., Pilato, S., & Hiraoka, R. (2005) Digital and Physiological Ganzfeld : looking for a more objective measure of psi. Proceedings of Presented Papers : The Parapsychological Association 48th Annual Convention (pp. 250-255). Raleigh, NC : Parapsychological Association.

Silva, F. E., Pilato, S., & Hiraoka, R. (2004) Ganzfeld Digital Fisiológico : em busca de uma medida mais objetiva para psi. II Encontro Psi : Refletindo Sobre o Futuro da Parapsicologia (pp. 172-179).

Silva, F. E., Pilato, S., & Hiraoka, R. (2003) Analizando estados no-ordinarios de consciencia y otros factores favoraveis para la telepatia : um estudo exploratório. Argentine Journal of Paranormal Psychology, 14, 187-216.

Silva, F. E., Pilato, S., & Hiraoka, R.(2003) Ganzfeld vs. no Ganzfeld : an exploratory study of the effects of Ganzfeld conditions on ESP. Proceedings of Presented Papers : The Parapsychological Association 46th Annual Convention (pp. 31-48). Raleigh, NC : Parapsychological Association.

L’IMI remercie Carlos Alvarado pour son aimable autorisation àtraduire et publier un texte originalement présenté ici.

Mots clés associés à cet article :