Théories et conséquences de la parapsychologie



Introduction àla Parapsychologie Théorique
On reproche souvent àla parapsychologie de ne pas avoir de théorie. Cela est faux, car bien au contraire il existe de nombreuses théories du psi. Cependant, aucune d’entre elles n’a pour l’instant obtenu un consensus auprès des chercheurs. La situation concrète de la parapsychologie est telle que la lenteur de ces progrès s’explique aisément : la discipline est récente, mal financée, et souffre d’une réputation sulfureuse, ce qui fait que le nombre de personnes dans le monde travaillant sur ce sujet est minime. Peut-être a-t-on déjàdécouvert une bonne clé de lecture, ou peut-être ces théories ne sont-elles que des embryons de pistes ? Seul l’avenir pourra répondre àces questions.
Lire l'article

Les théories du psi
La recherche en parapsychologie ne consiste pas àcumuler les résultats dans le seul et unique but de prouver la réalité des phénomènes psi. Comme dans toutes les disciplines scientifiques, les chercheurs ont, au cours des années, élaboré des modèles théoriques susceptibles d’expliquer pourquoi - ou comment - le psi fonctionne, en rendant compte de toutes les données recueillies dans l’ensemble des expérimentations.
Lire l'article


Les phénomènes synchronistiques en tant que corrélations d’intrication dans la Théorie Quantique Généralisée
Dans cet article, publié dans le Journal of Consciousness Studies en 2007, les auteurs, tous d’origine allemande, exposent quelques principes d’un modèle théorique général en parapsychologie. Ce modèle original associe théorie des systèmes et physique quantique, dans un rapprochement qui se distingue clairement des analogies hasardeuses entre phénomènes psi et phénomènes quantiques. Même s’il nécessite encore davantage de confirmation par de nouvelles données expérimentales, il rend déjàcompte de la majorité des résultats obtenus par la parapsychologie expérimentale. Quelques exemples sont développés dans l’article, contrastant avec d’autres parties plus techniques.
Lire l'article


Synchronicité et Hasard

Les phénomènes synchronistiques sont caractérisés selon Carl Gustav Jung par la coïncidence significative d’un phénomène physique objectif avec un phénomène psychique sans qu’on puisse imaginer une raison ou un mécanisme de causalité évident. A partir de la correspondance maintenant disponible de Jung avec le théoricien de la physique Wolfgang Pauli, on constate que Pauli a eu une participation décisive pour la préparation finale de cette idée. On évoquera les questions qu’ils se sont posées dans leurs discussions sur la causalité, la reproductibilité, le hasard, la probabilité et l’évolution biologique.

Le problème de la complémentarité entre psyché et matière, signalé plusieurs fois par Pauli, est aujourd’hui reformulé par la vision de la physique quantique moderne. Comme la partie matérielle de l’unus mundus est décrite correctement par la mécanique quantique, il est concevable de supposer que les structures les plus fondamentales de cette théorie puissent avoir une validité en dehors du domaine matériel. On montrera que, selon cette supposition, des corrélations holistiques entre la psyché et la matière sont possibles si, et seulement si, il existe des propriétés incompatibles non seulement dans le domaine matériel mais aussi dans le domaine psychique.


Lire l'article

Quelques fondamentaux sur les théories du psi
(JPEG) Cet article est un extrait de l’ouvrage du chercheur George P. Hansen, The Trickster and the Paranormal. L’auteur vulgarise avec brio quelques notions assez complexes issues des recherches en parapsychologie orientées vers la compréhension des processus en jeu. Il se concentre notamment sur les modèles américains, et détaille trois de ces modèles dans un autre article disponible ici.
Lire l'article


Trois modèles du psi
(JPEG) Cet article est un extrait de l’ouvrage du chercheur George P. Hansen, The Trickster and the Paranormal. L’auteur vulgarise avec brio quelques notions assez complexes issues des recherches en parapsychologie orientées vers la compréhension des processus en jeu. Dans cet extrait, il se concentre sur trois modèles américains, après avoir détaillé quelques fondamentaux des théories du psi dans un autre article disponible ici.
Lire l'article


Psi as a multilevel process : Semantic Fields Theory (JPEG)
Neural nets and chaos theory are powerful new frameworks which enable us to truly address complexity and to model the mind in terms of dynamical processes and evolving systems. Semantic Fields theory views the mind as a lattice of semantic constellations or SeCos, generated by the interplay of experience, genetic constraints and cultural context. SeCos are self-organized dynamical networks that interweave processes ranging from high-level abstract ones to low-level neuronal ones. It is proposed that, fundamentally, thought is instantiated by dynamic chain-linkages within the SeCos-networks.
There is considerable experimental and empirical evidence suggesting that psi operates as a multilevel process and that psi information can be channeled into awareness in a variety of ways (such as sensations, feelings, intuitions, thoughts, interoceptive sensations, etc.) From the perspective of semantic fields theory, psi events are a fundamental feature of the underlying connective dynamics across SeCos-networks.
It is postulated that the mind is also the source of a projective process imprinting organization and order upon the outer world. This dynamic generates a semantic dimension in objects themselves-eco-semantic fields or eco-fields. As suggested, semantic connective processes are organized not by space-time parameters, but by semantic parameters (such as semantic proximity), which instantiate nonlocal connections between distant semantic fields-whether between minds or between minds and the environment. Semantic dynamics are the ground for both ESP and PK phenomena, whether conscious or nonconscious.
The model hypothesizes that the organizing influence of the mind on surrounding eco-fields will affect the nature and probability of events connected to the person.
Lire l'article