Quelques grands noms et la parapsychologie



Position d’Einstein vis-à-vis de la parapsychologie
Cet article, initalement publié dans la revue Parapsychologie, présente deux lettres envoyées par Einstein au parapsychologue Ehrenwald.
Lire l'article

Bergson et la métapsychique
C’est un secret de Polichinelle que Bergson s’intéressait au magnétisme et au somnambulisme, aux ouvertures métapsychiques de ces pratiques, et particulièrement àla télépathie. A plusieurs reprises, on le voit s’engager publiquement sur ces questions.
Lire l'article


Où Breton puisa son inspiration
Des commentateurs bien intentionnés ont voulu trouver chez Freud l’origine de l’écriture automatique des surréalistes, mais cette interprétation résiste mal àl’examen. C’est bien évidemment chez les médiums spirites qu’André Breton est allé puiser sa première inspiration. A sa manière subreptice. C’est-à-dire, pour reprendre la belle formule de Michel Thévoz, en leur "faisant les poches avant de les fusiller".
Lire l'article


Derrida et la télépathie
A partir de l’article que Derrida a consacré àla télépathie, Bertrand Méheust examine le point de vue d’un des plus grands philosophes du XXe siècle sur ce phénomène psi.
Lire l'article


Descartes était-il cartésien ?
Ceux qui rejettent les phénomènes de la voyance en invoquant l’esprit cartésien sont plus cartésiens que Descartes ; il devraient se pencher sur les textes où le fondateur de la philosophie moderne cherche àrendre raison de certains phénomènes de métacommunication et d’influence àdistance que l’on dit aujourd’hui paranormaux.
Lire l'article


Gödel, le cercle de Vienne et la parapsychologie
Un débat, même houleux, sur la parapsychologie au sein du cercle de Vienne, c’est vraiment la dernière chose que l’on aurait pu imaginer, étant donné les orientations philosophiques du groupe. Et pourtant, comme le montre un article récemment paru dans Pour la Science, la question de la réalité du paranormal semble avoir entraîné des conflits entre les membres du cercle.
Lire l'article


Freud et la télépathie
L’attitude de Freud vis àvis des phénomènes paranormaux est passée par trois phases. Jusqu’en 1910, il affiche un scepticisme total. Mais, àpartir de cette date, il change d’opinion. Sous l’influence de Jung et de Ferenczi, il en vient àaccepter l’idée d’un noyau de vérité des faits dits occultes, qui serait constitué par la télépathie, tous les autres phénomènes allégués relevant de projections de l’inconscient.
Lire l'article


Les certitudes d’Husserl
Dans sa cinquième Méditation cartésienne, Husserl entreprend une réduction ultime qui laissera seulement subsister le "monde mien". A l’intérieur de l’époché générale, il pratique une réduction dans la réduction, pour instituer autrui àpartir de moi, pour suspendre tout ce que l’expérience ordinaire doit àautrui.
Lire l'article


Charles Richet et la métapsychique

Lire l'article


Robert Houdin et Alexis Didier
Si elle a bien eu lieu, la rencontre entre Robert-Houdin, le maître des illusionnistes, et Alexis Didier, le prince des voyants, est un véritable événement de légende, qui condense, àla façon d’une intrigue théâtrale, le heurt entre la rationalité occidentale et le monde de la magie. Mais l’épisode, àpremière vue, semble presque trop beau pour être vrai, et suscite la méfiance de l’historien.
Lire l'article


Les références métapsychistes de Jean Jaurès
Chez madame Verdurin, ceux qui s’intéressent àla voyance sont souvent considérés comme des gens suspects, voire même comme des fascistes en puissance. S’il fallait s’attarder sur un exemple susceptible de réduire en poussière cette idée reçue, le cas de Jaurès s’imposerait.
Lire l'article


Arthur Schopenhauer
Si certains philosophes du XIX° siècle ont intégré le magnétisme animal dans leurs vues, c’est sans doute Arthur Schopenhauer qui lui a donné la portée la plus grandiose.
Lire l'article


William James et la métapsychique
William James a été activement mêlé àla recherche psychique, et cette dernière a été pour lui un moment très important dans la maturation de sa pensée.
Lire l'article


Kant et Swedenborg
Dans Les rêves d’un visionnaire (Vrin, 1977) Kant s’en prend àSwedenborg, pour démontrer l’impossibilité de l’intuition intellectuelle.
Lire l'article


Puységur et le somnambulisme magnétique
Au printemps de 1784, le marquis de Puységur, colonel d’artillerie et grand seigneur terrien, est au repos sur ses terres de Busancy, dans le soissonnais, quand on l’appelle au chevet du fils de son régisseur, qui souffre d’une fluxion de poitrine. Puységur, qui est un adepte de la nouvelle médecine de Mesmer, entreprend de magnétiser le jeune malade. Mais les choses lui échappent. Au lieu d’éprouver des convulsions, comme le prévoit l’enseignement de Mesmer, Victor tombe dans un état de conscience différent, qui, au début, ressemble àla mort et dans lequel semblent se manifester des capacités d’autodiagnostic et de perception extrasensorielle.
Lire l'article


L’extraordinaire Swedenborg
Pour évaluer l’extraordinaire figure de Swedenborg, il ne faut pas dissocier le savant du visionnaire et du voyant, comme on le fait aujourd’hui.
Lire l'article


Hegel et la lucidité magnétique
Les rationalistes des Lumières niaient la clairvoyance, tandis que les romantiques la considéraient comme une voie d’accès vers un mode de connaissance plus élevé. Hegel, lui, reconnaît sa réalité, mais lui assigne un statut inférieur dans l’histoire de l’esprit.
Lire l'article